Eric Schwab: un photographe de l’horreur des camps nazis

0
162

Voyage dans l’horreur des camps de concentration d’un photographe à la recherche de sa mère

i24NEWS – AFP

Ancien photographe de mode, prisonnier évadé après la débâcle de l’armée française et entré dans la Résistance, Eric Schwab est l’un des premiers photographes travaillant pour l’AFP après la refondation de l’agence, en août 1944.

Correspondant de guerre, il suit la progression des troupes alliées, devenant le témoin des horreurs découvertes au fur et à mesure de la libération des camps de la mort en Allemagne.

Son objectif: retrouver sa mère Elsbeth, Juive allemande, dont il n’a pas de nouvelles depuis qu’elle a été déportée en 1943.

Une de ses premières photos publiées représente le portail du camp de Buchenwald, frappé d’une terrible inscription “Jedem das Seine” (A chacun ce qu’il mérite). Quelques jours auparavant, Heinrich Himmler a donné l’ordre de liquider le camp.

A Dachau, Schwab réalise des portraits qui disent toute la souffrance des déportés.

Ce n’est qu’à Theresienstadt (aujourd’hui Terezin, en République tchèque), qu’Eric Schwab réalise le rêve fou qu’il poursuivait: il y découvre en mai 1945 une femme frêle, aux cheveux blancs, portant un bonnet d’infirmière.

C’est sa mère, alors âgée de 56 ans, qui a échappé à la mort et s’occupe des enfants survivants. Des retrouvailles d’une telle émotion que, par pudeur, il ne les a pas photographiées.

Les témoignages visuels sur l’horreur concentrationnaire ont été largement diffusés dès 1945. Mais Eric Schwab n’a pas connu immédiatement la notoriété d’autres photographes qui ont documenté la libération des camps.

Il faudra attendre plusieurs années pour que soit reconnu son talent, notamment la qualité de ses cadrages, et la force de ses portraits. Eric Schwab est mort en 1977 à l’âge de 67 ans.

Trois prisonniers du camp de Dachau, en avril 1945 (AFP / Eric Schwab)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.