Emir : Erdogan main dans la main avec Daesh

7
26606

ERDOGAN A TRAVAILLÉ MAIN DANS LA MAIN AVEC DAESH EN SYRIE, AFFIRME L’ANCIEN ÉMIR

Écrit par Nafeez Ahmed ; Apparu à l’origine sur  Insurge Intelligence

Dans une interview explosive, un ancien commandant de l’Etat islamique a affirmé que le groupe terroriste a coopéré directement avec les agences de renseignement turques pendant des années dans des domaines «d’intérêt commun».

La source a déclaré que les hauts responsables du gouvernement turc avaient tenu de nombreuses réunions avec des représentants de l’Etat islamique afin de coordonner leurs activités et que cela impliquait également de fournir un soutien et une zone de sécurité aux combattants étrangers dans le pays. Le président Erdogan “travaillait main dans la main avec Daesh”, selon les consultants en anti-terrorisme du gouvernement américain qui ont interviewé l’ancien responsable de l’Etat islamique.

Cette relation soulève des questions sur le rôle de la Turquie en tant qu’alliée de l’OTAN dans le conflit en Syrie.

La source, Abou Mansour al Maghrebi, qui a exercé les fonctions d’émir pendant trois ans au sein du groupe Daesh, a été interviewée par la professeure Anne Speckhard, directrice du Centre international pour l’étude de l’extrémisme violent (ICSVE) et consultante antiterroriste de longue date du gouvernement américain, pour l’OTAN, la CIA, le FBI, le département d’État et le Pentagone, ainsi que par le Dr Ardian Shajkovci, directeur de la recherche à l’ICSVE.

Erdogan a travaillé main dans la main avec ISIS en Syrie, affirme l'ancien émir

Abu Mansour al Maghrebi. IPhoto | CSVE

Bien que toutes les affirmations d’al-Maghrebi ne puissent pas être vérifiées, la plupart d’entre elles sont corroborées par les affirmations d’autres dénonciateurs et d’anciens membres du personnel de Daesh, telles que précédemment rapportées par INSURGE.

Speckhard et Shakovci ont décrit Abu Mansour comme une sorte de diplomate de l’Etat islamique basé en Turquie et à Raqqa, en Syrie.

«Mon problème  était d’entretenir la relation de notre [État islamique] avec les services de renseignement turcs. En fait, cela a commencé lorsque je travaillais aux frontières », a-t-il expliqué.

Originaire du Maroc, Abu Mansour était un ingénieur électricien qui s’est rendu en Syrie en 2013 pour rejoindre Daesh. Son premier travail avec le groupe terroriste consistait à organiser des combattants étrangers qui rejoignaient l’Etat islamique via la Turquie. Cela impliquait la liaison avec un réseau d’agents payés par Daesh en Turquie , qui dirigeraient des combattants d’Istanbul vers les villes frontalières turques de Gaziantep, Antakya, Sanliurfa, etc.

“La plupart d’entre eux ont été payés par  Dawlah [Daesh]”, a déclaré Abu Mansour, tout en précisant que ceux qui travaillaient en Turquie étaient généralement motivés par l’argent, plutôt que par l’idéologie. Mais il a reconnu : «Beaucoup en Turquie croient et prêtent leur  bayat  [serment d’allégeance] à  Dawlah.  Il y a des types de Daesh vivant en Turquie, des individus et des groupes, mais aucun groupe armé à l’intérieur de la Turquie. “

Abu Mansour s’est ensuite rendu à Raqqa en 2015, où il a facilité le traitement médical des combattants de l’Etat islamique par la Turquie, après des réunions à haut niveau avec les services de renseignements turcs. Abu Mansour a affirmé avoir reçu ses ordres directement de Mohamed Hodoud, représentant du Majlis al Shura de l’Etat islamique, et avoir brièvement rencontré le dirigeant insaisissable du groupe terroriste, Abu Bakr al-Baghdadi. Il a dit à ses intervieweurs :

«Il y avait  des accords entre les services de renseignements turcs et Daesh emni concernant les passages des frontières, pour les personnes blessées. J’ai eu des entretiens directs avec le MIT [Organisation nationale turque des services de renseignements], de nombreuses réunions avec eux. “

Il a ajouté que ces réunions régulières avaient eu lieu entre diverses agences, notamment les services de renseignements turcs et l’armée turque :

«Il y avait des équipes. Certains représentent les renseignements turcs, certains représentent l’armée turque. Il y avait des équipes de 3 à 5 groupes différents. La plupart des réunions ont eu lieu en Turquie dans des postes militaires ou leurs bureaux. Cela dépendait du problème. Parfois, nous nous rencontrions chaque semaine. Cela dépend de ce qui se passait. La plupart des réunions se sont tenues près des frontières, certaines à Ankara, d’autres à Gaziantep. ”

Abu Mansour a déclaré avoir eu une totale impunité pour voyager entre la Syrie et la Turquie, ce qui a conduit Speckhard à le décrire comme un “ambassadeur” de l’Etat islamique. «J’ai franchi les frontières et ils m’ont laissé passer», a-t-il déclaré. «[À la frontière], les Turcs m’ont toujours envoyé une voiture et je suis protégé. Une équipe de deux à trois personnes de notre côté était avec moi. La plupart du temps, j’étais en charge de notre équipe. “

Bien qu’Abou Mansour ait nié être un «type important», il a admis que sa portée au nom de l’Etat islamique s’étendait potentiellement jusqu’au président Erdogan lui-même :

«J’étais sur le point de le rencontrer mais je ne l’ai pas fait. L’un de ses officiers de renseignement a déclaré qu’Erdogan voulait me voir en privé, mais que cela ne s’est pas produit.

L’interview avec Abou Mansour a été  publiée le 18 mars 1919 dans Homeland Security Today, le magazine de la Coalition des gouvernements et des services de technologie (GTSC), une association professionnelle de dirigeants comprenant d’anciens hauts fonctionnaires américains travaillant dans le secteur de la sécurité nationale américaine.

Un partenariat stratégique

Abu Mansour a expliqué que son rôle consistait à coordonner les relations entre l’Etat islamique et la Turquie, où «les deux parties en bénéficiaient». Abu Mansour a déclaré que la Turquie considérait Daesh comme un outil stratégique pour étendre l’influence de la Turquie sur le nord de la Syrie en tant que centre d’un nouvel empire :

«Nous sommes dans la zone frontalière et la Turquie veut contrôler ses frontières – contrôler le nord de la Syrie. En réalité, ils avaient des ambitions non seulement pour contrôler les Kurdes. Ils voulaient tout le nord, de Kessab (le point le plus septentrional de la Syrie) à Mossoul… C’est l’idéologie des islamistes d’Erdogan. Ils voulaient tout le nord de la Syrie. C’est ce que la partie turque a déclaré [vouloir] contrôler le nord de la Syrie, car elle a ses véritables ambitions. En fait, nous avons parlé de ce qu’Erdogan avait dit publiquement [par opposition à ce qu’il souhaitait vraiment.] Cette partie de la Syrie fait partie des États ottomans. Avant l’accord issu de la Seconde Guerre mondiale, Alep et Mossoul faisaient partie de l’empire ottoman turc. L’accord Sykes Picot [dans lequel ils ont perdu ces régions] a été signé pour cent ans. Lors de nos réunions, nous avons parlé de rétablir l’empire ottoman.

Abu Mansour a ajouté que même si cette vision était systématiquement attribuée à Erdogan, elle n’était pas nécessairement partagée par le gouvernement turc :

«Je ne peux pas dire que telle soit la vision de l’ensemble du gouvernement turc. Beaucoup sont opposés à toute ingérence dans la réalisation de ce projet. Ils disent qu’ils vont essayer de vaincre le PKK et les Kurdes. Nous avons peur de l’union entre Kurdes et de la création d’un État kurde, mais ils se sont également étendus jusqu’à Alep… S’agissant d’un État de l’OTAN, ils ne peuvent en vouloir à l’OTAN. Donc, ils ne peuvent pas gérer directement la situation, mais ils veulent détruire la Oumma kurde, alors ils gèrent la situation [via Daesh] et obtiennent des avantages de l’État islamique. “

Daesh voyait dans l’alliance secrète avec la Turquie un “grand avantage”, car “ils pourraient protéger nos arrières. Environ 300 km de notre frontière sont partagés avec eux. La Turquie est considérée comme une route pour nous pour les médicaments, la nourriture – tant de choses entrent sous le générique de l’aide. Les portes étaient (grandes) ouvertes.

La porte ouverte de la Turquie pour Daesh

Les combattants de l’Etat islamique ont régulièrement obtenu des soins médicaux dans des hôpitaux turcs de l’autre côté de la frontière. Le gouvernement turc a également fourni de l’eau au groupe terroriste et lui a permis de vendre des dizaines de millions de dollars de pétrole via la Turquie.

“Nous avons négocié l’envoi de nos combattants dans les hôpitaux [en Turquie]”, a déclaré Abu Mansour. «Il y avait une facilitation – ils n’ont pas regardé les passeports de ceux qui venaient se faire soigner. C’était toujours une porte ouverte. Si nous avions une ambulance, nous pouvions traverser sans poser de questions. Nous pouvions traverser [en Turquie] à plusieurs endroits. Ils ne posent pas de questions sur les identités officielles. Nous devons juste leur faire savoir.

Les services de renseignements turcs étaient étroitement impliqués dans ce processus, a-t-il déclaré:

«Le MIT a été informé de chaque situation critique et a envoyé les ambulances à la frontière. Il y avait aussi des hôpitaux près de la frontière. Ceux qui recevaient des soins critiques y étaient soignés et [le MIT] envoyaient les autres partout en Turquie, selon leurs besoins. Il y avait des médecins très intéressés, syriens et turcs, qui voulaient aider. Donc, s’il n’y avait pas d’installations pour les soigner à la frontière, ils étaient envoyés plus loin en Turquie pour cela. “

Les factures médicales étaient en grande partie payées par Daesh, mais «certains hôpitaux publics turcs ont pris ces combattants gratuitement. Ce n’était pas seulement pour nos combattants, mais aussi pour les victimes des bombardements. Je ne sais pas combien de personnes ont été soignées en Turquie, mais c’était une routine… Je connais juste cet accord permettant d’ouvrir les portes à nos blessés et pour dire que des ambulances ont été envoyées. C’était un accord entre États concernant nos blessés. J’ai négocié ces accords. Pour les blessés, les fournitures médicales et autres puissvent passer, et j’ai également négocié à propos de l’eau, l’Euphrate. ”

L’eau fournie par la Turquie a permis à Daesh de cultiver et même de produire de l’électricité à partir de barrages :

«En réalité, nous [daesh en Syrie] avons conclu un accord avec la Turquie prévoyant 400 mètres cubes par seconde [d’eau] entrant en Syrie. Après la révolution, ils ont commencé à réduire la quantité d’eau à 150 mètres cubes par seconde. Après nos négociations [en 2014], il est revenu à 400. Nous en avions besoin pour l’énergie électrique et une source de vie vitale. ”

L’accord sur l’eau entre Daesh et la Turquie “a pris beaucoup de temps pour être négocié”, selon Abu Mansour. En échange, l’Etat islamique a donné au gouvernement turc des garanties quant à la sécurité et à la stabilité du pays face aux attaques de l’Etat islamique. «Lors des négociations, je ne pouvais pas dire que j’attaquerais la Turquie. C’est le langage des gangs, mais je dirais que nous avons essayer d’empêcher la Turquie de se battre sur le terrain, nous ne voyons pas la Turquie comme un ennemi. Ils ont compris de quoi on parle. Nous avons répété à maintes reprises : “Vous n’êtes pas notre ennemi ni notre ami.”

Abu Mansour a en outre affirmé que la Turquie était le principal vecteur des ventes de pétrole de Daesh : «La plus grande partie du pétrole syrien était destinée à la Turquie, et de petites quantités seulement sont allées au régime de Bashar…. C’est arrivé spontanément. Il y a beaucoup de commerçants qui pratiquent cela et la Turquie était le seul marché où envoyer du pétrole. Leurs commerçants ont payé le pétrole qui est allé en Turquie. “

La plupart de ces transactions ont eu lieu par l’entremise d’intermédiaires turcs approuvés par les autorités:

«Le pétrole qui est allé au gouvernement syrien – certains sont passés par des canalisations, d’autres par des camions. Le pétrole envoyé par Dawlah [Daesh] en Turquie a été organisé par des commerçants de Turquie qui sont venus prendre le pétrole avec notre autorisation. Les commerçants venaient aussi du côté syrien.

Les ventes de pétrole via la Turquie, a confirmé Abou Mansour, ont joué un rôle déterminant dans le financement de l’offensive militaire de l’Etat islamique. «En Syrie, le pétrole était suffisant pour payer les armes et tout le nécessaire», a-t-il déclaré. “[Nos revenus pétroliers] s’élevaient à plus de 14 millions de dollars par mois et la moitié de ces revenus pétroliers est amplement suffisante pour payer tout le nécessaire pour nos dépenses en armes.”

Ces affirmations corroborent une précédente enquête d’INSURGE sur les ventes de pétrole de Daesh,  qui soulevait des questions non seulement sur la complicité de l’Etat turc, mais également sur celle d’un certain nombre de sociétés irakiennes kurdes et occidentales.

Cependant, Abu Mansour a nié que l’Etat islamique ait reçu des armes ou un financement directement de la Turquie. Au lieu de cela, il a affirmé que l’Etat islamique avait systématiquement obtenu des armes auprès de sources appartenant à des groupes d’opposition armés : «Le peuple syrien anti-gouvernemental nous a fourni des armes ; beaucoup de mafias et de groupes nous ont échangé des armes”.

Une histoire familière

Les affirmations d’Abou Mansour concernant le soutien direct des services de renseignement militaires turcs à l’Etat islamique ont été corroborées par d’autres sources. En 2016, j’ai  interrogé  Ahmet Sait Yayla, chef de la Division des opérations antiterroristes et des opérations de la Police nationale turque entre 2010 et 2012, qui est devenu chef de la Division de l’ordre public et de la prévention du crime jusqu’en 2014.

Yayla m’a raconté avec beaucoup de détails comment il avait été témoin, du détournement de ses propres opérations de lutte antiterroriste, par la police, en raison des liaisons de renseignement turques qui protégeaient les combattants de l’Etat islamique, leur accordait systématiquement le droit de circuler librement à l’intérieur et à l’extérieur de la Turquie et leur fournissait des soins médicaux dans le pays dans les Hôpitaux turcs.

Il était cependant allé beaucoup plus loin en décrivant comment il avait eu connaissance de preuves d’un soutien financier militaire et financier direct de la Turquie pour certaines opérations de l’Etat islamique. Le témoignage détaillé de Yayla suggère que le rôle d’Abou Mansour en tant que négociateur en chef auprès des services de renseignement turcs ne couvrait pas certaines questions stratégiques-clés, telles que le soutien militaire et financier direct, ce qui expliquerait pourquoi Abou Mansour n’était pas au courant.

Mon histoire sur Yayla a été  interdite  par une ordonnance d’un tribunal turc l’année dernière, envoyée à des sociétés américaines spécialisées dans les technologies et les réseaux sociaux.

INSURGE a précédemment rapporté d’autres preuves émergentes  provenant de sources de renseignement occidentales indiquant une complicité de la part de l’État turc dans l’expansion de l’Etat islamique en Syrie.

Les nouvelles révélations renforcent la question de savoir pourquoi les gouvernements occidentaux ont ignoré les preuves du parrainage de l’Etat turc sur ISIS – au sein de l’OTAN non plus – malgré les lois internationales exigeant une action ferme contre les entités soutenant le terrorisme.

Le double jeu

En 2014, Abu Mansour a affirmé que la Turquie autorisait des combattants étrangers en Syrie tout en prétendant prendre des mesures à leur encontre:

«La Turquie voulait faciliter la traversée des frontières pour les combattants étrangers… Ils voulaient juste contrôler, ils doivent être connus et comment ils entrent, alors ils m’ont demandé de dire qui est entré et où. En fait, la partie turque a déclaré : «Vous devriez réduire, changer votre façon de faire, votre façon de traverser. Par exemple, n’entrez pas avec un groupe, car il devient clair qu’un groupe de personnes est entré. Entrez uniquement par des portes spécifiques. ne venez sans aucune arme. Ne venez pas avec de longues barbes. Votre entrée du nord au sud devrait être cachée autant que possible.

Une fois de plus, les services de renseignement turcs étaient directement impliqués: «[En 2014,] ils ont ouvert des portes légales sous l’œil du pouvoir turc par lequel nos hommes entraient et sortaenit. Mais l’entrée en Syrie était plus facile que le retour en Turquie. La Turquie contrôlait les mouvements. “

Les attaques terroristes de l’Etat islamique en Turquie orchestrées par des agents turcs du MIT?

L’affirmation la plus controversée d’Abou Mansour est peut-être que les attaques de l’Etat islamique en Turquie – à l’aéroport d’Istanbul, dans la discothèque Reina et dans les rues d’Ankara et d’Istanbul – n’étaient pas dans son propre intérêt, mais étaient probablement menées sous les ordres d’officiers du renseignement turcs qui avaient infiltré Daesh :

L’emni (ou Amn al Karji ) externe de daesh l’a commandé. Et je pense qu’il y avait des gars turcs du MIT à l’intérieur de l’emni externe. Je soupçonnais que la frappe à l’aéroport ne profitait pas à l’EI, mais à des groupes turcs d’EI qui voulaient frapper la Turquie ou à d’autres agences qui ne souhaitent pas de relations entre  Dawlah et la Turquie. Autrement, cela n’a aucun sens, car la plupart de nos employés sont passés par cet aéroport. »

Son explication à cela est que les ordres pour l’attaque ne venaient pas des dirigeants de l’Etat islamique proprement dit, mais des officiers turcs du MIT :

«Les ordres pour ces attaques en Turquie provenaient des membres du MIT au sein de  Dawlah,  mais pas de notre parti politique. Ils ne voulaient pas détruire Erdogan, mais simplement changer de route en ce qui concerne la question syrienne. Ils voulaient qu’il utilise son armée pour attaquer la Syrie et  Dawlah . L’attaque de l’aéroport lui fournit une bonne excuse pour s’installer en Syrie. »

Certes, il n’existe aucun moyen de vérifier de manière indépendante les extraordinaires allégations d’Abou Mansour contre les services de renseignements turcs, mais elles sont en partie corroborées par  les affirmations d’un autre ancien membre de Daesh, Savas Yildas, qui a été capturé par l’YPG kurde lors de l’attaque de la province de Gire Spi (Tel Abyad) au du Kurdistan de Syrie. Abu Mansour a ajouté que lors de son emprisonnement dans les prisons de l’YPG kurde, il avait entendu “que le gouvernement turc, après leur séjour à Raqqa, avait fait sortir 40 personnes faisant partie des agences de sécurité turques”.

Ces nouvelles révélations contredisent les années d’un récit conventionnel qui a décrit Daesh comme un mouvement spontané en éruption sans soutien important de la part d’un État.

La Turquie est à peine le seul État dont les agences de renseignement occidentales savaient qu’elles finançaient l’Etat islamique – d’autres incluent le Qatar et certaines familles en l’Arabie saoudite.

   et 

Anne Speckhard, Ph.D., est directrice du Centre international pour l’étude de l’extrémisme violent (ICSVE) et est professeure agrégée auxiliaire en psychiatrie à la faculté de médecine de l’Université de Georgetown. Elle a interrogé plus de 600 terroristes, membres de leur famille et sympathisants dans diverses régions du monde, notamment en Europe occidentale, dans les Balkans, en Asie centrale, dans l’ex-Union soviétique et au Moyen-Orient. Au cours des deux dernières années, elle et le personnel d’ICSVE ont interrogé (n = 101) des transfuges, des rapatriés et des prisonniers de Daesh, et ont étudié leurs trajectoires d’entrée et de sortie du terrorisme, leurs expériences au sein de Daesh, ainsi que le développement de la marque Briser Daesh (Breaking Daesh), un Contre-projet tiré du narratif de ces entrevues. Elle a également formé des intervenants clés dans les domaines de la police, du renseignement, des éducateurs, et d’autres professionnels de la lutte contre l’extrémisme violent sur l’utilisation de matériaux de messagerie contre-narratifs produits par ICSVE, aussi bien au niveau local qu’international, ainsi que sur l’utilisation des enfants en tant qu’acteurs violents par des groupes tels que Daesh et des consultations sur la manière de les réhabiliter. En 2007, elle était responsable de la conception des aspects psychologiques et islamiques du programme de réadaptation des détenus en Iraq, destinés à plus de 20 000 détenus et 800 mineurs. Elle est une experte recherchée dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et a consulté pour l’OTAN, l’OSCE, des gouvernements étrangers, le Sénat et la Chambre des États-Unis, les départements d’État, de la Défense, de la Justice, de la Sécurité intérieure, de la Santé et des Services sociaux, la CIA et le FBI, ainsi que CNN, BBC et NPR, Fox News, MSNBC, CTV et, dans le temps, le New York Times, le Washington Post, le London Times et de nombreuses autres publications. Elle est conférencière et publie régulièrement des ouvrages sur la psychologie de la radicalisation et du terrorisme. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment Talking to Terrorists, Bride of ISIS, Undercover Jihadi et Defectors, déserteurs de l’intérieur du califat terroriste. Ses publications se trouvent ici : https://georgetown.academia.edu/AnneSpeckhardWebsite : et sur le site Web d’ICSVE http://www.icsve.org Suivre sur twitter @AnneSpeckhard

https://www.hstoday.us

medium.com

7 COMMENTS

  1. j’en ai vu des abrutis mais des gens comme cette abrutis de pros terroriste gocho de ce baris qui doit s’emmerder dans sa vie et qui parle de choses qui ne connait pas range tes babouches et vas dormir

  2. Si Erdogan et sa Femme ont profité de l’aide abondante des USA, pour tuer et abattre les KURDES, ennemis éternels de la Turquie, fasciste et colonialiste, l’Arabie, avec ses subdivisions territoriales et princières, était, aussi, de la BANDE CRIMINELLE dirigée par le président des USA!!!L’Amérique a armé, également, les kurdes mais pour faire le sale boulot et préserver, ainsi, la vie de ses soldats dont la vie est plus précieuse que celles des Kurdes!!!Si les Kurdes ont chassé courageusement les drogués de daesh tout en payant un lourd tribut, ils sont en permanence trahis par aussi bien les Européens, la France en têté, et les USA!!!Au fait qu’est-il devenu le pion “AL BAGHDADI” formé et enrichi par Erdogan et sa Femme grâce au pétrole irakien et syrien qu’achetaient allègrement les Européens et les Américains?L’hypocrisie des uns et des autres fait vomir l’AFRIQUE!!!!

  3. Sans la TURQUIE DASCH aurait été bridé facilement !! La Turquie était son refuge pour les armes et l’argent !! On a bien vu que ERDOGAN jouait sur les deux tableaux , l’EU le sait depuis toujours mais la TURQUIE est dans l’OTAN et L’UE y voit son avantage , elle fera même l’impossible pour l’incorporer !!
    MACRON ouvrira grand les bras à ERDOGAN !! alors ne soyez pas étonné que les français ne veulent plus de cette EUROPE !!!

  4. Bonjour facile de dire c’est la faute de la Turquie ou erdogan, l’Europe et les américains on armées daesh et tout les groupe terroriste pour piller le pétrole et autre, quand les américains et les russe on attaquer il on fait beaucoup de mort civile en revanche la Turquie quand à elle, quand il a attaquer daesh et le pkk(ypg) y’a t’il eu des civils de mort non , voilà ce que l’on appelle la démocratie, il on tout fait pour que les civils n’est rien, alors les gent on beau dire oui m’est, non désoler la est la difference entre le bien est le mal bravo erdogan et la Turquie sens eux l’Europe serait à genoux cordialement

  5. Franchement, cela n’a rien d’une révélation. il est évident que la Turquie a toujours été l’alliée de daesh et elle doit payer pour cela.

    • Les évidences sans preuves ne valent rien en droit. Ici il s’agit de témoignages directs, mais qui relèvent bien que l’Europe et l’Occident en général n’ont pas levé le petit doigt pour contrecarrer les plans d’Erdogan. Excepté faiblement les Américains depuis Kobané, en aidant à la marge les Kurdes, puis en les appuyant plus franchement pour dégager Daesh

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.