Elle retire le hidjab et doit fuir le pays avec sa fille

3
884
Je l’ai fait pour ma fille, dit une femme menacée d’arrestation pour avoir manifesté contre le port du foulard en Iran
Azam Jangravi est montée il y a un an au sommet d’un boîtier de transformateur électrique dans la très animée rue de la Révolution, à Téhéran, agitant son hijab au-dessus de sa tête ; elle a été arrêtée peu de temps après, licenciée de son travail et condamnée à trois ans de prison, mais a réussi à s’échapper du pays avec sa fille Viana.

Le cœur d’Azam Jangravi était palpitant lorsqu’elle est montée il y a un an, au sommet d’un boîtier de transformateur électrique, dans la rue très animée de la Révolution àTéhéran. Elle a levé son foulard en l’air et l’a agité au-dessus de sa tête.

Une foule s’est formée. Les gens lui ont crié de descendre. Elle savait depuis toujours qu’elle allait être arrêtée. Mais elle a quand même réussi, dit-elle, à changer le pays pour sa fille de huit ans.

 Azam Jangravi (Photo: Reuters)

Azam Jangravi (Photo: Reuters)

“Je me disais: ‘Viana ne devrait pas grandir dans les mêmes conditions que dans ce pays dans lequel j’ai  grandi'”, a rappelé Jangavi cette semaine, lors d’une interview dans un appartement situé en dehors de l’Iran, où elle attend à présent des nouvelles d’une demande d’asile.

 Azam retire son foulard à Téhéran

Azam retire son foulard à Téhéran

 

“Je n’arrêtais pas de me dire :” Tu peux faire ça, tu peux faire ça “,” dit-elle. “Je ressentais un type de pouvoir très spécial. C’était comme si je n’étais plus du sexe de seconde catégorie.”

Après sa protestation, elle a été arrêtée, licenciée de son travail dans un institut de recherche et condamnée à trois ans de prison pour avoir encouragé l’indécence et violé délibérément la loi islamique.

 Azam après avoir quitté l'Iran (Photo: Reuters)

Azam après avoir quitté l’Iran (Photo: Reuters)

 

Le tribunal a menacé de prendre sa fille, mais elle a réussi à s’échapper d’Iran – avec Viana – avant le début de sa peine : “J’ai trouvé un passeur avec beaucoup de difficulté. Tout s’est passé très vite, j’ai quitté ma vie, ma maison, laissé ma voiture derrière moi, ” a-t-elle dit.

Alors qu’elle s’exprimait, Viana a dessiné des images. Ils montrent sa mère qui agite le hijab blanc dans les airs.

Depuis la révolution islamique en Iran, il y a 40 ans cette semaine, les femmes ont été contraintes de se couvrir les cheveux par souci de pudeur. Les contrevenantes sont publiquement admonestées, condamnées à une amende ou arrêtées.

 

 Azam Jangravi (Photo: Reuters)

Azam Jangravi (Photo: Reuters)

 

Selon Amnesty International, Jangravi était l’une des 39 femmes arrêtées l’an dernier en lien avec le mouvement du hijab, dans le cadre duquel 55 autres personnes auraient été arrêtées pour leur travail en faveur des droits des femmes, notamment des femmes qui tentaient d’entrer dans les stades de football illégalement et des avocats qui plaidaient pour ces femmes.

Les autorités font tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre fin à leur campagne “, a déclaré le chercheur iranien d’Amnesty, Mansoureh Mills. “De même lorsqu’ils cherchent dans les maisons des gens possédant des insignes portant l’inscription” Je suis contre le hijab forcé “.”

 (Photo: Reuters)

(Photo: Reuters)

 

Les badges font partie des efforts continus pour mettre en lumière le problème du hijab, ainsi qu’une campagne pour que les femmes portent un foulard blanc le mercredi.

Jangravi se souvient des histoires que sa mère lui avait racontées au sujet de la vie avant la révolution: “Elle m’a dit que la révolution avait provoqué beaucoup de sexisme et qu’ils avaient séparé les hommes et les femmes.”

Elle s’est sentie inspirée à agir après que deux autres femmes ont été arrêtées pour des manifestations similaires dans la même rue.

“Bien sûr, nous ne prévoyons pas que tout le monde grimpe sur la tribune de la rue de la Révolution”, a-t-elle déclaré. “Mais cela a permis que le monde entier entende notre voix. Ce que nous, les filles, avons fait de ce mouvement est qu’il constitue une réalité qui se poursuit.”

Reuters | Publié: 02.14.19, 21:23

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

3 COMMENTS

  1. “Depuis la révolution islamique en Iran, il y a 40 ans cette semaine, les femmes ont été contraintes de se couvrir les cheveux par souci de pudeur. Les contrevenantes sont publiquement admonestées, condamnées à une amende ou arrêtées.”

    C’est ce qui s’appelle “le port volontaire du hijab”
    Ensuite on voudra nous faire croire que ces femmes se sentent plus libres avec un voile qu’elles ont l’obligation de porter.

    Qui prend qui pour des agneaux de six semaines ?

  2. Et le Grand Machin ne trouve rien à redire devant ce manque de liberté en Iran.
    Le G.M est seulement obnubilé par Israel.
    Courage Madame, les temps sont proches où le régime des Mollards va tomber.

  3. Comme le dit la Sagesse Hébraïque, un prisonnier ne peut pas s’echapper seul d’une prison. Il faut une aide “externe”.
    Chers freres iraniens, vous n’êtes pas seuls. Vous allés sortir de cette prison, car aucune tyrannie ne demeure à jamais.
    L’important, c’est de savoir que vous vivez sous tyrannie, et ne pas l’oublier. Nous y veillerons, nous, qui sommes toujours sortis des tyrannies. La fin des méchants est proche.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.