Deux mythes antisémites dévoilés

Les antisémites et leurs collaborateurs refusent de reconnaître que les Juifs ne sont pas des menteurs et ne contrôlent pas les médias.

Le 7 octobre, le groupe terroriste palestinien Hamas a commis le pire massacre de Juifs depuis l’Holocauste. Deux des réactions les plus marquantes et les plus déplorables au massacre ont été la négation antisémite de ce crime et la partialité généralisée des médias contre Israël.

Une analyse minutieuse de ces deux phénomènes révèle l’absurdité de deux mythes antisémites: selon lequel « tous les Juifs sont des menteurs et on ne peut leur faire confiance » et que « les Juifs contrôlent les médias mondiaux ».

La négation des crimes semble provenir du besoin des antisémites de ne pas croire tout ce que disent les Juifs. Ils considèrent les Juifs comme des « menteurs » ou des « personnes malhonnêtes » qui complotent constamment pour manipuler le monde. Croire aux atrocités du 7 octobre nécessiterait d’accepter l’humanité et la vulnérabilité des Juifs. Les antisémites refusent de le faire.

De telles opinions antisémites sont fréquemment exprimées dans les écritures islamiques, ce qui contribue à généraliser la haine des Juifs dans les communautés musulmanes. Par exemple, certains hadiths – déclarations du prophète de l’Islam Mahomet – qualifient les Juifs de « menteurs ».

Les déclarations haineuses à l’égard des Juifs qui apparaissent dans le Coran, les hadiths et la sira (biographie de Mahomet) alimentent l’antisémitisme islamique depuis des siècles.

Les dirigeants musulmans répètent souvent ces références islamiques antisémites aux Juifs. Le juge de la charia de l’Autorité palestinienne Abdallah Harb, par exemple, a affirmé en 2022 que les Israéliens et les Juifs étaient des « menteurs » et « le peuple de la falsification et du mensonge ».

Le Dr Andrew Bostom, l’auteur du livre L’héritage de l’antisémitisme islamique, a déclaré au JNS :

« Le déni de l’adhésion et de la promotion continue du jihad et de la haine « sacralisée » des Juifs par l’islam sunnite et chiite institutionnel faisant autorité et faisant autorité sous-tend le déni du jihad du Hamas, y compris la perpétration de la plupart, sinon de la totalité, de ses atrocités.

Depuis le 7 octobre, de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux – en particulier des islamistes – ont soit complètement nié, soit tenté de minimiser les crimes commis par le Hamas. Certains se sont moqués des atrocités et de leurs victimes. Cela est conforme au mythe antisémite selon lequel les Juifs sont malhonnêtes par nature et mentent pour poursuivre des objectifs cachés.

Le déni généralisé des crimes contre l’humanité du Hamas a incité le gouvernement israélien à projeter à 200 représentants de la presse étrangère quelque 43 minutes de scènes déchirantes de meurtre, de torture et de décapitation lors de l’attaque du Hamas du 7 octobre, y compris des vidéos brutes des caméras corporelles des terroristes.

Le gouvernement israélien a déclaré qu’il avait décidé de montrer aux journalistes une partie de sa documentation collectée afin de dissiper ce qu’un porte-parole a qualifié de « phénomène de type négationnisme se produisant en temps réel ».

Ce déni va de pair avec le parti pris des médias occidentaux contre Israël, même face au massacre du 7 octobre.

La propagande antisémite propage le mythe selon lequel les médias sont contrôlés par les Juifs. Pourtant, la couverture médiatique occidentale des questions liées à Israël est depuis des années extrêmement biaisée contre Israël et complice des groupes terroristes palestino-arabes. Cela a été particulièrement évident dans leur récente couverture du bombardement d’un parking à côté d’un hôpital à Gaza.

Le 16 octobre, le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, a imputé à Israël l’explosion de l’hôpital Al-Ahli et a déclaré que des centaines de personnes étaient mortes. Cette affirmation a conduit à de violentes manifestations dans toute la région et à l’annulation du sommet prévu par le président américain Joe Biden en Jordanie.

Une grande partie des grands médias occidentaux se sont précipités pour « rapporter » le prétendu bombardement par Israël d’un hôpital à Gaza et la prétendue mort de 500 personnes.

Il fut rapidement prouvé que tout dans ces rapports était faux. L’ explosion a été provoquée par une roquette ratée lancée par le Jihad islamique palestinien (JIP). Apparemment, les djihadistes tentaient de bombarder Israël mais ont fini par frapper le parking de l’hôpital et tuer des civils. L’AFP , citant de hauts responsables du renseignement européen, a rapporté le 19 octobre qu’entre 10 et 50 personnes étaient mortes à la suite de l’explosion. Comme le rapportait le journal français Le Point une semaine plus tard :

« Les images satellite du complexe hospitalier avant et après la fusillade, publiées mercredi par la société Maxar Technologies, révèlent une zone d’impact probable sur le parking principal, mais sans dommage structurel significatif sur les bâtiments adjacents. Des images circulant sur les réseaux sociaux, vérifiées par l’AFP, montrent des décombres en feu à l’extérieur de l’hôpital.»

Les médias auraient dû se rappeler que de tels incidents ne sont pas rares. Lors de la flambée de violence entre Israël et le JIP en août 2022, plus d’ un cinquième des 1 000 roquettes tirées vers Israël sont tombées sur Gaza, où elles ont causé un tiers des 44 morts du conflit.

De toute évidence, au lieu de mener des recherches indépendantes, de vérifier soigneusement les informations et de se méfier des affirmations des terroristes, les médias ont pris la parole du Hamas sur la question et ont diffusé de la désinformation sur un crime commis par les jihadistes de Gaza.

Cela n’est pas surprenant étant donné que ces médias ne peuvent pas ou ne veulent même pas qualifier le Hamas de terroriste. La Voice of America , la BBC et la CBC se livrent toutes à cette tromperie ouverte, la BBC n’ayant modifié cette politique que suite à des critiques intenses et justifiées.

Alors qu’une grande partie des médias grand public ne font pas correctement leur travail, les antisémites demandent avec moquerie aux Israéliens de « prouver » qu’ils ont été massacrés, violés, brûlés, mutilés, décapités ou kidnappés. Ils ignorent alors toutes les preuves disponibles afin de s’accrocher à leurs croyances. Les médias deviennent vite complices de ces mensonges.

Affronter et accepter honnêtement les crimes du Hamas et condamner leurs auteurs serait en contradiction avec la croyance antisémite selon laquelle les Juifs dirigent secrètement le monde. Les antisémites seraient obligés de se demander : comment un peuple tout-puissant comme les Juifs peut-il être envahi, massacré et victimisé ? Si les Juifs contrôlent les médias internationaux, pourquoi une grande partie des médias tentent-ils de minimiser les massacres pervers du Hamas ?

Ceux qui haïssent les Juifs exigent que nous rejetions l’évidence de nos yeux et de nos oreilles. La plupart des grands médias servent le même programme.

Cela constitue la déshumanisation totale du peuple juif. C’est irrationnel, illogique et inhumain. Pire encore, cela met en danger la vie des Juifs et des non-Juifs.

Le Dr David Patterson, titulaire de la chaire Hillel A. Feinberg d’études sur l’Holocauste au Centre Ackerman d’études sur l’Holocauste de l’Université du Texas à Dallas et auteur du livre A Genealogy of Evil: Anti-Semitism from Nazism to Islamic Jihad , a déclaré : JNS :

« Comme dans le cas de la négation de l’Holocauste, la négation des atrocités ahurissantes, monstrueuses et horribles systématiquement perpétrées par le Hamas se produit en dépit de toutes les preuves. Ni l’un ni l’autre ne concerne les preuves ou les arguments. Tous deux sont motivés par une haine exterminationniste des Juifs qui ronge l’âme de l’antisémite. C’est une haine du caractère sacré même de l’autre être humain, car ce qui commence avec les Juifs ne finit jamais avec les Juifs. »

Malheureusement, il a raison, et cette haine est aujourd’hui très visible.

UZAY BULUT
Uzay Bulut est un journaliste et analyste politique turc anciennement basé à Ankara. Elle est actuellement étudiante en recherche au programme international d’études israéliennes MA Woodman-Scheller de l’Université Ben Gourion en Israël.
JForum.fr avec jns
L‘exposition « Lumières de l’espoir » sur la place Pais Arena à Jérusalem illumine le ciel pour sensibiliser le public aux personnes retenues en otage par le Hamas dans la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. Photo d’Avi Mizrahi.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires