Des institutions juives françaises désuètes

7
492

 

Le Consistoire central israélite de France est l’institution créée en 1808 par Napoléon Ier pour administrer le culte juif en France. Cette institution est officiellement représentative de la religion juive de France et se distingue du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) qui est une association politique dont la vocation est de représenter, auprès des pouvoirs publics, toutes les tendances de la communauté juive française. Rappelons que le Fonds social juif unifié (FSJU) est en charge des problèmes culturels et sociaux.

 

  Les consistoires israélites français se composent d’un consistoire central dont le siège est à Paris, et de quinze consistoires départementaux dont celui de Paris. Chaque consistoire départemental se compose d’un grand rabbin et de quatre membres laïcs choisis dans l’assemblée des notables juifs locaux. Le consistoire central, à Paris, réunit le grand rabbin de France et huit membres laïcs élus par les notables juifs des différents départements. Le consistoire central et celui de Paris sont, depuis plus de dix ans, présidés par Joël Mergui qui cumule les deux fonctions.
            Le consistoire central se charge de la haute surveillance des intérêts et du culte juif, délivre aux rabbins agréés les diplômes du second degré et nomme le grand rabbin de France. Il donne aussi son avis en vue de la nomination des rabbins départementaux. Il est chargé de la formation des rabbins à l’École rabbinique de France. Il représente et défend les intérêts du judaïsme partout en France. Il collabore avec les pouvoirs publics sur tous les sujets essentiels et sensibles du judaïsme et de la vie juive. Il soutient les petites communautés isolées et menacées d’extinction. Enfin, il dirige la Fondation du Patrimoine juif de France. Le consistoire central fédère et coordonne l’ensemble des consistoires régionaux.

Grand Rabbin Haïm Korsia

  Chaque consistoire départemental administre les bâtiments et les associations religieuses locales. Il délivre aux rabbins agréés les diplômes du premier degré. Les consistoires organisent le culte et le rabbinat. Ils ont la responsabilité de l’entretien et de la préservation des lieux de culte, des bâtiments communautaires, des cimetières et des mikvaot (le mikvé est le bain rituel utilisé pour l’ablution nécessaire aux rites de pureté dans le judaïsme). Ils ont en charge les aumôneries des armées, des prisons et des hôpitaux. Ils sont responsables des mariages et des divorces religieux et des conversions au judaïsme. Ils organisent l’enseignement religieux et gèrent les écoles communautaires. Enfin ils sont responsables de l’abattage rituel et de la cacherout des produits alimentaires.

Synagogue Buffault à Paris

Les consistoires n’ont subi aucune évolution depuis la Révolution française alors qu’à l’époque 40.000 Juifs vivaient en France. Aujourd’hui ils sont évalués à 500.000, après l’apport des populations d’Afrique du nord. Mais les Juifs de France ont évolué et ils ont partiellement abandonné la définition cultuelle de leur existence pour adopter des définitions culturelles ou politiques ce qui met le consistoire en porte-à-faux face à l’identité religieuse. Pendant longtemps le Consistoire restait l’instance représentative par excellence auprès des pouvoirs publics, et d’ailleurs la présidence du CRIF lui revenait statutairement. Aujourd’hui, il partage cette responsabilité avec le CRIF ce qui peut causer des réticences.
            Le Consistoire qui, en théorie, représente les Juifs, n’est en fait que l’expression de certaines fractions du judaïsme religieux. Il ne les contient pas toutes, ce qui est une limitation formelle, institutionnelle et financière. Ainsi le mouvement hassidique Loubavitch, très implanté en France puisqu’il compte 40.000 membres, n’est pas intégré aux consistoires. Au départ d’origine ashkénaze, il fait ses recrues essentiellement au sein des séfarades, à l’image de la communauté juive en France dans son ensemble. Il compte plus de soixante-dix institutions à travers la France, indépendante du Consistoire, comprenant des écoles pouvant recevoir plus de huit mille enfants, et des centres communautaires Habad dans toutes les principales villes de France. Il dispose de sa propre cacherout ce qui diminue d’autant les ressources du consistoire.

Centre loubavitch à Neuilly

Depuis 1977, une nouvelle branche du judaïsme inspirée des mouvements américains, le Mouvement juif libéral de France (MJLF), tend à moderniser les pratiques religieuses. Cette association cultuelle et culturelle juive libérale, affiliée à la World Union for Progressive Judaism, est rejetée par les orthodoxes, donc par le Consistoire qui ne reconnaît ni ses membres et ni ses décisions. Créé à l’initiative du rabbin Daniel Farhi, formé à l’école rabbinique orthodoxe, le mouvement promeut la vie religieuse et culturelle juive au travers d’un centre communautaire et de deux synagogues. Ce judaïsme réformé et moderne prône un judaïsme moins austère, plus ouvert aux conversions, avec des pratiques plus collées à la vie moderne telles que l’usage de la voiture et de l’électricité le shabbat, les prières en français et la mixité dans les synagogues. Il attire à lui des Juifs que les préceptes rigides et figés datant de l’époque des Livres rebutent. Mais ses membres ne sont pas reconnus comme juifs.

Mouvement libéral à Paris

Le monde religieux français est donc scindé en plusieurs sensibilités indépendantes que le Consistoire n’arrive plus à rassembler. Les Juifs aspirent pourtant à une représentation unique pour éviter que les pouvoirs publics, selon la conjoncture politique, donnent une audience tantôt au Consistoire, tantôt au CRIF. Or le Consistoire, qui présidait statutairement l’assemblée du CRIF, a perdu ce privilège à la suite d’une modification des statuts.

Juifs de Djerba (Tunisie)

 L’arrivée massive des Juifs maghrébins a modifié l’équilibre entre religieux et laïcs. Chez les Juifs maghrébins les traditions politiques juives sont presque absentes, et c’est au sein de la pratique religieuse, ou contre cette pratique, qu’ils se définissent pour la plupart. Du coup, le Consistoire, à la suite d’une remontée en puissance des pratiques religieuses, a acquis une plus grande représentativité. Mais la question se pose de savoir ce qui motive tant de personnes à choisir un poste bénévole pour assurer la gestion difficile du Consistoire. En fait, la cacherout génère de grandes sommes d’argent dont l’utilisation est laissée à la discrétion des administrateurs. Les taxes imposées sur la viande, le vin, les restaurants et les produits alimentaires, pour garantir la conformité avec les règles de la Loi juive, la Halakha, constituent les revenus pour couvrir les dépenses dont certaines sont considérées comme inappropriées.

  Joël Mergui avait fait de la réforme des statuts un point fort de son programme électoral durant la campagne pour la présidence du Consistoire Central en 2012 où il avait été élu avec 85 % des suffrages contre Moïse Cohen, et celle du Consistoire de Paris en 2013, sans pour autant avoir donné des indications précises. Pendant un temps, il avait été question d’une fusion entre les deux Consistoires mais le projet avait été abandonné au profit d’un rapprochement entre les deux institutions qui conserveraient leurs existences juridiques respectives et des budgets distincts. Joël Mergui, persistait cependant à vouloir fusionner les deux organes.
            Depuis deux ans, la proposition de modifier les statuts a figuré à l’ordre du jour de toutes les réunions des deux Consistoires. Le 29 novembre 2015, les 30.000 adhérents du Consistoire de Paris ont eu à statuer sur le projet qui devait obtenir la majorité des deux tiers pour être adopté. Il s’agissait de créer un Consistoire juif de France en fusionnant le consistoire central et celui de Paris.

Assemblée du 29 novembre 2015 – JForum.fr

Mais le projet impliquait la suppression de l’élection directe des administrateurs par les adhérents ce qui n’était pas acceptable pour nombre de militants juifs. En contrepartie, les administrateurs seraient choisis par un collège de grands électeurs constitué à la fois de présidents et de trésoriers des commissions administratives, ce qui aurait pour effet de couper le Consistoire de sa base.  La réforme prévoyait le cumul des fonctions de président du Consistoire de Paris et du Consistoire de France.
Cette concentration des pouvoirs risquait d’une part d’affaiblir les communautés de province et d’autre part de limiter considérablement les débats. Elle donnerait un pouvoir sans partage à une seule personne qui, après cooptation de membres serviles, deviendrait un président à vie comme dans les républiques bananières. Les opposants à la réforme craignaient par ailleurs un durcissement de la ligne orthodoxe défendue par Joël Mergui avec une prévalence de son rôle sur celui du Grand Rabbin.
            Mais des doutes sérieux existaient sur l’organisation du scrutin. Certains membres du collège électoral ont été évincés arbitrairement. Parmi les 120 délégués du consistoire de Paris (60 titulaires, 60 suppléants), l’habitude avait été prise de nommer, au côté des membres de droit, des responsables de communautés ou d’anciens administrateurs, certaines personnalités extérieures ce qui permettait à Joël Mergui de s’entourer de ses hommes de confiance. Dov Zerah, qui s’inquiétait des méthodes de l’équipe en place, avait obtenu par voie de justice la présence d’un huissier pour contrôler et valider le vote qui devait s’effectuer exclusivement à bulletins secrets et non à main levée. C’est le paradoxe d’une institution qui dispose de son propre tribunal, le Beth Din, pour régler les litiges entre Juifs et qui fait appel à une instance laïque extérieure pour arbitrer une question juive.

Le scrutin du 29 novembre 2015, modèle d’élection dans la pagaille, n’a pas fait honneur au Consistoire. Une vidéo montre le désordre et la cacophonie qui régnait tout au long des débats et les manœuvres des hommes de Mergui pour influencer le vote. Malgré cela, grâce à la présence d’un huissier, le projet a été rejeté en assemblée générale par absence d’une majorité des deux tiers. Joël Mergui a été désavoué après une rude bataille menée par deux anciens présidents Moïse Cohen et Dov Zerah. Ce rejet a renforcé la fonction du Grand rabbin de France qui dans le nouveau schéma prévu aurait été marginalisé

Projet centre juif paris 17°

Joël Mergui voulait par ailleurs avoir les mains libres pour gérer la construction du nouveau centre culturel juif de 4.800 mètres carrés à Paris. Encore faut-il qu’il boucle le financement du projet qui s’élève à plusieurs millions d’euros avec tous les risques de dérives que de tels montants peuvent soulever. De nombreux Juifs trouvent que le moment est mal choisi pour la construction du centre juif à Paris, une sorte de caprice de riche alors que les caisses du Consistoire ne sont pas en état de supporter le choc et que des Juifs de plus en plus nombreux s’installent en Israël. Ses détracteurs émettent des doutes sur les réels propriétaires finaux de ce futur centre communautaire qui passerait en fait entre des mains privées.

Ancien siège de la gendarmerie à Paris 16°

Ce projet est d’autant plus risqué qu’il ferait double emploi avec une réalisation déjà signée et financée. En effet, des jeunes cadres juifs français, commerçants, dentistes, médecins, experts-comptables et commerçants, lassés par l’indifférence des autorités israéliennes peu enclines à favoriser leur alyah, ont pris le parti de consolider définitivement leur installation en France en investissant pour leur communauté à Paris. Ils ont signé l’achat, près du Trocadéro dans le 16ème arrondissement de Paris, de tout le rez-de-chaussée d’un immeuble en rénovation, anciennement occupé par la direction de la gendarmerie. Les 1.200 m², livrables en 2018, seront emménagés en synagogue, mikvé, salle de cours, bibliothèque, talmud torah, salle de fêtes pour mariages et bar-mitsva, école maternelle et primaire. Il n’est pas prévu que ce complexe dépende du Consistoire. Il sera géré par les promoteurs du projet qui trouvent trop importantes les ponctions financières imposées par le Consistoire et douteuse la destination des dons. Ainsi, deux projets dans pratiquement le même quartier seraient un luxe pour la communauté juive de Paris.
            Ce projet de la rue Saint-Didier prouve par ailleurs que le Consistoire ne fait plus l’unanimité puisque de nombreuses petites synagogues préfèrent s’affranchir de sa tutelle. Elles accusent le Consistoire de faire un mauvais usage d’une partie des fonds récoltés et préfèrent gérer leur propre budget et choisir leur propre rabbin souvent venu d’une Yeshiva israélienne.

Centre Edmond Fleg


          Mais à côté de ces dépenses qui peuvent sembler démesurées, le Consistoire a pris dans le secret la décision non débattue de supprimer le centre Edmond Fleg au Quartier Latin. Pilier du judaïsme parisien, ce centre «rassemble les étudiants qui peuvent prier, étudier, se rencontrer et manger cacher».  Il sert de synagogue aux Juifs du 6° et aux nombreux touristes qui viennent y prier. Une décision arbitraire qui démontre que le Consistoire est sourd aux demandes qui lui parviennent et qui restent sans réponse.

          Au lieu de chercher à donner tous les pouvoirs à un seul clan, voire à un seul dirigeant, le Consistoire devrait concentrer ses efforts pour ramener à lui toutes les structures juives qui lui ont échappé en raison d’une politique autoritaire. Mais pour cela, les méthodes doivent changer, et peut-être les hommes.

Jacques BENILOUCHE

 

7 COMMENTS

  1. Le lieu dont vous parlez rue St Disier à Paris 16e est la propriété de Nexity qui construit des appartements. Ce projet d’un centre communautaire est caduque!!

  2. BERNARD Gilbert en Cévennes   
    Comme goy, évangélique chrétien français, & surtout sioniste et ami d’Israël inconditionnellement, je vois que les humains se comportent planétairement de façon identique. Car s’il y a des anomalies comme celles décrites ici, on peut constater les mêmes chez des communautés évangéliques avec leurs structures pyramidales plutôt que communautaires. Il y a longtemps que je ne crois plus à la démocrassie (orthographe volontaire), mais elle est un moindre mal.
    La seule xxx….cratie pour moi valable et authentique est celle qui est donnée par le Créateur, Lui le seul et unique Seigneur-Adonaï dans les ciels et sur la terre et même dessous nos pieds.
    Alors les petits egos que nous sommes sont à laisser au vestiaire pour écouter cet Adonaï tout-puissant. Ce ne sont pas des principes que j’apporte, mais des réalités de vie nécessaires et suffisantes. Elohim dit bien ARRÊTEZ & SACHEZ QUE JE SUIS ELOHIM IHVH. Tout ce qu’oin y ajoute vient du satan qui manipule les crartures merveilleuses que nous sommes et que nous avons laissées être manipulées par l’ennemi de notre âme.
    Pour la part que Adonaï m’a donné de vivre, je MAINTIENS sur, dans et autour de mes frères juifs, aînés de la foi universelle dès avant la fondation du monde, je maintiens bénédiction, multiplication, protection et exaucement comme le montre Iabès dans le livre des Chroniques.
    Shalom et yom tov ce jour au nom du D.ieu vivant.
    gilbert.bernard3@orange.fr

    • BERNARD Gilbert en Cévennes,
      C’est sur que la démocratie est un moindre mal mais justement les dérives doivent être combattues, c’est la condition même de l’espoir et du progrès social ( merci à nos parents combattants), nous ne sommes pas là que pour vivre d’histoires bibliques mais également pour tendre à une forme de réalisation de ces histoires. Autrement, on sombre dans le non sens.
      Comme vous le dites si bien, tout le monde connait ces dérives alors il est parfaitement irresponsable de les masquer ou de les noyer.

  3. Pourquoi ne pas avoir cité le premier mouvement libéral, Copernic, qui a fêté ses 100 ans il n’y a pas si longtemps et dont Daniel Farhi est issu.

  4. Encore une mégalomania de construction ou de déménagement dans des locaux inutiles qui avalent l’argent qui n’est pas disponible.

  5. A part en parler sans arrêt, rien n’est fait pour contrer cette volonté malsaine et destructrice de concentrer tous les pouvoirs en une seule main. L’honneur personnel devrait être éliminatoire.
    Paroles, paroles.

  6. Bravo pour ces descriptions; Faire cesser l’omerta destructrice et travailler sur de vrais sujets.
    Hector se tient à votre disposition pour tout projet d’assainissement constructif au profit de la communauté juive de France. ( compétence avec force de proposition, mises en oeuvre et dévouement assurés contre rémunération raisonnable)!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.