Sécurité : d’autres menaces terroristes en Floride

Des sites de Daesh et les renseignements américains ont alerté de nouvelles menaces ciblant la Floride et le territoire U.S

 police-swat-team-1024x661_986_657

L’Etat Islamique (Daesh) avait averti, au début de la semaine dernière qu’il préparait des attentats terroristes en Floride et il avait diffusé une liste de noms de résidents de l’Etat de Floride qu’il a l’intention de tuer.

Shoebat.com, un site de Daesh, a formulé cette menace le 9 juin (3jours avant l’attentat d’Orlando). L’article annonçait que Daesh diffusait une « liste de cibles prioritaires » contenant plus de 8.000 noms, la plupart américains, dont plus de 600 résidant en Floride.

 

SWATDes membres des SWAT (groupe d’intervention de choc) arrivent sur la scène des tirs en rafale fatales au Night-Club d’Orlando, le Pulse, Florida. / AP

Le « Backgrounder » (la Fiche d’information) de l’édition du 9 mai de Geostrategy-Direct mettaient deux reportages en avant, qui titraient : « Daesh pourrait prendre l’Occident pour cible, alors que la pression monte en Irak, Syrie », et : « La réplique trop lente d’Obama contre Daesh a rendu sa défaite beaucoup plus âpre et difficile ».

Daesh « a de plus ne plus recours à la violence faisant le maximum de pertes humaines, alors qu’il se trouve sous la pression à partir d’angles multiples », déclarait un expert cité.

Le terroriste Omar Mateen, connu pour avoir prêté allégeance à Daesh, a tué 49 personnes et blessé 53 autres dans l’attaque qui a vite tourné au carnage, contre la boîte de nuit le Pulse d’Orlando, le 12 juin.

 « Le Cyber Califat Unifié » qui a piraté le Commandement Central américain, dont 54.000 comptes Twitter det qui a menacé le Président Barack Obama, est le groupe partisan de Daesh, qui a publié la « Liste de cibles prioritaires », avec les noms, adresses et e-mails de milliers d’Américains, selon le reportage.

Les rapports concernant cette liste sont apparus en pleine lumière, sur la toile, quand Vocativ a déclaré que cette liste était partagée grâce à l’application russe encryptée Telegram.

L’avocat Stuart Kaplan, ancien agent du FBI, a affirmé que la menace est « particulièrement alarmante », puisque les gens repérés sur cette liste sont des civils « qui ne disposent pas par eux-mêmes de la protection nécessaire [pour y faire face] ».

Selon un reportage de l’édition présente de Geostrategy-Direct, Daesh se réorganise, faisant profil bas et déplace ses opérations souterraines, au beau milieu de lourdes pertes en Syrie det en Irak. Les analystes des renseignements disent que cette réorganisation se focalisera plus sur des attaques provoquant des massacres sur des cibles occidentales.

 « A la suite de ses pertes territoiriales, nous assistons à une tendance à la surenchère constante dans le tempo que s’imposent les opérations de Daesh à l’échelle de la planète », déclarait déjà le 1er mai, le Centre contre le terrorisme et l’insurrection du magazine IHS Jane’s.

Par La rédaction du WorldTribune,  12 juin 2016

worldtribune.com

Adaptation : Marc Brzustowski


Le meurtrier des deux policiers était déjà dans le radar de l’antiterrorisme

Larossi Abballa, photo tirée de son compte Facebook.

Larossi Abballa, un Français de 25 ans originaire de Mantes-la-Jolie, avait été condamné en 2013 pour participation à une filière djihadiste entre la France et le Pakistan. Il faisait dépuis l’objet d’une enquête de la sous-direction antiterroriste sur une autre filière djihadiste vers la Syrie.

Au lendemain de l’assassinat d’un policier et de sa compagne à leur domicile de Magnanville (Yvelines), l’assaillant, qui s’est revendiqué de Daech, a été identifié. Il s’agit de Larossi Abballa, un Français de 25 ans originaire de Mantes-la-Jolie. L’homme était connu des services de police: il avait déjà été condamné en 2013 à trois ans de prison dont six mois avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour participation à une filière djihadiste entre la France et le Pakistan. «Cet acte a été fait par quelqu’un qui avait été effectivement arrêté pour recrutement», a laconiquement indiqué sur RTL le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Mais «à l’heure où on parle, il est difficile de tirer quelque conclusion que ce soit, il faut être prudent», a-t-il dit. Son nom apparaît aussi dans une instruction en cours, menée notamment par la sous-direction antiterroriste (Sdat), comme appartenant à l’entourage d’un homme parti en Syrie, mais il n’était pas considéré comme menaçant, dit-on de source proche du dossier. Auparavant, Larossi Abballa s’était fait connaître pour des actes de petite délinquance comme des vols, des recels et des violences volontaires.

«Je ne sais pas encore ce que je vais faire de lui»

Selon le journaliste spécialiste des mouvances djihadistes David Thomson, Larossi Abballa a posté cette nuit un long message de revendication par l’application «Facebook live», qui permet de diffuser des vidéos en direct sur le réseau social. «On a répondu favorablement à cheikh Adnani», «L’Euro sera un cimetière», dirait-il notamment dans la vidéo visionnée par le journaliste de RFI. «L’auteur de l’attentat appelle à tuer les policiers, les gardiens de prison, les journalistes, les rappeurs et il cite de nombreux noms», indique encore le journaliste. Larossi Abballa aurait aussi posté des photos de ses victimes sur Facebook. Le bébé des deux policiers apparaîtrait dans la vidéo de revendication. «Je ne sais pas encore ce que je vais faire de lui», y expliquerait le terroriste. Il sera finalement sain et sauf.

L’auteur de l’attentat appelle à tuer les policiers, les gardiens de prisons, les journalistes, les rappeurs et il cite de nombreux noms.

« On a répondu favorablement à cheikh Adnani« , « l’euro sera un cimetière », dit-il dans notamment dans la video.

Tôt ce matin, les policiers ont perquisitionné le logement du suspect, rue Roald Amundsen, à Mantes-la-Jolie. Cette partie du quartier du Val Fourré a été harmonieusement rénovée, avec des immeubles coquets de quatre étages, dans un cadre verdoyant. Au deuxième étage, un voisin a été réveillé à 5 heures par la police qui lui a demandé de l’accompagner au troisième, là où vivait le suspect. Un jeune du quartier, Hamza, reconnaît formellement le jeune homme sur les photos que lui présente la presse. Selon lui, Larossi Abballa ne fréquentait pas le lieu de prière dressé dans la rue, sous une bâche. «Je suis très étonné, c’est un garçon bien, sans histoires, il livrait des sandwichs dans le quartier». Sur sa page Facebook, Abballa faisait la promotion de son entreprise de fast-food, «Dr. Food 78», créée en janvier 2015. Il y vantait la qualité de ses produits, de son service de livraison, et se mettait en scène sur Snapchat. Mais le 20 avril, il avait changé sa photo de profil par un écran noir, et ne postait depuis plus que des vidéos complotistes ou antisémites [Pourtant, comme l’individu déjà deux fois repéré d’Orlando, il n’a jamais été inquiété par aucun service de police].

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.