Daesh met en déroute les nouvelles Forces Syriennes de la CIA à Abu Kamal. 
Une nouvelle milice syrienne mise sur pied et entraînées par les Etats-Unis d’Amérique en Jordanie est tombée dans une embuscade, a été encerclée et a dû fuir, quand elle n’était pas achevée sur place par Daesh, le 29 juin, près d’Abu Kamal, à la frontière irako-syrienne. Cependant, selon d’autres sources kurdes et américaines, la bataille d’Abu Kamal n’était pas terminée, vendredi 1er juillet et cette milice syrienne formée par les Etats-Unis poursuivrait son offensive sur cette ville-charnière entre la Syrie et l’Irak. Enjeux stratégiques de cette nouvelle avancée des « rebelles modérés » made In CIA, dont au moins un groupe a subi d’énormes pertes. 

Une bataille qui s’est déroulée le 29 juin entre Daesh et les forces rebelles pro-américaines, près de la frontière entre la Syrie et l’Irak, restera dans les annales de la guerre anti-terroriste comme l’une des défaites les plus cuisantes jamais subie par une force syrienne soutenue et entraînée par les Américains en Jordanie.

Ce n’était pas la première, selon les sources des renseignements militaires de Debkafile. En août 2015, une force du Front al Nusra, appartenant à al Qaïda a détruit une force rebelle similaire venue de Turquie et appelée la division 30. Et douze heures avant l’embuscade d’Abu Kamal, le 28 juin, les terroristes-suicide de Daesh ont assassiné 44 personnes dans un bain de sang à l’aéroport international d’Istanbul.

Le calendrier suivant de l’enchaînement des événements est instructif :

1. En mars et avril de cette année, les instructeurs militaires américains de la CIA, réunis auprès d’officiers des renseignements jordaniens et d’unités des opérations spéciales, ont fondé une nouvelle milice pour combattre Daesh, appelée la Nouvelle Armée Syrienne (pour la distinguer de l’Armée Libre Syrienne, qui s’est discréditée en s’alliant localement avec Al Nusra). La plupart des recrues sont issues des camps de réfugiés syriens. Les Etats-Unis fournissent les financements et des armes avancées dernier cri à la milice.

2. Ils ont été entraînés par des instructeurs militaires américains et jordaniens, sur la base d’al-Rukban en Jordanie, dans la zone de Berm, sur la frontière syrienne.

3. En mai, les Commandants américains en Jordanie ont décidé que cette milice lancerait sa première mission dans l’Est de la Syrie près de la frontière avec l’Irak.

4. En juin, il est devenu évident pour les Américains et les Jordaniens que le temps était venu pour cette nouvelle force d’entrer en action.

Il y avait cinq raisons à cela :

A. Après la conquête de la ville irakienne de Falloujah, reprise à Daesh, les milices chiites pro-iraniennes qui ont participé à cette campagne, c’est-à-dire les Forces De Mobilisation Populaire et les forces Badr, ont commencé à sec déplacer vers l’ouest vers la frontière irako-syrienne (voir la carte).

B. L’armée syrienne et le Hezbollah se sont lancés dans des mouvements parallèles vers l’Est, depuis les abords de Deir Ez-Zor vers la frontière irakienne (voir la carte). Leur but est de rejoindre les milices chiites irakiennes sur la frontière syro-irakienne et de créer un pont de terre à l’usage exclusif des forces pro-iraniennes des deux pays.

C. Washington et Amman ont observé ces évolutions comme devenant dangereuses et ont résolu de les empêcher préventivement.

D. A cette fin, la Nouvelle Armée Syrienne devait être envoyée et entrer en action pour s’emparer de la vile d’Abu Kamal près de la frontière.

E. Leurs Commandants ont fait la supposition que la perte d’Abu Kamal infligerait un revers aux forces de Daesh dans l’Est de la Syrie et instaurerait un point de résistance pro-américain contre la tentative de jonction des forces pro-iraniennes et que cela ferait échouer leur projet de pont terrestre entre la Syrie et l’Irak.

5. Le 21 juin, un terroriste-suicide de Daesh a piloté un camion militaire jordanien volé et s’est fait explosé précisément dans la zone de la base jordanienne d’al-Rubkan sur la frontière syrienne, dans une tentative de faire avorter l’attaque à venir d’Abu Kamal, en infligeant de lourdes pertes à cette nouvelle milice. Lap lupart des tués ont été des garde-frontières jordaniens.

6. Après cet attentat, les hélicoptères américains et les jordaniens ont héliporté les combattants de la nouvelle milice vers une base avancée mise en place à al-Tanf, à l’intérieur du territoire irakien, à 230 kms d’Abu Kamal. Ils ont été attaqués deux fois par les forces aériennes russes, dans un effort pour empêcher le retour de la milice pro-américaine vers la Syrie.

7. Le 29 juin, la nouvelle force syrienne a néanmoins lancé l’attaque, sous la direction des officiers des renseignements militaires et des forces des opérations spéciales jordaniens et la supervision d’officiers des forces d’élite américaines, dans la Salle de commandement des opérations américano-jordaniennes au nord d’Amman.

8. Cependant, une grande partie de la nouvelle milice syrienne est très rapidement tombée dans une embuscade tendue par Daesh, qui apparemment, avait reçu l’information et était averti de l’attaque imminente et des routes d’approche. Des dizaines de miliciens syriens ont été tués ou blessés et cette force s’est enfuie du champ de bataille. Ceux qui ont été incapables de fuir ont été tués d’une balle dans la tête ou décapités. Selon le Colonel Chris Garver porte-parole de la coalition dirigée par les Etats-Unis, un autre bras armé de cette milice poursuit, néanmoins, l’offensive sur le bourg d’Abu Kamal, avec un appui aérien intensif venu en soutien au moment où ke premier groupe rencontrait les difficultés mentionnées.

Screen-Shot-2016-06-30-at-23.57.40-620x331

9. Les officiers jordaniens commandant ces forces faisaient partie de ceux qui ont réussi à fuir.

10. Les vidéos de Daesh sur cette bataille montrent que des équipements avancés de l’armée américaine fournis à ces miliciens sont, encore une fois, tombés entre les mains de l’organisation terroriste Daesh, rappelant les spectacles désolants d’il y a deux ans en Irak, quand Daesh avait pillé en masse les butins du matériel lourd militaire américain, pris aux troupes irakiennes en fuite.

Si tel est le cas, les Etats-Unis et la Jordanie auraient, une fois encore, échoué à établir une force sunnite syrienne capable de combattre Daesh. Ils ont aussi perdu l’occasion de prendre le contrôle de la situation dans l’Est et le Sud de la Syrie.

Cependant, des sources militaires ont mentionné qu’un autre groupe de combattants rebelles a réussi à pénétrer les frontières administratives d’al-Abukamal et de s’emparer d’un grand nombre de positions tenues par Daesh, jeudi vers minuit. Il faudra donc attendre l’issue des combats en cours et éviter de tirer des conclusions trop hâtives sur un « nouveau revers de la coalition« . 

Aucun responsable à Washington ne s’est risqué à commenter cette bataille.

New_Syrain_Army_Abu_Kamal_29.6.16

DEBKAfile Reportage exclusif 1 juillet 2016, 6:37 PM (IDT)

debka.com et aranews.net, le 2 juillet 2016

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. […] Ainsi, des officiers consultants jordaniens, saoudiens, israéliens, des Emirats Arabes Unis, certains diront du Qatar également, y servent auprès de commandants américains. Ce Commandement avancé a évolué, selon nos sources, pour devenir le centre nerveux des campagnes militaires lancées par cette coalition contre l’armée syrienne et ses alliés dans le sud de la Syrie, ainsi que contre l’Etat Islamique, dans le Sud-Est de la Syrie et certaines parties ouest de l’Irak [la nouvelle armée syrienne, à Abu Kamal par exemple]. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.