Comment (et pourquoi) les Palestiniens effraient le monde

Que faites-vous, lorsque votre maison est devenue un enfer?

Si vous êtes le Président palestinien, Mahmoud Abbas, vous détournez l’attention de la pagaille ambiante aussi vite que possible. 

Pour commencer, Abbas tente d’effrayer la communauté internationale en lui faisant croire que, sans une pression accrue sur Israël, l’Autorité Palestinienne (AP) serait contrainte de recourir à des mesures unilatérales, telles que de tenter de créer « de nouveaux faits sur le terrain » en Judée-Samarie-Cisjordanie.

Ensuite, Abbas menace de renouveler l’appel palestinien à convoquer une conférence internationale pour la paix au Moyen-Orient et d’intensifier les attaques rhétoriques contre Israël.

Finalement, Abbas a perfectionné l’art de l’extorsion financière. Chaque lundi et mardi, comme d’habitude, le président de l’AP a menacé de démissionner et/ou de dissoudre l’AP. Cette manœuvre a un objectif à double-tranchant : réclamer de l’argent européen et américain sonnant et trébuchant et détourner les regards de la tourmente au sein de l’AP. 

Abbas veut que les yeux du monde soient pointés en direction d’Israël – et Israël uniquement. De cette façon, la bataille féroce en coulisse qui se mène pour la succession, et qui fait rage parmi le gratin des cercles dirigeants palestiniens en Cisjordanie se tiendra loin des feux de la rampe.

Cette semaine, le port-parole d’Abbas, Nabil Abu Rudaineh, a annoncé que l’Autorité Palestinienne se coordonnait avec l’Egypte, l’Arabie Saoudite et la Jordanie dans le but de « créer des faits sur le terrain », afin d’instaurer un Etat Palestinien. 

Cet effet d’annonce était conçu pour serrer les vis à Israël sur le plan international. La menace de « créer des faits sur le terrain » était un message direct aux Etats-Unis et à l’EU, en leur disant qu’ils feraient mieux d’accentuer les pressions sur Israël – et plus vite que cela – ou alors les Palestiniens n’auraient pas d’autre recours que de construire dans la Zone C de Judée-Samarie, actuellement sous contrôle israélien exclusif.

Pourtant, cette construction palestinienne en Zone C n’est pas seulement une menace. En fait et grâce au financement et à l’aide logistique de l’Union Européenne, les Palestiniens ont déjà commencé à construire un tel projet dans certaines parties de Judée-Samarie.

Ce que veut l’AP c’est obtenir la réponse qui suit de la part de la communauté internationale : « Oh, mon D., nous devons faire quelque chose pour sauver le processus de paix. Nous devons mettre encore plus de pression sur ces Israéliens avant que les choses ne deviennent hors de contrôle ».

L’AP est en quête d’une solution imposée par la communauté internationale à l’encontre Israël. C’est ce qui est devenu évident depuis un certain temps, mais l’annonce récente du porte-parole de l’AP ne laisse aucune place au doute. Abbas n’est d’aucune façon incité à revenir à la table des négociations avec Israël. Pourquoi négocier quand les puissances occidentales sont prêtes à faire n’importe quoi pour mettre Israël à genoux?

Faisant partie de cette stratégie, Abbas a renouvelé son appel à une conférence internationale afin de discuter « des façon de résoudre la question palestinienne ». Selon le président de l’AP, la communauté internationale, qui est parvenue à des ententes à propos de la Syrie, de la Libye et de l’Iran devrait aussi bien être capable de résoudre le conflit palestino-israélien. 

Ce n’est rien d’autre qu’une nouvelle formule de manipulation par la peur. L’islam radical et le terrorisme, devrions-nous accepter de croire, seront vaincus dès qu’on aura résolu le conflit palestino-israélien. Le Président de l’AP désire imposer de force dans les esprits occidentaux un lien direct entre l’existence du groupe terroriste de l’Etat Islamique ( Daesh) et le conflit palestino-israélien.

Mais Abbas aurait mieux fait d’examiner minutieusement ses sources. Daesh et les autres groupes terroristes sont actuellement en train de détruire le monde arabe et ne se préoccupent absolument pas ou si peu d’implantations israéliennes ou de barrages routiers. Pas plus qu’une solution à deux Etats n’y tient aucun rôle. Ces groupes ont un agenda très différent – conquérir le monde et établir un empire islamiste. En route pour atteindre leur but, les terroristes musulmans tueront les « apostats » et les « infidèles », dont, en premier lieu, Abbas et la brochette des autres dirigeants arabes.

« L’appel du Président Abbas à une conférence internationale reflète l’état de confusion et de complaisance dans laquelle il se vautre »,  remarquait l’ancien ministre du cabinet palestinien Hassan Asfour. « Cet appel est conçu pour chercher une formule imprécise et gelée d’avance et il n’a aucune légitimité ». Asfour a aussi fait remarquer qu’il n’y avait aucun besoin d’une telle conférence, à la lumière du fait que l’ONU a déjà reconnu un Etat Palestinien en 2012. 

Qu’est-ce qu’Abbas pense qu’ainsi il va finir par réussir à réaliser? Pour l’essentiel, les analystes politiques palestiniens sont convaincus que le vieux président âgé de 80 ans, qui est sur le point de commencer la onzième année de son mandat de quatre ans à ce poste, s’efforce tout simplement de conserver les rênes du pouvoir. La meilleure manière d’y parvenir, commentent-ils, est de maintenir le buzz sur ces fameuses conférences internationales et l’éventualité de gestes unilatéraux palestiniens sur le terrain.

Dans le seul but de mettre en scène le reality show palestinien jusqu’à son dernier jour, Abbas doit détourner l’attention de la bataille pour la succession qui s’est manifestée en pleine lumière, ces derniers temps. Des responsables de haut rang du Fatah l’ont poussé à nommer un Vice-Président, dans l’espoir de combler un vide de pouvoir en cas de départ de scène pour une raison ou pour une autre.

Ces responsables ont longtemps accusé Abbas de diriger l’AP comme s’il ne s’agissait que de son propre fief personnel. Parmi ces critiques, on trouve Jibril Rajoub, Tawkif Tirawi, Mohamed Dahlan, Salam Fayyad et Yasser Abed Rabbo – chacun d’entre eux se voyant déjà à sa place en haut de l’affiche. 

Mohamed Dahlan (à droite), ancien commandant de la sécurité de l’AP dans la bande de Gaza est l’un des détracteurs les plus farouches et l’un des principaux rivaux du Président Mahmoud Abbas (à gauche), et il espère bien lui succéder à la présidence. (Image sources: U.S. State Dept., M. Dahlan Office)

Pendant ce temps, le candidat préféré d’Abbas au poste de vice-président semble n’être personne d’autre que Saeb Erekat, le négociateur en chef de l’OLP qui a été récemment promu au poste de Secrétaire-Général de l’OLP. Ce choix, cependant, ne tombe pas sous le sens pour les principaux responsables du Fatah, beaucoup  d’entre eux ayant exprimé leur opposition à cette tentative visant à paver la voie d’Erekat vers le trône de Président de l’AP. 

Un lien direct existe bien, cela dit, mais ce n’est pas comme le prétend Abbas, qu’il faudrait choisir entre Daesh et le conflit palestino-israélien. Le véritable lien direct se situe entre l’urgence qu’Abbas ressent, à l’intérieur, de retenir à bout de bras, son empire qui s’effondre et l’intensification de ses manoeuvres d’intimidation de la communauté internationale. En d’autres termes, plus Abbas sent qu’il risque de se brûler, plus il jette Israël au feu.

Par 

 

Khaled Abu Toameh est un journaliste hautement distingué et basé à Jérusalem.

Adaptation : Marc Brzustowski

5 Commentaires

  1. Ils ne provoquent pas la peur, mais la haine l’islamophobie monte, elle grimpe de jour en jour en Europe, ceci dit Israël a fort à faire avec ces arabes a ses portes (Cis-Jordanie) après tout il existe un courant juif qui dit que ce qui est arrivé en Europe (les attentats de 2015) sont le fait d’arabes musulmans nés en France et que c’est une juste punition pour l’Europe d’avoir provoqué la Shoah, et que c’est un juste retour des chose si l’Europe paye aujourd’hui ses méfaits d’il y a 80 ans 1939 1945, en étant envahi par les musulmans à grand renfort d’immigration musulmane de masse, de conquête par le djihad des femmes, le djihad des ventres à la conquête de l’Europe toute entière qui sera un jour entièrement islamique, ceux qui pensent cela ne valent pas mieux que ceux qui arrivent ici en occident par millions chaque année, c’est la triste analyse d’un triste sire du nom de dov lior du grand rabbinat de la colonie de kiryat arba en Israël, des gens comme ceux là méritent effectivement de crever la gueule ouverte et les pieds dedans ! moi je n’aurais aucune pitié pour cette engeance, nous les européens nous nous défendons face à l’islamisation progressive de l’Europe avec bien sur la bénédiction de ses dirigeants tous achetés et financés par des monarchies du golfe telle que qatar et arabie saoudite, qu’Israël défende sa terre face aux hordes musulmanes qui ne souhaite que sa disparition totale,dans une grande guerre de religion ou s’affronteront en premier les juifs et les musulmans, ensuite ce sera les musulmans contre les chrétiens d’Occident, et nous verrons qui remportera la bataille, on a encore jamais une minorité avoir le dessus face a une majorité tolérante pour l’instant mais qui ne le restera pas indéfiniment.

  2. Ridicule, ce ne sont pas les « Palestiniens » qui effraient le monde.

    C’est l’Europe toute entière qui depuis bientôt 40 ans les utilise pour combattre les juifs sur leur propre sol, sur la Terre d’Israël. Les arabes ne sont que des pions agités et titillés par l’Europe.

    C’est l’Europe qui veut imposer deux états sur le sol israélien.

    C’est l’Europe qui continue à parler de « soit disant » réfugiés palestiniens. Il y en avait 720 000 en 1948…… Il y en aurait 7 000 000 actuellement selon les calculs savants de l’UNRWA. Pourquoi l’Europe n’est pas venu en aide aux 900 000 réfugiés juifs de 1948, suite à leurs expulsions des pays arabes ?, …… Pourquoi 67 ans après, on ne parle plus des réfugiés juifs, mais toujours et continuellement des réfugiés arabes ?

    Par cette falsification, l’Europe cherche à se donner bonne conscience, pour continuer à incriminer le peuple juif.

    Les territoires contestés, c’est l’Europe qui les a transformés en terres arabes. Le financement des arabes, c’est l’Europe à coups de centaines de millions d’Euros depuis 1974 qui y pourvoie.

    La création d’un nouvel Etat Arabe, c’est l’Europe qui veut l’imposer dans sa grande majorité.

    La scission de Jérusalem, c’est l’Europe qui ne veut pas reconnaître la capitale unifiée du peuple juif.

    Pourquoi, seule dans le monde, la capitale israélienne serait coupée en deux ?

    Le boycotte c’est l’Europe qui veut le mettre en place.

    L’étiquetage des produits israéliens, c’est l’Europe qui veut l’imposer.

    C’est l’Europe qui vote en reconnaissance d’un état palestinien imaginaire.

    Pourquoi l’Europe veut faire plier Israël, et le pousser à céder de son territoire, alors qu’elle ne demande ABSOLUMENT RIEN aux arabes ?…………… Aucune exigence faite aux arabes, alors qu’Israël croule sous les menaces européennes !

    Il ne faudrait pas non plus oublier que les ghettos sont apparus en Europe, que la « solution finale » en incombe à l’Europe, que les spoliations, les déportations, les pogroms, le pillage, le massacre des juifs, le marquage des juifs etc…. Sont du continent européen.

    Que faut il de plus pour comprendre que depuis plus de 2000 ans, l’Europe a massacré des juifs, et que cette même Europe, par arabes interposés poursuit sont même dessein.

    Sans l’Europe, cela ferait bien longtemps que le problème Israélo / Palestinien serait résolu.

    Le malheur des juifs, c’est l’Europe qui ne veut toujours rien lâcher.

    Même la Suède submergée par les viols, la dégradation de ses villes, le nombre de voitures incendiées, les zones de non droits, les incivilités etc… Accuse sans cesse Israël de tous les maux du monde.

  3. Ce qui me choque dans votre article, c’est que vous écrivez, je cite « Président de l’autorité palestinienne » alors qu’il ne l’est plus depuis plusieurs années. N’êtes vous pas au courant ?

    • JP, vous êtes soit un naïf, soit un menteur. Abu Mazen est toujours président de ce « machin », en dépit de l’absence d’élections depuis 2009. Il me semble que c’est plutôt vous qui n’êtes pas très « au courant ». Autrement dit, il s’agit d’une dictature inconstitutionnelle financée par l’Europe et les Etats-Unis.

  4. S’il y a création d’un Etat palestinien , c’est Daech qu’il faudra combattre et ce sera plus facile pour Israël !!! il aura les occidentaux pour lui et non contre lui ! Israël devrait ouvrir les portes de Ramallah à Daech ….. un peu de sport !!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.