Chili en colère : « Les médias israéliens critiquent notre nouveau président »

Une fois les résultats des élections chiliennes connus, The Times of Israel a titré :  » Chili : Le nouveau président est un fervent critique d’Israël, dont la victoire inquiète la communauté juive chilienne. D’autre part, le quotidien israélien Haaretz reproduisait la semaine dernière : « Ce que nous entendons de Boric, c’est qu’Israël est un État ‘génocidaire’ et ‘meurtrier’, a déclaré Gabriel Zaliasnik, un membre éminent de la communauté juive chilienne, dans une interview. «

Gabriel Boric, un législateur d’extrême gauche de 35 ans qui a durement critiqué Israël, a été élu président chilien lors d’une victoire écrasante ce week-end.

Boric, qui est devenu célèbre en tant que leader étudiant, a remporté avec 56 % des voix, 12 points au-dessus de son rival conservateur, José Antonio Kast, reproduit aujourd’hui le Times of Israel.

L’élection a laissé de nombreux membres de la communauté juive chilienne mal à l’aise, car ils ont dû choisir entre Boric, qui a encouragé les Juifs chiliens à faire pression pour des concessions territoriales israéliennes, et Kast, dont le père était probablement un nazi et qui a défendu l’héritage d’Augusto Pinochet, le chef de la dictature militaire chilienne qui a tué des milliers de dissidents dans les années 1970.

La plupart des Juifs semblaient être du côté de Kast, déclarant le mois dernier à l’Agence télégraphique juive que leur communauté éprouvait « un sentiment de siège ». Sur les 111 Chiliens résidant en Israël, 73 ont voté pour Kast, contre seulement 33 pour Boric, selon la base de données des élections nationales du Chili.

Dans son discours de victoire, Boric a promis de « lutter fermement contre les privilèges de quelques-uns » dans sa quête pour faire avancer sa vision de l’avenir du Chili.

« Je vous garantis que je serai un président qui prend soin de la démocratie et ne la mets pas en danger, qui écoute plus qu’il ne parle, qui recherche l’unité et qui répond aux besoins du peuple au quotidien », a-t-il déclaré.

La communauté juive du Chili a félicité Boric dans une brève déclaration, lui souhaitant, ainsi qu’à son gouvernement, « un grand succès » et louant la transparence des élections dans le pays. « Nous continuerons à travailler pour un Chili démocratique et diversifié, où les minorités sont respectées », conclut le communiqué.

Le groupe officiel qui représente les quelque 18 000 Juifs du Chili a une relation compliquée avec Boric. En 2019, la communauté juive du Chili lui a envoyé un cadeau de Rosh Hashana ainsi qu’une note exprimant le désir d’une « société plus inclusive, respectueuse et solidaire ».

« J’apprécie le geste, mais vous pouvez commencer par demander à Israël de restituer le territoire palestinien illégalement occupé », a écrit Boric après avoir publié une photo du cadeau sur Twitter.

La critique d’Israël par Boric est bien antérieure. En tant que législateur, il a soutenu un projet de loi qui proposait de boycotter les produits israéliens du Golan, les colonies de Cisjordanie et les zones de Jérusalem qui sont passées sous contrôle israélien en 1967.

Et pendant la campagne, de nombreux membres de la communauté ont exprimé leur inquiétude à ce sujet, ainsi que ce qu’ils ont dit être un modèle exigeant que les Juifs locaux condamnent la politique israélienne.

« Bien sûr, nous sommes prêts à accepter une critique raisonnable d’Israël, mais ce que nous entendons de Boric, c’est qu’Israël serait un État » génocidaire « et » meurtrier  » « , a déclaré Gabriel Zaliasnik, un membre éminent de la communauté juive du Chili, au quotidien israélien Haaretz la semaine dernière. « Pour aggraver les choses, il blâme notre communauté juive pour les actions en faveur d’Israël. »

Une lettre ouverte envoyée à Boric en juillet par 500 femmes juives chiliennes disait que « nous ne pensons pas qu’il soit juste ou correct de votre part de tenir les Juifs pour responsables […] de la politique d’un gouvernement au pouvoir en Israël. L’histoire est pleine d’exemples d’accusations injustes ou de blâme massif sur notre peuple.

Certains juifs chiliens craignent que Boric essaie de promouvoir son partisan, Daniel Jadue, membre du Parti communiste du Chili et d’origine palestinienne, qui n’a pas voulu expliquer pourquoi dans l’annuaire de son institut il est répertorié comme « antisémite » qui « nettoiera la ville des Juifs ». Il a appelé la communauté juive du Chili la « communauté sioniste du Chili », et les Juifs chiliens l’ont qualifiée d’antisémite. Jadue a nié l’accusation, arguant qu’il est lui-même un sémite, puisqu’il est arabe.

Contacté l’été dernier par la communauté juive chilienne pour des commentaires sur Jadue, Boric a répondu qu’il réagirait lorsque les dirigeants de la communauté « s’opposeraient à la politique israélienne dans le conflit israélo-palestinien », selon la lettre, signée par certaines des femmes juives les plus en vue du Chili, Le Times of Israel a rapporté.

Dans un geste qui ne s’est pas fait attendre, l’Etat d’Israël, par l’intermédiaire de son ambassadrice Marina Rosenberg, n’a pas tardé à saluer formellement le président nouvellement élu du Chili.

Un éminent président de l’une des communautés juives d’Amérique latine a assuré à l’agence AJN aujourd’hui que bon nombre des déclarations faites par le nouveau président Gabriel Boric, ont été faites pendant la campagne, et peut-être déjà en tant que président, il va commencer à adopter une attitude différente et diplomatique envers l’État d’Israël.

Le Congrès juif latino-américain a également félicité le président élu.

infos-israel.news

3 Commentaires

  1. Il n’y a pas de juifs chiliens mais des juifs AUX Chili…Nuance!
    Les juifs sont un peuple malade chez les autres et même chez Lui en Israël! alors pourquoi vous étonner et vous inquiéter?
    Les cons crèveront et les malins qui feront Monter le QI juif, partiront vite s’ils ne l’ont pas déjà fait!

  2. L’antisionisme est exactement ce qu’était l’antisémitisme à la fin du dix neuvième siècle : une opinion bien portée, élégante, qui laissait voir le courage et la noblesse de coeur de l’ami des pauvres gens ennemi des exploiteurs. Bien sur on pouvait savoir vaguement que tous les juifs n’étaient pas millionnaires, que certains antisémites étaient des gens de mauvaise moralité et que le mot pouvait cacher des crimes. En pratique on ne cherchait pas si loin et ça n’engageait à rien.

    Il ne faut pas prendre trop au sérieux le discours de M Boric qui ne fait qu’aligner des phrases toutes faites. Attendons. C’est l’avenir qui fera savoir aux citoyens chiliens d’ opinions variées que le hasard a fait naître juifs si ils peuvent rester ou agir comme les derniers juifs européens.

    A propos M Jadue commet une erreur, il n’est pas sémite, et il peut sans aucune difficulté être antisémite ou anti sioniste, comme on voudra.

  3. pourquoi nos correligionaires sont ils pleins de respect pour un type pareil ? l’histoire ne nous à t-elle rien appris ? le Chili ne pese rien, il suffit de l’ignorer, et si son president veut etre un baise babouche, libre à lui: qu’il prenne quand même rdv chez le dentiste pour sa santé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.