Soudan : ce que l’éviction de Bashir signifie pour les Potentats

0
369

Intel : Ce que l’éviction de Bashir du Soudan signifie pour les dirigeants du Moyen-Orient.

Comme concernant la Libye aux prises à l’offensive du Maréchal Khalifa Haftar, le Hamas reste très silencieux. Mais il est en train de perdre deux de ses principaux soutiens, en tant que relais d’armement et de renseignements, qui étaient aussi ses points de contact avec les planificateurs de guerre iraniens, turcs et qataris. 

 

L’éviction d’Omar al-Bashir, homme fort soudanais, par l’armée soudanaise ces derniers jours, après des mois de troubles, a suscité un accueil mitigé dans le monde arabe, les dirigeants autocratiques qui lui ressemblent se mettant soudain à trembler. Un dirigeant en particulier, le président syrien Bachar al-Assad, suivra de près l’évolution de la transition du pouvoir.

La junte a annoncé qu’elle avait arrêté Bashir, suspendu la constitution et qu’elle dirigerait le pays pendant une période de transition de deux ans, avec des élections à venir.

Pourquoi est-ce important ? : En décembre, Bashir est devenu le premier dirigeant arabe, depuis le début du conflit syrien en 2011, à se rendre à Damas, où il a rencontré Assad. Cette visite a été largement perçue comme une ouverture qui ouvrirait probablement la voie, après des années passées dans le désert, à la réintégration éventuelle de la Syrie dans le monde arabe. Assad a été traité comme un paria et la Syrie a été suspendue de la Ligue arabe en novembre 2011, en réponse à la répression brutale de son gouvernement contre les manifestations en faveur de la démocratie.

Mais il devient de plus en plus évident, grâce en grande partie, au soutien de la Russie et de l’Iran, que le régime d’Assad ne tombera pas de sitôt. Des pays comme la Jordanie, qui abrite au moins 1,4 million de réfugiés syriens et qui souhaitent les voir rapatrier, se sont discrètement rendus à Damas. En décembre, les Émirats arabes unis sont devenus le premier des pays du Golfe à avoir fermé leurs ambassades en Syrie et qui l’ont à nouveau ouverte. Bahreïn a emboîté le pas le lendemain. Bashir était, à la demande de la Russie, sur le point de ramener la Syrie dans la Ligue arabe et d’assister à son dernier sommet à Tunis le mois dernier, mais il a finalement échoué.

L’ami de mon ennemi peut être mon ami : Cela peut sembler paradoxal qu’Assad soit mécontent de l’expulsion de Bashir, membre de la fraternité musulmane, depuis chez lui, alors que l’ex-dirigeant soudanais était aux côtés de Hayat Tahrir al-Sham, lié à Al-Qaeda, favorable aux Frères Musulmans. Les rebelles et leurs sponsors, la Turquie et le Qatar, font partie de ses plus féroces ennemis. Et du même coup, il peut sembler étrange que Bashir serve de mentor à Assad.

Suivez le circuit de l’argent : la Russie, qui a transporté Bashir dans la capitale syrienne, aurait investi dans le Soudan à court d’argent, y compris dans ses secteurs des minéraux et de l’énergie. La hausse des prix a été l’un des principaux déclencheurs des manifestations qui ont renversé Bachir, et Moscou a eu recours à ses moyens financiers pour convaincre Bashir d’aider Assad à réintégrer la ligue des pays arabes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, un autre ami de Bashir, doit aussi être nerveux. Alors qu’il réitère son aversion pour les coups d’État militaires – il a survécu à l’un d’eux en 2016 – Erdogan était extrêmement silencieux sur le sort de son homologue voyageur aligné avec les Frères musulmans, lors d’une conférence de presse avec le président du Burkina Faso, Roch Mare Christian Kabore, à Ankara.

Selon le quotidien financier turc Dunya, environ 200 sociétés turques opèrent au Soudan avec un investissement total de 650 millions de dollars. En 2018, la société pétrolière nationale turque TPAO a signé un accord de production conjointe de 100 millions de dollars avec le gouvernement soudanais. La liste est longue. Parallèlement, l’île soudanaise de Suakin, où un nombre indéterminé de forces turques serait déployé, était considérée comme un point d’ancrage stratégique en mer Rouge alors que la Turquie cherchait à étendre sa présence militaire au Moyen-Orient et au-delà.

La flambée des prix des denrées alimentaires qui a accéléré la chute politique de Bashir est l’une des raisons pour lesquelles le parti pour la justice et le développement d’Erdogan a perdu les plus grandes villes de Turquie, Ankara et Istanbul, lors des élections municipales du 31 mars.

Prochaines étapes : Les manifestants pro-démocrates soudanais ne célèbrent pas encore la chute de Bashir, car les intentions de l’armée en la matière ne sont pas claires, même si les dirigeants militaires ont déclaré qu’ils ne cherchaient pas le pouvoir. Mais Assad, Erdogan et les autres alliés régionaux du dictateur déchu ne doivent pas encore paniquer, a déclaré Elizabeth Tsurkov, experte pour la Syrie et chercheuse au Forum pour la pensée régionale, basé à Washington. Tsurkov a déclaré à Al-Monitor : «Les régimes de la région qui ne sont pas tombés, y compris le régime d’Assad et le régime du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi, sont définitivement mécontents des développements au Soudan et en Algérie. Mais nous ne savons pas quel pouvoir remplacera Bashir. S’il s’agit d’une autre dictature militaire, Assad et Sissi et tous les autres régimes autoritaires seront très satisfaits de ce résultat. “

Amberin Zaman

Trouvé à:INTÉRÊTS RUSSES, RELATIONS ÉTRANGÈRES TURQUES, GUERRE CIVILE SYRIENNE, ÉCONOMIE SOUDANAISE, MANIFESTATIONS AU SOUDAN, OMAR AL-BASHIR

Personnel d’Al-Monitor

Read more: al-monitor.com/pulse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.