Et voilà que ça recommence… 

L’approche de la tempête dans les relations américano-israéliennes

Depuis le jour du scrutin, les responsables israéliens et les médias tentent de deviner qui sera nommé à des postes de haut niveau en politique étrangère dans une administration Biden. Mais s’en inquiéter ne devrait certainement pas être une priorité, car les politiques de Biden sont fondamentalement gravées dans la pierre.

La veille de l’élection présidentielle américaine, l’Institut progressiste de la démocratie israélienne a publié les résultats d’un sondage auprès des Juifs israéliens leur demandant s’ils pensaient que le président Donald Trump ou l’ancien vice-président Joe Biden serait mieux pour Israël. Environ 70% ont nommé Trump, 13% ont choisi Biden et 17% ont déclaré qu’ils ne savaient pas.

Depuis le jour du scrutin, et depuis que les réseaux américains ont proclamé Joe Biden vainqueur, les médias israéliens, ainsi que l’établissement diplomatique, sécuritaire et politique, se sont occupés à parcourir les listes de candidats à des postes de haut niveau en politique étrangère dans l’administration Biden et à en considérer les conséquences, si c’était celui-ci ou celui-là, la nomination de conseiller à la sécurité nationale sur (le site : quelserasonnom.com) Whatshisname. L’idée derrière le jeu de devinette des noms est que la nomination d’une personne à la place d’une autre aura un impact significatif sur la politique de l’administration Biden au Moyen-Orient, soit en faveur d’Israël, soit à son détriment.

Il n’y a rien de nouveau dans le jeu des chaises musicales. Les dirigeants politiques et de la sécurité nationale d’Israël et ses médias savent qu’il faut tout rejouer tous les quatre ans et souvent, le choix personnel s’est transformé en politique. Par exemple, lorsque Trump a remplacé son premier secrétaire d’État, Rex Tillerson, par le secrétaire d’État Mike Pompeo, les choses ont changé. Tillerson s’est opposé à l’abandon de l’accord sur le nucléaire iranien et s’est opposé au déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem. Pompeo a soutenu les deux.

Mais dans le cas de l’administration apparemment entrante de Biden, savoir qui remplit quel poste n’est fondamentalement pas pertinent. Et s’en inquiéter ne devrait certainement pas être une priorité. Les politiques de Biden sont fondamentalement gravées dans le marbre.

Biden, sa colistière Kamala Harris et son équipe ont exposé à plusieurs reprises sa politique au Moyen-Orient en détail au cours de la campagne. Et depuis qu’il est devenu évident que le gouvernement Biden est beaucoup plus susceptible que celui de Trump d’être inauguré le 20 janvier, ses conseillers ont réaffirmé ces politiques et, dans certains cas, ils ont pris les premières mesures pour les mettre en œuvre.

Si les déclarations et les actions de Biden, Harris et leur campagne au cours de l’élection et dans ses suites immédiates n’ont pas suffi à convaincre les dirigeants israéliens et nos médias de la profondeur de leur engagement, le Parti démocrate dans son ensemble les soutient.

Dans les jours qui ont suivi les élections, les démocrates, en particulier à la Chambre des représentants, ont commencé à s’accuser les uns les autres concernant leurs pertes importantes au cours de cette élection. Alors que tout le monde était certain que le parti élargirait sa majorité à la Chambre, avec la perte d’au moins douze sièges, la majorité démocrate est passée de confortable à mise en danger. Les modérés insistent maintenant sur le fait que les progressistes ont poussé le parti trop loin à gauche et lui ont fait perdre de précieux votes dans les districts mixtes. Les radicaux (la Squad), pour leur part, notent que presque tous ceux qui ont suivi leur politique ont remporté leur élection et exigent une influence encore plus grande dans la prise de décision du parti et les cercles de direction.

Mais la rancune et les luttes intestines entre modérés et radicaux tournent autour de problèmes domestiques comme le socialisme et le désinvestissement de la police. Cela n’a rien à voir avec Israël ou le Moyen-Orient au sens large. Les politiques sur ces questions sont effectivement consensuelles.

C’est consensuel parce que les déclarations et les actions de la campagne Biden, de Biden lui-même, de Harris et du Comité national démocrate ont clairement montré que les politiques de Biden sur Israël, l’Iran et le Moyen-Orient au sens large sont les politiques de l’administration Obama-Biden. Une politique de l’administration Biden-Harris au Moyen-Orient reprendra exactement là où l’administration Obama-Biden s’est arrêtée il y a quatre ans. Les politiques de Trump seront annulées, ignorées, gommées ou rendues inutiles sans cérémonie.

Biden s’est engagé à remettre les Palestiniens sur le devant de la scène et à rétablir le financement américain à l’Autorité palestinienne. À la suite de l’adoption du Taylor Force Act qui interdit aux États-Unis de financer l’Autorité palestinienne tant qu’ils versent des salaires aux terroristes, Trump a mis fin au soutien financier américain à l’Autorité palestinienne parce qu’il refusait de diffuser des centaines de millions de dollars vers les terroristes. De même, le financement des terroristes par l’Autorité palestinienne a amené Trump à fermer le bureau de représentation de l’OLP à Washington, DC, que Biden s’est engagé à rouvrir.

Biden s’est également engagé à rétablir l’aide humanitaire américaine à la bande de Gaza. Une telle initiative sera une aubaine pour le régime terroriste du Hamas qui repose désormais sur des paiements en espèces du Qatar.

Le point final de l’administration Obama en ce qui concerne les Palestiniens était le passage boiteux de la résolution 2234 du Conseil de sécurité de l’ONU en décembre 2016. Alors qu’Obama et ses conseillers ont insisté sur le fait qu’ils n’avaient rien à voir avec la résolution, mais qu’ils n’avaient tout simplement pas le droit d’y opposer leur veto, comme nous l’avons appris au cours des quatre dernières années, 2234 a été lancé par Obama et son ambassadrice auprès des Nations Unies, Samantha Power. Ils l’ont poussé à attacher de manière obsessionnelle la plus haute priorité à nuire autant que possible à Israël avant de quitter le pouvoir.

La résolution 2234 visait à inciter à ce que des instances poursuivent les dirigeants et les civils israéliens en tant que criminels de guerre devant la Cour pénale internationale en affirmant sans fondement que les communautés israéliennes dans Jérusalem, en Judée et Samarie unifiées sont illégales. Selon les termes de la résolution, ces communautés et ces quartiers, qui abritent plus de 700 000 Israéliens, n’ont «aucune validité juridique» et «constituent une violation flagrante du droit international».

La reconnaissance par le président Trump de la souveraineté d’Israël sur Jérusalem et la détermination du secrétaire d’État Mike Pompeo en novembre dernier selon laquelle les communautés israéliennes de Judée et de Samarie ne sont pas illégales faisaient partie de la tentative de l’administration Trump d’annuler la résolution 2234, du moins du point de vue national américain. Une administration Biden ignorera la doctrine Pompeo et l’opinion juridique du département d’État étayant sa position, tout comme Obama a ignoré les déclarations répétées de Trump qui s’opposaient à 2234 dans les semaines précédant son adoption.

Conduisant à domicile leur plan pour reprendre là où Obama s’était arrêté, Biden, Harris et leurs conseillers ont tous déclaré qu’ils rétabliraient la demande de l’administration Obama qu’Israël empêche les juifs israéliens de faire valoir leurs droits de propriété pour construire des maisons et des communautés en Judée et en Samarie.

Quant à Jérusalem, alors que Biden a déclaré qu’il ne fermerait pas l’ambassade américaine à Jérusalem et ne rétablirait pas l’ambassade à Tel Aviv, il s’est engagé à rouvrir le consulat américain à Jérusalem pour servir les Palestiniens. Jusqu’à ce que Trump reconnaisse que Jérusalem comme capitale d’Israël, le consulat américain à Jérusalem fonctionnait indépendamment de l’ambassade. Le consul américain à Jérusalem n’a pas été accrédité par le président israélien parce que les États-Unis ont refusé de reconnaître que Jérusalem est située à l’intérieur d’Israël.

Bien que Biden ait félicité Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn pour la signature des accords d’Abraham – auxquels le Soudan a également adhéré depuis – ses conseillers en ont parlé avec dérision. Cette semaine, Tommy Vietor, qui a été le porte-parole du Conseil de sécurité nationale sous Obama, a parlé avec dérision des accords de normalisation, qui, quelques semaines à peine après la signature des accords, se sont déjà transformés en un partenariat et une alliance profonds et enthousiastes englobant les citoyens privés et les ministères du gouvernement des pays participants.

Vietor a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’accords de paix, mais d’un simple moyen pour les Émirats arabes unis d’acquérir des F-35. Vietor a ensuite affirmé que les EAU voulaient utiliser les accords pour aider l’Arabie saoudite à gagner sa guerre contre les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen.

Biden, Harris et leurs conseillers se sont engagés à mettre fin au soutien américain à l’Arabie saoudite dans la guerre et à réévaluer l’alliance américano-saoudienne.

Si elles sont mises en œuvre, ces politiques ne mettront pas fin à la guerre saoudienne contre les Houthis. Ils mettront fin à l’alliance américano-saoudienne. Pour les Saoudiens, la guerre contre les Houthis n’est pas une guerre de choix, c’est une lutte existentielle. Les Houthis sont un régime par procuration iranien. Leur contrôle sur le détroit de Bab el-Mandeb menace toutes les expéditions maritimes de pétrole en provenance de la mer Rouge. Les frappes de missiles houthis ont déjà temporairement désactivé le principal terminal pétrolier d’Arabie saoudite et ont frappé des villes saoudiennes. Si les États-Unis mettent fin à leur alliance, les Saoudiens continueront leur guerre et remplaceront leur alliance avec les États-Unis par une alliance avec la Chine.

Soutenir le mandataire yéménite de l’Iran contre l’allié stratégique des États-Unis n’est bien sûr pas le seul moyen pour une administration Biden d’aider l’Iran à combattre ses alliés arabes et Israël. Biden, Harris et leurs conseillers de campagne se sont tous engagés à plusieurs reprises à rétablir l’engagement des États-Unis envers l’accord nucléaire que l’administration Obama a conclu avec le régime iranien en 2015. Divers rapports ont émergé ces derniers jours sur la précision avec laquelle Biden entend atteindre cet objectif. Mais une chose est claire, s’étant engagé à restaurer l’engagement des États-Unis à cet accord, l’Iran détiendra toutes les cartes dans toute négociation future sur les termes d’un rapprochement nucléaire américano-iranien. Et cela signifie que les États-Unis soutiendront le programme d’armes nucléaires de l’Iran plus ou moins dès le début d’une administration Biden-Harris.

On ne soulignera jamais assez que ces politiques ne sont pas simplement les positions de Biden. C’est la position du Parti démocrate. Et c’est le grand changement qui s’est produit au cours des quatre dernières années. Les Israéliens se souviennent que lorsque Obama a conclu l’accord sur le nucléaire, il s’est vu opposer une majorité de 2: 1 au Sénat et une majorité similaire à la Chambre. Mais le Parti démocrate a changé depuis. Aujourd’hui, après quatre ans de radicalisation, sur des questions liées au Moyen-Orient en général et à Israël en particulier, il n’y a pas de distinction significative entre le réputé modéré Anthony Blinken, qui était alors l’adjoint du secrétaire d’État John Kerry, et la clairement anti-israélienne Susan Rice, l’ancienne conseillère à la sécurité nationale d’Obama. Peu importe donc que Blinken ou Rice (ou n’importe qui d’autre) soit nommé secrétaire d’État.

Parce que ce sont les positions du parti, elles ne sont pas sujettes à changement. Si les plans radicaux et profondément déstabilisateurs de Biden pour le Moyen-Orient parviennent d’une manière ou d’une autre à déstabiliser le Moyen-Orient, Biden ne sera pas en mesure de reconsidérer aucune de ses politiques. Elles ont été greffées sur l’ADN de son parti. Le représentant Elliot Engel a été massacré lors de sa première course contre le nouveau membre de l’équipe Jamal Bowan. Se tenir aux côtés des Palestiniens est une position de parti. C’est pourquoi l’ancien ambassadeur d’Obama en Israël, Dan Shapiro, a déclaré aux médias israéliens que « l’établissement d’un État palestinien reviendra comme objectif stratégique de l’administration Biden« . Il n’a même pas mentionné la paix dans cette déclaration.

De même, apaiser l’Iran et lui donner une voie ouverte vers un arsenal nucléaire est une question de politique intérieure pour les démocrates.

Parler de la jovialité et de la chaleur personnelle de Biden, et des modérés contre les radicaux sont des distractions apaisantes pour les Israéliens qui sont sur le point de faire face à l’administration américaine la plus hostile de l’histoire. Mais les faits sont les faits. Et pour relever le défi qu’une administration Biden posera aux intérêts nationaux et stratégiques d’Israël, Israël doit s’armer pour ce qui l’attend, ne pas s’inquiéter de qui occupera quel poste dans une administration Biden.

israelhayom.com

Adaptation : Marc Brzustowski

16 Commentaires

  1. Le drame c’est que l’élection de Biden sera un mandat Obama III mais en bien pire que les 2 mandats précédents. Obama va le reprendre la où il l’avait laissé avec la résolution anti-juive 2234 où les US s’étaient seulement abstenus (alors que clairement ils étaient le « deus ex machina » de cette résolution). Donc à la prochaine ils voteront carrément contre Israël. Biden sera un pèse peu obéissant à la voix de son Maitre Obama. De plus de santé chancelante il risque de ne pas finir son mandat et d’être remplacé par Kamala qui est loin d’être « modérée ».
    Les juifs américains auront à faire face à une double menace : celle de l’extrême gauche anti-israélienne et celle de l’extrême droite qui ne leur pardonnera pas leur vote Biden. Ce sera peut être le commencement de la fin du judaïsme américain?
    Quant à Israël sa voie de salut reposera sur une alliance plus forte avec le monde arabe sunnite pour contrer les visées expansionnistes et génocidaires de l’Iran.

  2. Comment croire que le parti démocrate va revenir au centre de l’échiquier. Et les déclarations antisémites de Illhan Omar ? Les responsables des communautés juives US ne foutent rien et ont lamentablement échoué à augmenter la proportion d’élèves juifs allant dans une high school « juive ». Les Juifs américains veulent s’américaniser et beaucoup veulent se déjudaïser. Les Juifs américains étaient plus de 7 millions en 1934 suivant un ressencement officiel. Ils ne sont plus que 5 millions actuellement si l’on compte les enfants et conjoints non-juifs des couples mixtes, soit moins de 3 millions de Juifs qui descendent des 7 millions de 1934. Bref, les Juifs américains sont américains, accessoirement juifs mais cela leur pèse et les chances de venir vivre en Israël sont presque nulles. Alors, cessez d’espérer ce qui n’a aucune chance de se passer. Le revitalisation du judaïsme US qui est moribond et je pèse mes mots, n’aura pas lieu à moins d’un coup de tonnerre comme l’affaire Dreyfus en France. Il faut cesser d’espérer en des espoirs qui n’auront aucune chance de se réaliser. Et les Juifs continueront de voter démocrates à 70 ou 80 % même si la maison blanche devient anti-sioniste. Les promesses de livrer des F 22 de Trump sera gelée par Biden s’il veut plaire aux Iraniens. La vice-présidente poussera plus loin encore si elle doit prendre les rennes à la maison blanche. Je n’ai aucune illusion sur ce point. Que le parti démocrate pousse Biden à reconnaître les Palestiniens sans demander qu’il s’engage à une attitude et une signature de paix avec Israël… c’est ce qui nous pend au nez. L’optimisme est une réaction pour contrôler sa propre peur, donc une lâcheté pour ne pas voir le monde comme il est. Après deux ou trois ans de présidence, Obama ne fit plus appel à un rabbin pour la Pâque mais décida de transformer Pessah à la Maiosn Blanche en quelque chose d’autre qui parlait à peine des Juifs et beaucoup plus d’autres injustices actuelles dans le monde. C’est positif mais c’est aussi un vol pour en faire SA chose comme LUI l’entend. Cela ne l’empêcha pas de refuser de livrer un 2ème F 35 durant ses 8 ans de présidence malgré l’accord de livrer 50 F 35 signé avec Bush et malgré la révolte du Congrès exigeant de façon répétée que les USA respectent leur parole. Le 2ème F 35 fut livré d’urgence par Trump au début janvier 2017 quand Trump accéda au salon ovale. C’était prévisible et d’autres choses auront lieu suivant la même grammaire en Europe ou aux States avec ce parti démocrate anti-sioniste, extrémiste, à la limite de l’antisémitisme car il faut plaire aux amis. Lisez donc pendant un mois le Washington Post et le NY Times. Alors vous aurez commencé à comprendre que les éditoriaux juifs sont aussi méchants et malhonnêtes que les autres. Ils doivent d’ailleurs défendre leur réputation anti-sioniste ou anti-israélienne pour que personne de doute de leur vraie position politique et ne se fasse pas critiquer de défendre le judaïsme, la judéité, le sionisme,…. J’attends que n’importe quel lecteur vienne argumenter pour dire que je suis trop pessimiste et réponde à mes arguments qui se baseront sur l’Histoire des 16 derniers siècles. Alors, qui admet le risque de se ridiculiser devant un historien justement pessimiste parce qu’il n’oublie pas l’histoire ? Nathan le Toqué. J’aime les clowns et les « fous du roi » mais je choisis ce surnom pour rendre hommage à un professeur juif connu pour son esprit caustique et son humour et qui mourut lors de la révolte du ghetto de Varsovie du printemps 1943.

  3. merci à ses tristes imbéciles de juifs américains, merci d’avoir préféré protéger les minorités américaines qui n’en ont pas tant que ça besoin, et bravo d’avoir trahi leurs frères. Comme je ne crois pas en Dieu j’espère que leur vie terrestre leur fera comprendre leur erreur, pour ne pas dire leur crime. car si Israël souffre comme cela risque d’être le cas j’espère qu’ils comprendront.

  4. EN FAIT,CE QUI EST TRES GRAVE DANS CETTE HISTOIRE C’EST QUE CE N’EST PAS BIDEN QUI GOUVERNERA MAIS BIEN OBAMA,EN ATTENDANT QUE CE SOIT SA COLISTIERE QUI PRENDRA LE POUVOIR ET ALORS LA !!!!!!!!!!!!!!!A MOINS QUE LES BLANCS SE REVOLTENT ET REPRENNENT LE POUVOIR.QUAND ON SAIT QUE LA MAJORITE DES JUIFS AMERICAINS ONT VOTE DEMOCRATE,ILS RISQUENT DE S’EN MORDRE TRES VITE LES DOIGTS,ILS L’AURONT BIEN CHERCHE.

  5. Je n’ai jamais compris la prophéties de ZACHARIE qui disait que toutes les nations vont se liguer contre ISREAL devant Jérusalem ( à la fin des temps) . Je me disais toutes les nations sauf les US …. eh bien aujourd’hui on voit clair , ce sera bien toutes les nations …..

  6. Les juifs le plus intelligent peuple (avec les Chinois-Asiatiques) est aussi le peuple le plus fou comme la statistique le montre: plus intelligent–plus fragile mentalement!
    Rien de bien original donc.Il faut se rappeler le Royaume du Nord si bien fondu dans les Assyriens que le nouvel Eretz Israel ne les compta plus (symbolique des 10 tribus perdues) ressemble fort aux USA qui va compter ses juifs….avant émigration….
    Je pense que de toutes façons, la guerre civile prévisible depuis 1990, est inévitable; que le Président se nomme Trump ou Biden…Biden fera advenir plus rapidement cette catastrophe et en résoudra bien plus vite l’issue par sa décapilotade prévisible également. On peut presque se demander si on ne doit pas souhaiter sa victoire à la Pyrrhus>??????

    • Attention aux généralités et aux clichés : il y a une variété de peuples asiatiques et ils ne se sont pas tous illustrés dans l’histoire. De nombreux peuples sont intelligents ou peuvent le devenir (un peuple barbare, sous-développé, n’est pas condamné à le rester), et de nombreux peuples dans l’histoire, aussi bien orientaux qu’occidentaux, ont apporté des choses à l’humanité, certains plus que d’autres selon les époques.

  7. dommage pour l’amérique, elle va s’effondrer.
    ils ont oublie que c’est hashem qui a ramené son peuple dans sa terre.
    c’est à lui qu’ils vont se confronter.

    shabbat shalom,,,,

    • C’est exactement ce que je pense.
      C’est le destin que réserve Achem
      Aux nations qui détournent leurs regards
      D’Israël.
      Quand un peuple se prosterne devant des Idoles et oublie la parole Divine, alors arrive la décadence, l’effondrement et la disparition de ces civilisations.
      L’amérique risque de connaître ce châtiment si elle emprunte la route du diable.

  8. J’espère et j’espère une fois pour toute qu’Israël aura les C…
    pour leur dire d’aller se faire foutre. Israël est un état qui a le droit de décider de ce qui est bon pour lui. Et je pense que le duo Biden Harris est la prolongation de la politique pro arabe et anti isarélienne de Hussein Obama.
    ROSA

  9. Israël avait aussi un ami et un allié ,et depuis nous voyons que cela ne veut plus rien dire.
    J espère que la leçon est comprise .
    Quand aux médias ,ils penchent pour bidon ,ce qui est triste et lamentable !

  10. Tous les observateurs du Parti Démocrate affichent qu’il tire de plus en plus à gauche et pas seulement la Squad, comme on a cru qu’on pouvait isoler une minorité tyrannique d’extrême-gauche au sein d’un parti restant « globalement centriste »…

    D’autre part, Biden risque de s’engager dans une politique de rapprochement tant avec l’Iran que le Qatar et de marquer un grand mépris pour l’Arabie Saoudite, décrit comme un pays ennemi des « droits de l’homme », à cause du Yémen. Israël doit faire bloc avec ces « anciens » alliés américains délaissés. En atouts, il y a le gaz à l’intention de l’Europe du Sud, et la presque totalité du monde arabe anti-Iranien, anti-Turc et anti-Qatari…

  11. Que se passe-t-il chez la majorité des Juifs Américains qui ont voté en masse pour Biden ? Ils n’ont pas remarqué que le parti démocrate est devenu ce que Obama voulait en faire. Ils n’ont pas remarqué que l’antisémitisme n’a jamais été aussi virulent aux Etats-Unis depuis le passage d’Obama à la Maison Blanche. La politique anti-Israël est annoncée depuis longtemps, le conflit israëlo-arabe et les menaces iraniennes vont être relancés par les apprentis sorciers démocrates et les Juifs qui rejoignent la supposée futur administration Biden, le font en connaissance de cause. Israël ne les intéresse peut-être pas mais l’antisémitisme n’est pas anodin dans les positions de cette administration. Ils n’ont pas remarqué que l’administration Trump était plus philosémite. Ils sont un cas unique dans le monde Juif. Sont-ils stupides ou masochistes ou plus grave encore anti-juifs !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.