Israël met en garde contre le « chantage » de l’Iran à Vienne.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a appelé les négociateurs sur le nucléaire iranien à ne pas « céder au chantage nucléaire de l’Iran » dont les engagements sont, estime-t-il, « insuffisants », alors que les pourparlers ont repris lundi à Vienne.

« Malgré les violations iraniennes et la sape des inspections nucléaires, l’Iran sera à la table des négociations à Vienne, et certains penseront qu’il mérite que les sanctions à son encontre soient levées et que des centaines de milliards de dollars soient versés directement dans leur régime pourri », a déclaré M. Bennett dans une vidéo envoyée par son bureau. « Ils ont tort. Un régime aussi meurtrier ne devrait pas être récompensé », a-t-il poursuivi, avant d’appeler les négociateurs à ne pas « céder au chantage nucléaire de l’Iran ».

Suspendues depuis juin, les négociations sur le nucléaire iranien ont repris lundi entre Téhéran et les pays encore parties à l’accord conclu en 2015 (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie). Les Etats-Unis, qui ont quitté le pacte en 2018 sous la présidence de Donald Trump, doivent participer de manière indirecte aux discussions.

L’accord de Vienne, connu sous son acronyme anglais JCPOA, offrait à Téhéran la levée d’une partie des sanctions étouffant son économie en échange d’une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous un strict contrôle de l’ONU. Cette déclaration intervient alors que le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid est lundi en Europe dans l’espoir d’infléchir les positions de Londres et Paris.

Israël, dont l’Iran est l’ennemi juré, se dit « très préoccupé par la volonté de lever des sanctions en échange de restrictions insuffisantes sur le programme nucléaire ».

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.