Le maître du Kremlin a dénoncé, ce samedi, le « caractère dangereux » des livraisons de matériels militaires de l’Europe et des Etats-Unis à l’Ukraine. En parallèle, le président russe se dit prêt à aider une exportation « sans entraves » des céréales du pays.

Vladimir Poutine met en garde l’Occident contre ses livraisons d’armes à l’Ukraine

Alors que l’offensive russe se poursuit en Ukraine, Vladimir Poutine ne digère pas les livraisons d’armes des Etats-Unis et de l’Europe. Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz, le président russe a fustigé « le caractère dangereux de continuer à inonder » le pays que ses troupes ont envahi de matériels militaires. Dans un communiqué, il a mis en garde « contre des risques d’une déstabilisation ultérieure de la situation et d’une aggravation de la crise humanitaire », souligne le Kremlin dans un communiqué. Vladimir Poutine a aussi confirmé que la Russie restait « ouverte à une reprise du dialogue » avec Kiev pour régler le conflit armé, alors que les négociations de paix avec l’Ukraine sont au point mort depuis mars, selon la même source.

En parallèle, Moscou s’est dit disposé à aider une exportation « sans entraves » des céréales de l’Ukraine. « La Russie est prête à aider à trouver des options pour une exportation sans entraves des céréales, y compris des céréales ukrainiennes en provenance des ports situés sur la mer Noire », détaille le communiqué. Cette initiative intervient sur fond des craintes d’une grave crise alimentaire en raison du conflit.

Critique des « sanctions antirusses »

D’après Vladimir Poutine, les difficultés liées aux livraisons alimentaires ont été provoquées par « une politique économique et financière erronée des pays occidentaux, ainsi que par les sanctions antirusses » imposées par ces pays, explique-t-il dans cette même missive. Une augmentation des livraisons des engrais et des produits agricoles russes pourrait faire baisser les tensions sur le marché agricole international, « ce qui nécessitera bien évidemment la levée des sanctions appropriées » visant Moscou, souligne-t-il.

L’Ukraine, gros exportateur de céréales, notamment de maïs et de blé, voit sa production bloquée du fait des combats. Pour sa part, la Russie, autre puissance céréalière, ne peut vendre sa production et ses engrais en raison des sanctions occidentales touchant les secteurs financiers et logistiques. Les deux pays produisent un tiers du blé mondial. De fait, le conflit a mis à mal l’équilibre alimentaire mondial, laissant craindre une grave crise qui affectera tout particulièrement les pays les plus pauvres.

Comme le Kinjal, le missile Zircon fait partie d’une catégorie d’armes que Vladimir Poutine qualifie « d’invincible ». La Russie a réussi un tir test de missile hypersonique Zircon

Moscou montre les muscles. L’armée russe a annoncé ce samedi 28 mai avoir effectué avec succès un nouveau tir d’essai du missile de croisière hypersonique Zircon, au moment où Moscou intensifie son offensive en Ukraine.

Un missile hypersonique Zircon, ici testé en 2021 par la VIA ASSOCIATED PRESS

Le missile Zircon, dont le nom fait référence au métal très résistant Zirconium, a été tiré depuis la frégate Amiral Gorchkov, en mer de Barents, vers une cible dans les eaux de la mer Blanche, dans l’Arctique.

La cible située à un millier de kilomètres “a été visée avec succès”, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Le tir a été effectué dans le cadre des “essais de nouvelles armes” russes.

Portée maximale de 1000 kilomètres

Le premier tir officiel d’un Zircon remonte à octobre 2020, le président Vladimir Poutine ayant alors salué un “grand événement”. D’autres essais ont eu lieu depuis, notamment à partir de la frégate Amiral Gorchkov et depuis un sous-marin immergé.

D’une portée maximale d’environ 1.000 kilomètres et se déplaçant à une vitesse proche de 10.000 km/h, celui-ci doit équiper les navires de surface et les sous-marins de la flotte russe afin de viser des cibles terrestres et sur la mer.

La Russie, qui a lancé le 24 février une offensive en Ukraine, a annoncé en mars y avoir utilisé des missiles hypersoniques “Kinjal”, un recours en combat qui a semblé être une première, Moscou n’ayant jusque-là jamais fait état de l’emploi de ce type d’armes, sauf pour des essais. Ils ont permis selon le Kremlin la destruction d’un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine, dans la région de Mykolaïv.

Ce type de missiles, très manœuvrable, est censé défier les système de défense anti-aérienne. Ils ont atteint, lors des essais, toutes leurs cibles à une distance pouvant atteindre 1.000 à 2.000 km. Ils équipent les avions de guerre MiG-31.

Kinjal, Sarmat et Avangard

Les missiles balistiques hypersoniques “Kinjal” (“poignard”, en russe) et ceux de croisière “Zircon” appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie et que son président, Vladimir Poutine, qualifie d’“invincibles”, car censées pouvoir échapper aux systèmes de défense adverses.

Parmi les autres missiles hypersoniques dont disposent la Russie se trouve aussi Avangard (“avant-garde” en russe) capables de changer de cap et d’altitude à très haute vitesse. Testés avec succès en décembre 2018, leur vitesse a alors atteint Mach 27 -soit 27 fois la vitesse du son- et touché une cible située à environ 6.000 km, selon le ministère russe de la Défense. Ils ont été mis en service en décembre 2019.

Moscou se targue aussi d’avoir un missile balistique lourd baptisé Sarmat. D’un poids dépassant 200 tonnes, il est plus performant que son prédécesseur -le missile Voïevoda d’une portée de 11.000 km- et “n’a pratiquement pas de limites en matière de portée”, selon M. Poutine, qui l’a jugé à même de “viser des cibles en traversant le pôle Nord comme le pôle Sud”.

Jforum avec latribune.fr et Le HuffPost avec AFP

D’après Vladimir Poutine, les difficultés liées aux livraisons alimentaires ont été provoquées par « une politique économique et financière erronée des pays occidentaux, ainsi que par les sanctions antirusses » imposées par ces pays, explique le Kremlin dans un communiqué. (Crédits : SPUTNIK)

6 Commentaires

  1. A lire cet article, cette guerre est un prétexte pour l’exercice des ses nouvelles armes, ils leurs faut des cobayes et l’Ukraine est le cobaye pour ces salops; C’est hélas vra,i la vie humaine pour ces gens là, non rien à battre, à regarder les journalistes ou remontons l’Histoire, les prisonniers Russes libéré des camps naziis ont été liquidé, sous prétexte d’avoir déposé les armes,( mais vous n’avez plus de munitions, vous crevez la dalle et il vous reste cette formalité de vous rendre)… Alors rien d’étonnant.!!!……..Un pays qui hélas ne sera pas pour demain Démocratique et bon de vivre Libre sans pressions……….!

  2. C’est aussi vrai que les USA et leur présidents successifs sont des va-en-guerre et des menteurs comme on l’a vu avec la guerre en Irak, pays soupçonné de détenir des armes de destructions massives alors que ce pays ne possédait que peu d’armes chimiques employées par ailleurs contre leur propre population. Aucune arme de destruction massive n’a été retrouvée ni aucune arme chimique. Cela était un pur mensonge des USA pour ouvrir une guerre dont la France et d’autres pays ont heureusement refusé de collaborer. Idem pour la Libye, le Vietnam, la Corée et d’autres pays africains. Et aujourd’hui les américains en sont à la Chine et en mer de Chine. Il ne faut pas aussi oublier ni négliger le fait que l’Ukraine a fait partie du bloc communiste pendant longtemps et ne désirait pas entrer dans une alliance avec l’OTAN, ce que l’Ukraine aujourd’hui réclame haut et fort. D’autre part une scission entre l’Ukraine de l’est et celle de l’Ouest a toujours existé, la preuve étant que dans cette partie orientale le russe était la langue parlée couramment. Ce qui n’exclut pas le courage de ces soldats Ukrainiens qui se battent et meurent pour une cause probablement déjà perdue.

  3. Poutine commence à avoir peur de perdre la guerre qu’il a provoqué honteusement , car pourquoi vouloir marchander le commerce des céréales aujourd’hui ? Quel dictateur peut faire ça ? Il suffirai que l’Ukraine envoie quelques missiles bien ciblé sur Moscou aux réponses de missiles que les russes ciblent régulièrement en Ukraine pour que Poutine réfléchisse à un règlement global car personne ne menace la Russie et les russes vont se réveiller contre Poutine , quant à Biden c’est un manipulateur grossier prêt à envoyer l’Europe au feu vivement qu’il dégage dans deux ans …

  4. Quoi que l’on pense de la situation de guerre totale en cours, il est temps de sortir de la pensée unique en cours actuellement entretenue par des médias complètement à la masse.
    Joe la marionnette ventriloque activée par l’ordure Obama et sa clique est en train de faire la guerre à la Russie à travers les Ukrainiens qu’il manipule honteusement.
    Comme si cela ne suffisait pas, Joe le sénile qui se pisse dessus entraîne avec lui de nombreux pays occidentaux qui fournissent eux aussi, des armes de plus en plus destructrices sans mesurer l’impact dangereux de ces décisions dangereuses.
    Au lieu d’unir les pays qui participent indirectement à la guerre russo-ukrainienne pour faire pression sur Poutine l’assassin et demander un cessez le feu urgent, les moutons de Panurge font exactement le contraire sans se rendre compte de la folie de cette stratégie suicidaire.
    L’escalade actuelle ne peut pas changer la situation militaire sur le terrain, loin de là, l’armée ukrainienne malgré sa bravoure indéniable, ne peut pas renverser les choses surplace même si des armes sophistiquées lui étaient fournies rapidement.
    Imaginons qu’une de ces armes redoutables commette des dégâts importants à l’armée russe, comment réagira Poutine le cinglé sinon par une plus grande agressivité incontrôlable.
    Il ne s’agit pas de demander la capitulation de l’Ukraine mais plutôt d’unir les pays engagés indirectement dans cette guerre d’agression voulue et réalisée par Poutine le criminel, pour unir les pays qui soutiennent l’Ukraine afin qu’ils exigent des discussions sérieuses et exiger un arrêt total des combats, et d’aborder les exigences de Poutine le criminel pour trouver un compromis acceptable pour l’Ukraine et les pays voisins sous la menace du fou de guerre.
    Pour dire les choses simplement :
    Et si on essayait autre chose que la guerre totale actuelle dans laquelle des soldats ukrainiens meurent tous les jours, tandis que des bombes détruisent des maisons et leurs habitants dans la plupart des villes, sans espoir de renverser militairement la situation malgré le courage et la bravoure des braves soldats ukrainiens qui ne sont pas prêts d’avoir le dessus rapidement ?
    Non à la guerre totale actuelle qui risque d’embraser la planète et oui à des négociations sérieuses menées par des pays unis pour la cause d’une paix raisonnable même si elle ne sera pas parfaite, mais qui évitera un chaos mondial aux retombées dévastatrices.
    Non à Joe la momie ressuscitée qui confond son sexe avec son chien qui mène le monde à une catastrophe militaire dans laquelle tout le monde a tout à perdre….

  5. Nous échapperons a une crise humanitaire et à une famine mondiale si nous laissons ce dictateur envahir l’Ukraine et certainement d’autres pays libres, tuer des populations innocentes et détruire des villes et des villages entiers. Qui pourrait croire cela? Vraiment l’histoire se répète d’Hitler à Poutine. Et probablement comme à l’habitude, l’Occident va baisser le pantalon devant cet ogre. Pourquoi devrions-nous arrêter ces livraisons d’armes, lui qui ne se gêne pas de demander des volontaires de ses pays alliés pour assouvir ses conquêtes? Et l’histoire ne s’arrêtera pas là surtout si une dérive ou une erreur se produit ce qui aboutirait à une dernière guerre sans vainqueur ni vaincu. Bravo l’invincible Poutine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.