A sa mort, un fermier laissa en héritage dix-sept chevaux à ses trois fils.

Dans son testament, le père avait ainsi établi le partage de l’héritage :

– Mon fils aîné recevra la moitié (1/2) de tous les chevaux

– Mon second fils recevra le tiers (1/3) de tous les chevaux

– Mon plus jeune fils recevra le neuvième (1/9) de tous les chevaux.

Or il était tout à fait impossible de diviser 17 chevaux par deux, par trois et par neuf.

La chicane prit donc entre les trois fils.

Ils décidèrent de faire appel à un vieux fermier voisin, dont ils appréciaient l’intelligence, dans l’espoir qu’il puisse trouver une solution à leur différend..

Avez-vous trouvé la solution …?

« le fameux bon sens paysan ».

Le fermier prit donc le testament et le lut avec grand soin.

Après quoi, il alla chercher son propre cheval et l’ajouta aux dix-sept autres.

Il y avait maintenant dix-huit chevaux dans le champ.

Dès lors, il devint possible aux héritiers de procéder au partage, tel que prévu dans le testament du père.

Car :

– la moitié de 18 = 9 chevaux
– le tiers de 18 = 6 chevaux
– le neuvième de 18 = 2 chevaux

Et en faisant l’addition, cela donna :

– Au fils aîné :……….. 9 chevaux
– Au second fils :……. 6 chevaux
– Au plus jeune fils :… 2 chevaux

TOTAL……………….. 17 chevaux

Il restait un cheval, celui du fermier voisin, que celui-ci reprit et ramena à sa ferme*

Moralité : L’intelligence et le bon sens priment parfois sur le raisonnement ….mathématique !! 

Pensez-vous que les énarques de notre gouvernement auraient été capables de trouver cette solution ??

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.