À la recherche de «l’effet de troupeau» insaisissable pour repousser le coronavirus

Le coronavirus joue-t-il à défier le monde? Les confinements ont-ils un effet durable? Le cas de Hong Kong a été une rare réussite dans la guerre mondiale contre le coronavirus. Mais il a également montré ce qui se passe lorsque des mesures telles que l’éloignement social, l’hygiène et les équipements de protection sont assouplies trop tôt. La semaine dernière, les cas confirmés à Hong Kong ont brusquement doublé, principalement en raison des importations de l’étranger, ce qui a incité la chef de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, le mercredi 25 mars, à interdire le territoire à tous les non-résidents.

Ce modèle de reflux et de surtensions, qui se déroule également en Chine, à Singapour et à Taiwan, soulève des questions. Le modèle de confinement pour contenir le coronavirus est-il en cause? Après tout, les gens en ont assez de rester à la maison. Ou la levée des restrictions était-elle prématurée? Ces questions en amènent une autre : peut-être que le virus n’a pas atteint, lors de la première vague, ce que les épidémiologistes appellent la «masse critique», c’est-à-dire l’infection de suffisamment de personnes pour que «l’effet de troupeau» (ou d’immunité de groupe) se déclenche. Il est donc revenu pour une deuxième visite.

L’«effet de troupeau» ou «immunité de groupe» – un autre terme utilisé par ces scientifiques – se produit lorsqu’une grande proportion d’une population développe une réponse immunitaire à une certaine maladie, forçant le virus à manquer d’hôtes et à battre en retraite. Les vaccinations à grande échelle peuvent déclencher cet effet en perturbant la chaîne d’infection.

Mais la taille de cette proportion nécessaire – et donc la masse critique – varie d’un virus à l’autre et n’a pas encore été découverte dans le cas du covid-19.

Un programme de vaccination contre la grippe ordinaire compte jusqu’à 70% de masse critique, car il suffit de protéger les 30% restants non vaccinés. C’est  ainsi que vous obtenez «l’immunité collective». Il est difficile de déterminer comment cela fonctionne au cas par cas. Et personne ne sait si la proportion de cas qui récupèrent de la pandémie du Covid-19 est devenue suffisamment importante pour faire en sorte que  le virus batte enfin en retraite.

En raison de ces impondérables, le confinement total d’une population est contre-productif, explique Sharon Mikhailov, biologiste et ancienne chercheuse au Sheba Medical Center. Les fermetures partielles sont préférables lorsqu’elles sont effectuées par étapes contrôlées. Elles permettent à la maladie d’avancer en grappes contrôlées par étapes, évitant ainsi de surcharger les hôpitaux, tout en contribuant à la constitution d’une masse critique de sujets immunisés. Par cette méthode, si elle est étroitement contrôlée, la population entière peut éventuellement devenir immunisée contre l’infection.

La formule de confinement partiel devrait permettre aux autorités sanitaires de maintenir la flambée épidémique et le nombre de morts à un niveau inférieur soutenable. Le supermarché est un bon endroit pour les grappes contrôlées. C’est pratiquement le seul endroit public où les gens peuvent s’éloigner de chez eux tout en restant dans leur quartier. Là, ils peuvent toucher des produits et se mêler, rencontrant inévitablement des transporteurs du covid-19 dans un environnement contrôlé et identifiable.

Cependant, le problème est que le programme du ministère israélien de la Santé, tout en cherchant à établir le point à partir duquel le Covid-19 atteint la masse critique pour générer l’insaisissable «immunité collective», s’en tient à des critères stricts pour les tests. Il exclue du programme de test l’apport inestimable des médecins de famille locaux et des centres médicaux de district. Les critères se limitent à tester les patients transportés à l’hôpital avec des symptômes aigus et aux personnes mises sous respirateurs, bien que d’autres mourront malgré tout : peut-être les contacts de ces patients ; et les voyageurs revenant de l’étranger.

Cependant, les médecins travaillant dans la communauté ne sont pas autorisés à référer des patients suspectés d’avoir contracté le coronavirus pour leur faire passer des tests. Un tel suspect circulant “sans papiers” (identification) sera libre de visiter le supermarché local et d’en infecter un grand nombre. Ce lieu cesse alors d’être un environnement contrôlé.

Étant donné que cette catégorie de classification par secteurs est exclue, le programme national de dépistage manque de données pour renseigner l’étendue de la propagation du virus. Les autorités sont donc prises au dépourvu par des flambées locales imprévues. Leur accumulation étape par étape vers la masse critique pour parvenir à l’immunité du “troupeau” est rapidement annulée, avec un effet désastreux sur le personnel et l’équipement surchargés de l’hôpital. Le doublement du nombre de cas confirmés en Israël tous les trois jours – qui a commencé à se produire cette semaine – déborde bien au-delà de tout plan rationnel posé par les autorités pour une progression contrôlée de l’infection.

Les tests universels sont irréalisables. Mais leur application dans les communautés, sur la base des données médicales locales, documenterait ces épidémies et offrirait des chiffres plus crédibles. Elle présenterait également un véritable tableau régional à intégrer dans une enquête géographique complète pour cartographier la pandémie. Les secteurs indemnes de cette maladie pourraient alors redevenir normaux et commencer ainsi à soulager une partie de la souffrance économique subie par tant de personnes.

Cette semaine, deux mois après le début de la pandémie, les autorités sanitaires israéliennes ont finalement lancé un programme pour diviser le pays en 16 régions fermées. Dans chacune d’elles, un bataillon de réservistes du Commandement du Front intérieur de Tsahal aidera la police à surveiller le confinement renforcé ordonné par la force opérationnelle nationale pour mener la guerre contre le coronavirus.

Sharon Mikailov, biologiste et ancien chercheur au Sheba Medical Center a contribué à cet article de DEBKA

Seeking the Elusive “Herd Effect” to Beat back Coronavirus

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.