Le racisme anti-Blanc en procès

3
188

La Licra s’est présentée comme partie civile vendredi à Paris au procès d’un jeune homme agressé en étant qualifié de “sale Blanc”.Une organisation antiraciste, la Licra, s’est présentée comme partie civile vendredi à Paris au procès d’un jeune homme poursuivi pour des violences commises avec la circonstance aggravante d’injures raciales anti-Blanc.

Le procès, qui intervient alors qu’une controverse politique bat son plein en raison de l’utilisation de ce phénomène dans la campagne pour la présidence de l’UMP, a été renvoyé par le tribunal correctionnel au 26 avril prochain.

Les juges ont accepté la demande présentée par l’avocat de la victime, qui aurait été violemment frappée à la gare du Nord et qualifiée de “sale Blanc” et “sale Français”.

Le renvoi était soutenu par la défense du prévenu, qui a notamment souhaité un contexte plus propice à la “sérénité” pour juger le dossier.

Le racisme anti-Blanc existe bel et bien, mais il ne peut être confondu avec le racisme anti-Noir ou anti-Maghrébin en raison notamment de grandes différences dans les traductions en termes de discrimination, a estimé en marge de l’audience Me Nadia Moutchou, avocate de la Licra.

“Le racisme anti-Blanc existe, il n’y a pas de tabou à avoir là-dessus, on le dit sans pudeur.

On l’a déjà dit en 2010, c’est un phénomène qui s’est aggravé avec le temps, c’est certain”, a-t-elle dit à Reuters.

“En revanche, il ne faut pas en faire un stéréotype.”

Des cas isolés

“Le racisme anti-Blanc reste extrêmement minoritaire, ce sont des cas isolés.

On parlera plutôt de ressentiment anti-français parce qu’il ne s’accompagne pas de formes de discrimination et d’oppression qu’on rencontre dans d’autres formes de racisme”, a-t-elle ajouté.

Le Code pénal français ne fait pas de différence entre les formes de racisme ou de discrimination fondés sur l’origine ethnique ou religieuse.

Le débat divise les organisations antiracistes, le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) et SOS Racisme refusant par exemple de s’associer aux poursuites dans ce type d’affaires.

Ses dirigeants, sans nier qu’une forme de racisme anti-Blanc puisse exister, considèrent qu’il s’agit d’un avatar ou d’une réaction au racisme anti-Noir ou anti-Maghrébin et déplorent par ailleurs que le phénomène soit utilisé politiquement.

Jean-François Copé, actuel patron de l’UMP et candidat à la présidence du parti face à François Fillon, a fait surgir ce thème cher à l’extrême droite dans le discours de la droite parlementaire en l’évoquant dans son livre, “Manifeste pour une droite décomplexée”.

François Fillon a pris ses distances avec son discours, mais sans véritablement s’en dissocier.

Le sujet fait débat à droite cependant, l’ex-ministre François Baroin ayant jugé les propos de Jean-François Copé “toxiques”.

Procédures judiciaires rares

Les avocats de la Licra et des sources judiciaires confirment que des signalements ou des plaintes font état de propos anti-Blancs.

Les procédures judiciaires sont toutefois rares à ce sujet.

Il est avéré selon les rapports d’organismes comme la Halde (Haute Autorité de lutte contre les discriminations) que les discriminations à l’embauche, dans l’accès au logement ne touchent pas les Blancs en tant que tels, mais éventuellement les Maghrébins et les Noirs.

Plusieurs procès ont d’ailleurs visé des annonces racistes d’agences d’intérim employant à la demande de certaines entreprises le code “BBR” (“bleu-blanc-rouge”) pour exclure de certains emplois les Noirs, les Maghrébins et les Asiatiques.

Par ailleurs, plusieurs associations de défense des droits de l’homme ont conclu que les contrôles de police en France étaient aussi discriminatoires, car ils visaient plus fréquemment les Noirs et les Maghrébins, aucun phénomène systématique de ce type n’ayant été constaté pour les Blancs en tant que tels.

Le Point.fr Article original

TAGS: Alteracisme France Racisme anti-blanc Politique UMP Copé Fillon

Justice Violences Licra

3 COMMENTS

  1. J’en veux pour preuve regardez les tags : nique la france, nique la police, nique tout
    Ca avant que les musulmans ne viennent en france
    Ca sa n’éxistais pas .

  2. Pensez-vous que seul les blanc soit racistes ??? Ca certainement pas : Ne vous y trompez pas car les musulmans sont les pires racistes qu’il puisse exister,ils sont racistes pires que certains blancs comme vous les apppelez, dans ce beau pays de france, il n’y a pas plus raciste ET PIRE, PUR, ET DURE, qu’un musulmans : MAIS OUVREZ DONC LES YEUX.Moi je vis en france, et je vit dans la france, et je vois tous les jours ce qui ce passe, et ce qui ce dit autour de moi, et entre nous soit dit : je ne suis pas au gouvernement à voter des lois le cul coller sur ma chaise.
    Il est plus que temps que le monde se rende compte que les musulmans sont les pires racistes de tous .

  3. Le racisme pratiqué par des immigrés récents ou issus de l’immigration est le reflet exact du mépris du colon envers les indigènes. Il exprime un sentiment de supériorité ethnique et une volonté politique de soumettre la majorité autochtone pour l’exploiter.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.