Le Fatah, parti palestinien historique, tient son premier congrès en 20 ans

0
256

© 2009 AFP (Musa al-Shaer)
Le Fatah, qui contrôle l’Autorité palestinienne, a ouvert mardi à Bethléem, en Cisjordanie, son premier Congrès en 20 ans qui doit renouveler la direction d’un parti miné par les divisions et affaibli par sa déroute face aux islamistes du Hamas à Gaza.Le Fatah, qui contrôle l’Autorité palestinienne, a ouvert mardi à Bethléem, en Cisjordanie, son premier Congrès en 20 ans qui doit renouveler la direction d’un parti miné par les divisions et affaibli par sa déroute face aux islamistes du Hamas à Gaza.

Il s’agit du premier congrès général du mouvement historique palestinien depuis 1989 et seulement du sixième depuis sa création par le défunt leader Yasser Arafat à la fin des années 1950. Mahmoud Abbas lui a succédé à la tête du mouvement et de l’Autorité palestinienne en 2004.

M. Abbas devait prononcer un discours peu après l’ouverture du congrès.

Lundi, il avait affirmé que la tenue de ce congrès, le premier sur la terre palestinienne, constituait “un jour historique”.

“J’espère que nos voisins (israéliens) nous donneront l’occasion de parvenir à la paix avec eux pour nous permettre de créer notre Etat vivant aux côtés de leur Etat en paix et en sécurité”, a-t-il dit.

Au cours de cette réunion de trois jours, quelque 1.900 délégués doivent renouveler le Comité central et le Conseil révolutionnaire, principales instances du Fatah, et adopter un nouveau programme politique.

Les préparatifs du congrès ont été perturbés par le refus du mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, d’autoriser quelque 400 autres délégués du Fatah de Gaza à se rendre en Cisjordanie.

Environ 500 autres délégués installés à l’étranger, notamment au Liban, en Syrie et en Jordanie, ont été autorisés par Israël à y assister.

Le Fatah monopolisait le pouvoir au sein de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza avant d’être battu aux législatives en 2006 par le Hamas qui l’a ensuite délogé par la force de Gaza en juin 2007.
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 18 juillet 2009 à Ramallah

Le Fatah est tenu par nombre de Palestiniens pour responsable de la corruption et l’anarchie qui ont sévi dans les territoires palestiniens avant que l’Autorité palestinienne ne se décide à les combattre sérieusement ces dernières années.

De plus, la ligne politique du Fatah prônant un règlement négocié du conflit avec Israël après des années de lutte armée ne cesse de perdre en crédibilité faute de progrès dans les négociations de paix.

Dans le projet du programme politique qui sera soumis au Congrès, le Fatah affirme “son refus de reconnaître Israël en tant qu’Etat juif”, comme l’exige son Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le texte affirme en outre la volonté des Palestiniens de “reprendre l’initiative afin de sortir les négociations de paix de l’impasse” tout en réitérant le “droit du peuple palestinien à la résistance contre l’occupation conformément à la loi internationale, y compris la lutte armée”.

Si M. Abbas est assuré d’être reconduit comme chef du mouvement, la composition du nouveau Comité central de 21 membres qui seront élus par les délégués, fait l’objet de toutes sortes de pronostics.

Ainsi, une partie des “éléphants” qui font partie de l’actuel Comité central devraient céder la place à des plus jeunes.

Le secrétaire du général du Fatah en Cisjordanie emprisonné en Israël, Marwan Barghouthi, l’ex-chef de la Sécurité préventive Jibril Rajoub, l’ex-homme fort du Fatah à Gaza et “chouchou” des Américains, Mohammad Dahlane, apparaissent comme les prétendants les plus sérieux.

Quant au Conseil révolutionnaire, il compte 120 membres, dont la majorité sera élue par les délégués et le reste désigné par le nouveau Comité central.

Les querelles entre les ténors du Fatah, qui ont contribué au déclin du mouvement, se sont exacerbées ces dernières semaines lorsque son secrétaire général et l’un des fondateurs Farouk Kaddoumi, basé à Tunis, a accusé M. Abbas d’avoir comploté avec Israël pour éliminer Yasser Arafat.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.