La reconstruction ou la guerre

0
193

Assurément, le mouvement islamiste palestinien aime la provocation, s’en délecte, et pêche parfois par orgueil au point d’être victime de sa propre logique belliciste, comme au début de l’été dernier. Mais sans être fin stratège, le Hamas sait également calculer ses coups car il connait parfaitement la psychologie israélienne.

Depuis le désengagement de Gaza en 2005, l’organisation islamiste maintient habilement une tension artificielle à la frontière de l’Etat hébreu. Son modus operandi réside en une guerre d’usure permanente dont elle dicte le tempo : le plus souvent, par des tirs sporadiques contre le territoire israélien et, quand bon lui semble, par des attaques plus intenses qui exercent une pression croissante sur l’opinion publique et le gouvernement israélien. Lorsque celui-ci est dos au mur, il déclenche une opération d’envergure dans la bande de Gaza.

Voilà une dizaine d’années que le Hamas défie militairement Tsahal et force est de constater qu’à chaque nouvelle confrontation, il semble mieux équipé que lors de la précédente. A l’évidence, ni le blocus du territoire côtier palestinien, ni les campagnes de frappes ciblées n’ont eu d’impact sur les têtes pensantes du Hamas. Non pas que Tsahal doive combattre l’Hydre de Lerne islamiste, mais il fait face à une organisation paramilitaire qui a appris à encaisser les coups sans capituler et, surtout, qui a inventé au fil des années un nouveau type de guérilla… souterraine.

Dans les faits, c’est l’audace du Hamas qui a poussé l’armée israélienne dans une course technologique. D’abord, par ses infiltrations meurtrières qui entrainèrent la construction d’une clôture électrique autour de Gaza ; plus tard, par ses salves de roquettes – 15.000 projectiles tirés depuis les années 2000 – qui poussèrent au développement du système antimissile Dôme de fer ; enfin, ce sont aujourd’hui les tunnels d’infiltration du Hamas et ses obus de mortier qui posent un casse-tête à l’industrie militaire israélienne. Quelle sera le prochain stratagème des islamistes ?

L’escalade ?

Vendredi 19, c’est la troisième fois qu’un projectile frappe le sud d’Israël depuis l’entrée en vigueur d’une trêve avec le Hamas. Pour les habitants de la région, le compte-à-rebours vers une nouvelle escalade a été déclenché, ils se savent en sursis. Faut-il s’en étonner ?

img
Moshe Yaalon

Après la riposte des avions de Tsahal contre une fabrique de ciment servant à la réhabilitation de tunnels, Benyamin Netanyahou et son ministre de la défense, Moshé Yaalon, ont promis qu’Israël répondra durement à toute nouvelle attaque des factions palestiniennes. Mais à quoi peut s’engager un gouvernement qui n’a pas saisi l’opportunité, quand elle s’est présentée au début de l’été, de renverser le Hamas ou même de signer un accord de trêve durable avec ce dernier?

Le constat est amer: Netanyahou a déclenché l’opération « bordure protectrice » à reculons et souhaiter éviter un enlisement qui aurait pu l’empêcher de briguer un quatrième mandat ou contraint de négocier sérieusement avec le président palestinien, Mahmoud Abbas, lequel a lui aussi manqué son retour à Gaza. C’est ce calcul politique qui a permis aux brigades Ezzedine al Qassam de tenir tête à Tsahal pendant près de cinquante jours. A ne vouloir ni la guerre, ni la paix, Netanyahou a fragilisé la force de dissuasion israélienne.

En moins d’une semaine, les hommes du Hamas ont paradé victorieusement dans les rues de Gaza, en marge des festivités du 27ème anniversaire de l’organisation, saisissant même l’occasion pour lancer un drone et placer en état d’alerte l’aviation israélienne. Mercredi, pour alimenter le « show off », les brigades Ezzedine al Qassam se sont bruyamment entrainées sur les terrains défrichés des anciennes implantations juives de Dougit et Nissanit, au nord de la bande de Gaza, et dans le secteur de Rafah, près de la frontière égyptienne. Les radars de Tsahal ont identifié plusieurs tirs d’essai de roquettes en direction de la mer, et les Israéliens habitant la région ont rapporté toute la nuit des bruits d’explosions et d’armes automatique.

Ces démonstrations de force successives sont une manière pour le mouvement islamiste palestinien de communiquer avec son pire ennemi. Pour l’instant, le Hamas ne veut pas la guerre, mais demande à ce qu’on lui prête attention. A Gaza, la situation humanitaire est proche du désastre et les promesses de dons ne se concrétisent pas. Seuls 100 millions de dollars sur les 5,4 milliards promis par la communauté internationale sont arrivés dans les caisses de l’Autorité palestinienne. Le Hamas menace : si la reconstruction de Gaza ne s’accélère pas, ce sera l’escalade. En cette période pré-électorale en Israël, des tensions sécuritaires pourraient lourdement influencer sur le scrutin.

[Maxime PEREZ – Tribune JuiveArticle original

1 COMMENT

  1. Je suis d’accord avec le commentaire de chic Montana , le Hamas se sert des pressions exercées par la communauté internationale sur israel pour faire une guerre d usure et saper le moral des israéliens . Ma solution dans un premier temps est de foutre dehors ce con de Bibi qui d accroche au pouvoir comme tous ces sales politicards arrogants et grandes gueules qui ne fait pas peur au Hamas . Dans un 2 e temps il faut briser les reins du Hamas et réoccuper gaza . Sharon en se désengageant de façon unilatérale a fait la plus grande connerie qui coûte cher a israel aujourdhui. Il n y aura jamais de paix entre palos et arabes c est un leurre , les palos ne reconnaîtront jamais israel comme état souverain , pour eux israel est cancer qui n a rien a faire dans cette région arabe!

  2. Le hamas est un serpent, comme le sont tous les muzz d’ailleurs, la seule manière d’empêcher les serpents de nuire consste à leur écraser la tête. Les guerres d’Israel, et le hamas le sait, ne vont jamais au bout des plans de Tzahal, l’armée ne disposant en effet que d’une fenêtre très courte, car dès que la casse devient trop importante et que le nombre de victimes s’accroît, la pression internationale oblige l’état Juif à rechercher un cessé le feu. C’est moins le manque de bellicisme de Bibi que le soutien occidental aux palos qui en est la cause. Ainsi, chaque fois que l’armée est mise en condition de ne pas pouvoir terminer le boulot, c’est la porte ouverte à la reprise des provoques, de la guerre d’usure. A cause de l’Occident le hamas nargue l’état Juif. Dans la prochaine confrontation il faudra casser les reins des palos en quatre ou cinq jours et porter des coups fatals au commandement au risque de lourdes pertes civiles mais on ne fait pas d’omellette sans casser des oeufs…

  3. Heureusement que les arabes se tuent entre eux.
    Je n’ai aucun conseils à donner à Israel, car ce sont les israéliens qui sont sur le terrain et qui subissent la guerre, mais je me réjoui quand je compte les morts terroristes

  4. {{ {Cette enclave est un cancer dans le corps d’Israël et il serait temps de procéder à son ablation.

    Plus facile à dire qu’à faire mais quel intérêt à laisser espérer aux Arabes un état composé de deux territoires sans lien ?
    } }}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.