Israël s’inquiète de la fourniture de missiles antichars par la France au Liban, a indiqué dimanche un haut responsable israélien, soulignant le risque que ces armes se retrouvent entre les mains du puissant mouvement chiite Hezbollah. »Nous avons exprimé notre inquiétude sur le fait que le Hezbollah prend de plus en plus de pouvoir au sein du gouvernement libanais et sur le fait que des armes destinées à l’armée libanaise puissent faire partie de l’arsenal du Hezbollah », a affirmé ce haut responsable à l’AFP, sous couvert d’anonymat.

La France va offrir au Liban 100 missiles anti-char, avait indiqué vendredi un représentant du gouvernement libanais, confirmant un projet qui avait soulevé des inquiétudes en Israël et aux Etats-Unis.

« Le Premier ministre Saad Hariri a été informé mercredi de la décision française de fournir à l’armée 100 missiles air-sol de type HOT qui seront utilisés par les hélicoptères militaires Gazelle », avait-il déclaré à Beyrouth.

« Les missiles seront livrés avant la fin février et seront donnés sans aucune contrepartie », a-t-il ajouté.

Interrogé par l’AFP, Matignon a confirmé l’envoi d’une lettre en ce sens par le Premier ministre français François Fillon à son homologue libanais.

« Notre coopération militaire avec le Liban contribue à l’indépendance et la stabilité du pays et est conforme à la résolution 1701 du Conseil de sécurité », a souligné de son côté le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

Durant le conflit entre Israël et le Hezbollah chiite en 2006, ce mouvement avait tiré plus de 4.000 roquettes contre le nord d’Israël, contraignant un million d’habitants à se terrer dans des abris ou à fuir vers le sud du pays.

L’arsenal du Hezbollah libanais, mouvement qui prône la lutte contre Israël, n’est plus visible dans le sud depuis 2006, mais reste important. Selon l’Etat hébreu il a même triplé depuis le conflit, avec 42.000 missiles pouvant atteindre des villes du sud d’Israël.

En août, une parlementaire américaine avait demandé à la France de ne pas vendre de missiles anti-char au Liban, arguant qu’ils pourraient être utilisés contre Israël, étant donné « l’influence du Hezbollah » dans le gouvernement libanais.

Ileana Ros-Lehtinen, qui siège à la commission des Affaires étrangères, avait émis cet avis après une information du journal arabe Asharq Al-Awsat.

Le journal, citant un responsable français, avait annoncé que le ministre français de la Défense, Hervé Morin, avait envoyé une lettre à son homologue libanais Elias Murr pour l’informer que Paris était « prêt » à livrer 100 missiles anti-char à Beyrouth.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.