Israël doit très vite tirer des leçons de l’Egypte.

0
126

Dans le contexte de la crise égyptienne, Israël a fait parvenir un message secret aux Etats-Unis et à des pays européens leur demandant de soutenir la stabilité du régime du président égyptien Hosni Moubarak en butte à une vague de contestation, a indiqué lundi le quotidien Haaretz.

Dans ce message, les responsables israéliens soulignent qu’il est de “l’intérêt de l’occident” et de “l’ensemble du Moyen-Orient de maintenir la stabilité du régime en Egypte”, a ajouté journal.

“Il faut en conséquence freiner les critiques publiques à l’encontre du président Hosni Moubarak”, a souligné ce message envoyé à la fin de la semaine, selon le journal. La radio militaire, qui a repris cette information, a estimé que cette initiative constitue une critique à l’encontre des Etats-Unis et des pays européens qui ont pris leurs distances avec le régime du président Moubarak.

Interrogé par l’AFP, un porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est refusé à confirmer ou démentir ces informations, tandis que le porte-parole du ministère des Affaires étrangères n’a souhaité faire le moindre commentaire.

“Nous avons toujours eu et nous continuons à éprouver du respect envers le président Moubarak, ce qui ne veut pas dire que tout ce qu’il a fait ait été juste”, a pour sa part affirmé le président israélien Shimon Peres.

“Mais il a fait une chose pour laquelle nous lui sommes reconnaissants en maintenant la paix au Moyen-Orient”, a ajouté M. Peres dont les propos ont été diffusés par la radio publique.

Haaretz, citant des responsables officiels israéliens, a également indiqué que le ministère des Affaires étrangères avait émis des directives destinées à une dizaine d’ambassades “clé” aux Etats-Unis, au Canada, en Chine en Russie et dans plusieurs pays européens.

Ces directives demandent aux ambassadeurs de souligner auprès de leurs interlocuteurs “l’importance de la stabilité de l’Egypte” et de faire passer ce message le plus rapidement possible.

Jusqu’à présent, les dirigeants israéliens ont adopté un profil bas à propos de la vague de manifestations en Egypte. M. Netanyahu a ordonné à ses ministres de s’abstenir de faire des déclarations.

Lui-même s’est contenté d’affirmer dimanche qu’Israël voulait préserver la paix avec l’Egypte ainsi que “la stabilité et la sécurité régionale”.

“La paix avec l’Egypte dure depuis plus de trois décennies. Notre objectif est que cela continue”, a ajouté M. Netanyahu.

Le président de la commission de la Défense et des Affaires étrangères du Parlement Shaoul Mofaz a pour sa part affirmé lundi à la radio publique qu’Israël ne “devait pas s’ingérer dans les affaires intérieures égyptiennes”.

“Notre intérêt suprême est de conserver l’accord de paix ce que le président Moubarak a fait pendant les trente dernières années”, a ajouté M. Mofaz, député de Kadima (centre), le principal parti d’opposition.

“Il faut également examiner attentivement la conduite de l’administration américaine. Les Etats-Unis ont fait comprendre que leur soutien inconditionnel à un de leurs alliés (Moubarak) se résume en fait à un soutien très partiel”, a également dit M. Mofaz.

L’Egypte est le premier pays arabe à signer la paix avec Israël, conclue en 1979 un accord de paix en échange du retrait, réalisé en 1982, de tous les territoires égyptiens conquis par l’armée israélienne durant la guerre de juin 1967.

Mais quand Barack Obama fait savoir à mots à peine couverts à Hosni Moubarack qu’il doit partir, les israéliens ont dû mal à cacher leur déception, voir même leur colère. « Ce qu’a fait Barack Obama est dans la droite ligne de ce que disait l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger lorsqu’il affirmait que les tous les accords stratégiques passés par les Américains sont conditionnels, autrement dit limités dans le temps », a déclaré Ephraïm Halevy.

Dans ce contexte, quelques sénateurs américains s’interrogent sur les solutions que les Etats-Unis doivent mettre en oeuvre pour éviter que l’Egypte passe aux islamistes.

Le sénateur républicain Lyndsey Graham a proposé que l’armée égyptienne se mobilise pour empêcher les islamistes radicaux de prendre le pouvoir en Egypte.
“Chaque Américain devrait apprécier le fait que pendant des années nous avons fourni une aide à l’armée égyptienne en équipement et entraînement, parce que cette armée est notre carte maîtresse, dans le monde, pour nous garantir que l’Egypte ne devienne pas un Etat radical”, a déclaré L. Graham.

Le sénateur John McCain a estimé que “si l’Egypte devenait un Etat islamiste radical, cela aurait des conséquences sur les problèmes israélo-palestiniens”. Il a également insisté sur le fait que les Frères musulmans sont associés au Hamas et au terrorisme.

Dans le cas où les frères musulmans seraient élus, comment l’armée égyptienne s’y prendra-t-elle pour que le pays ne passe pas sous le contrôle des islamistes ? Comment pourra-t-elle agir contre ceux qui ont été élus démocratiquement ?!

Israël ne se voit-elle pas contrainte de s’engouffrer rapidement dans un accord de paix salvateur ? En tous cas, telle la suggestion de Bill Clinton à Davos… Une autre réalité parle d’elle-même : les chiffres. Il y a 2,5 millions de palestiniens en Cisjordanie, 1,5 million à Gaza, 1,3 million en Israël, contre 1,7 million de juifs. Comment peut-on continuer à passer à côté de la solution de deux états ? Mettre sur pied un accord de paix ne devient-il pas la priorité des priorités, pour Israël et les Palestiniens, dans cette ambiance oh combien sulfurisée du Proche-Orient de ces dernières semaines ? Quelle va être la proposition du gouvernement israélien au regard d’une Egypte et d’une Tunisie quelque peu transfigurée ?

Jforum.fr, 3 février 2011

1 COMMENT

  1. Ce qui se passe,actuellement dans quelques pays arabes , n’est pas l’émergence d’un désir fondamental de démocratie chez les manifestants ,ce que certains rêveurs baba cool ,prenant leurs utopies pour réalité, langue pendue, attendent .

    Cette conception est celle de la gauche idiote , vaincue, contredite dans tous ses combats modernes ou presque.

    Certes ,il y a des jeunes , quelques groupes sociaux ,des individualités qui aspirent fortement à une liberté politique plus grande

    Mais le problème essentiel qui fait descendre les gens dans la rue et les expose aux foudres de la féroce police politique, c’est la démographie galopante :

    9 millions de musulmans en 1962 en Algérie ,36 millions en 2 008,soit quatre fois plus en moins de cinquante ans !!!!!!

    85 millions d’Egyptiens actuellement dont la bagatelle de 22 au Caire !!!!!!!

    Qui dit mieux ?

    Ces monstrueuses masses humaines peuplent des pays désertiques ,
    conquises facilement autrefois parce que désertiques précisément.

    Quand ces pays possèdent des matières premières ou de l’eau ( donc agriculture et élevage possible )les dirigeants de ces régions peuvent faire quelque chose pour leurs habitants .

    Mais ce, jusqu’à un certain point, et un certain temps .

    Ensuite , on les laisse avec leurs rêves inassouvis de consommation et de confort ,rêves nourris par les images satellites

    Et amplifiés…. par le manque

    Voilà la réalité que ne manquent pas d’exploiter tous les renards de la vie , de la manipulation et du pouvoir politiques au premier rang desquels se distinguent ,dans ces pays, les Frères musulmans ou Islamistes divers

    Il faut dans ces pays , sous la pression de l’occident ,de l’O.N.U. ,de tous les intellectuels et citoyens ,intéresses aux choses de ce monde , un planning familial et ce le plus vite possible avant qu’il ne soit trop tard …. .

    Tout le reste n’ est que littérature

  2. Moubarak est un homme courageux.Il a maintenu la paix avec Israël.Les frères musulmans ont été trés discrets durant la révolte.Ils sont en train de montrer patte blanche pour entrer au gouvernement. Mais dés qu’ils le pourront ils vous tiendront à la gorge et ne plus lâcher prise. Malheureusement il sera trop tard et les conséquences seront incalculables pour la paix mondiale.

  3. Je suis peut être hors sujet, mais je suis furieux quand j’entends Obama donner des ordres aux Egyptiens et demander à Moubarak de quitter le pouvoir. De quel droit? Parcequ’il donne des milliards à L’Egypte? On dirait qu’il fait tout pour que les frères musulmans accédent au pouvoir. Et lui ? Obama , n’a t il pas trahi ses électeurs juifs, ces abrutis, qui ont vôté pour lui et qui l’ont financé?Quant aux journalistes, si ce sont les mêmes qui ont couvert “Gaza” c’est bien fait pour leur gueule, ils auront un avant goût de la “démocratie” à la muz.

  4. Je ne suis pas un spécialiste de l’Egypte et et je ne connais pas la situation dans le pays. Mais on ne peut pas indéfiniment agiter le spectre de l’islamisme comme rempart à la démocratie. Mon sentiment est que le défaut de démocratie est justement une situation qui profite aux islamistes qui sont les seuls à capitaliser sur le mécontentement populaire. On ne peut pas leur donner le monopole de l’alternative politique! L’enjeu pour les années à venir est à mon sens de développer l’offre politique dans ces pays, pour marginaliser les islamistes. Facile à dire, plus qu’à faire…. Mais il faut aborder les problèmes dès maintenant avant qu’ils ne soient insurmontables dans le futur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.