Huit présumés bandits islamistes devant les assises de Paris.

0
160

Ils sont huit dans le box des accusés. Huit hommes à la fois petits caïds de banlieue et adeptes du djihad qui comparaissent depuis lundi 3 janvier devant la cour d’assises de Paris spécialement composée, comme pour tous les procès terroristes, de magistrats professionnels.

Pendant quatre semaines – l’audience est prévue jusqu’au 28 janvier –, ils répondent notamment de “tentative de vol avec armes, d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, de financement d’une entreprise terroriste et de détention d’explosif en relation avec une entreprise terroriste”.

Le groupe, composé de deux Français, d’un Franco-Algérien, d’un Algérien et de quatre Tunisiens, avait été démantelé en 2005, alors qu’il venait de rater l’attaque d’un dépôt de fonds de la société Securitas à Beauvais (Oise). Filmés par des caméras de vidéosurveillance, trois hommes avaient été identifiés. Parmi eux, Ouassini Cherifi, un Franco-Algérien de 36 ans, suspecté par les enquêteurs d’être le principal activiste de l’équipe. C’est notamment l’arrière-salle de son restaurant “Le rendez-vous gourmand” à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), qui aurait servi de base logistique. C’est là que se déroulaient les réunions.

MOUVANCE ISLAMISTE ?

Lors d’une perquisition effectuée dans un garage, les policiers avaient découvert un stock de dynamite, deux fusils d’assaut, des pistolets, et des plaques de police. Ouassini Cherifi, dit “le Turc”, avait déjà été condamné en 2002 à cinq ans de prison pour un trafic de faux passeports en lien avec des réseaux islamistes.

Pendant sa détention, Cherifi a rencontré un militant islamiste qui avait été condamné à la suite des attentats de 1995, le Français Safé Bourada, qui dirigeait le groupe terroriste Ansar al Fath, lequel se finançait via des réseaux de prostitution. Selon l’un de ses membres, ce groupe envisageait de mener des opérations contre l’aéroport d’Orly et le métro parisien.

Pour l’accusation, cette affaire met au jour les liens entre terrorisme islamiste et banditisme des cités. Par la voix de leurs défenseurs, les accusés contestent leur appartenance à la mouvance islamiste.

Yves Bordenave – Le Monde.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.