9 morts dans des frappes aériennes israéliennes présumées en Syrie – rapport

Un site appartenant au Centre syrien d’études et de recherches scientifiques est situé à Masyaf et a été la cible de frappes aériennes israéliennes dans le passé

Des avions de combat F-35 effectuant un survol en 2018 en Israël. (crédit photo: REUTERS)
Des avions de combat F-35 effectuant un survol en 2018 en Israël. (crédit photo: REUTERS)

Jeudi soir, au moins neuf miliciens ont été tuées dans des attaques aériennes israéliennes ciblées contre des usines de défense syriennes près de la ville de Masyaf, dans le nord-ouest de la Syrie, selon des informations syriennes.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR), quatre des morts étaient des ressortissants syriens, mais on ne sait pas s’ils étaient des soldats syriens ou s’ils travaillaient pour les forces iraniennes. Le nombre de morts devrait augmenter en raison de la présence et de l’état des personnes blessées lors des attaques, ainsi que des informations faisant état de décès supplémentaires.
Des systèmes de défense aérienne ont été activés à Masyaf, à l’ouest de Hama et de fortes explosions ont été entendues dans la région pendant les frappes aériennes. L’agence de presse syrienne officielle SANA a rapporté qu’un certain nombre de missiles entrants avaient été largués.

Les frappes aériennes ont été menées par des avions de Tsahal au-dessus de l’espace aérien libanais, a déclaré à SANA une source militaire syrienne.

Selon la Step News Agency, les frappes aériennes ont visé quatre usines de défense appartenant au Corps des gardiens de la révolution iraniens dans une zone de fabrication de missiles.Les frappes ont détruit des dépôts de munitions et des armes et ciblé des sites où des missiles sol-sol sont fabriqués, selon SOHR. Alors que le site est géré par la Syrie, les forces iraniennes sont présentes sur le site, a déclaré le directeur du SOHR à Al-Arabiya.

Comme cela se produit souvent après que des frappes aériennes israéliennes auraient été signalées en Syrie, l’espace aérien au-dessus des hauteurs du Golan à l’est du Jourdain a été fermé à tous les vols au-dessus de 1500 mètres (5000 pieds) jeudi jusqu’au 4 juillet.

Des dégâts, mais aucune victime, ont été signalés par SANA. Malgré les rapports de SANA, un journaliste de Step a déclaré que des ambulances avaient été entendues se rendant sur les lieux. Des images partagées sur les réseaux sociaux, apparemment sur le lieu de l’attaque, ont montré de grands incendies.

Un site appartenant au Centre syrien d’études et de recherches scientifiques (SSRC) est situé à Masyaf et a été la cible de frappes aériennes israéliennes dans le passé. En 2017, deux soldats ont été tués lors d’une frappe aérienne imputée à Israël, selon la BBC. Le site du SSRC à Masyaf a été utilisé pour produire des armes chimiques, selon la BBC.
De plus, des images satellite publiées par la société de renseignement israélienne ImageSat Intl (ISI) en juillet 2019 ont montré le déploiement complet de quatre systèmes de défense antimissile S-300 de fabrication russe dans la province syrienne de Masyaf.
Le mois dernier, des frappes aériennes israéliennes auraient visé un centre de recherche et une base militaire à Alep. Il existe également un site du SSRC à Alep qui serait également utilisé pour la mise au point de missiles et d’armes chimiques.
Les frappes  de jeudi, attribuées à Israël par les médias syriens, sont les premières depuis que le Premier ministre adjoint Benny Gantz a commencé à exercer les fonctions de ministre de la Défense. Plus tôt cette semaine, Gantz a visité le nord d’Israël avec le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général. Aviv Kochavi, chef du Commandement du Nord, le major-général. Amir Baram, le commandant de la 210e Division Brig.-Gen. Amit Fisher et d’autres officiers supérieurs.
Au cours de la visite, il a entendu parler des problèmes de sécurité auxquels est confronté le nord d’Israël, y compris la présence iranienne en Syrie et les développements au Liban.
Israël aurait mené un certain nombre de frappes aériennes au cours des derniers mois dans le cadre de sa “guerre entre les guerres” contre les forces iraniennes et les milices soutenues par l’Iran en Syrie. Les frappes aériennes attribuées à Israël ont ciblé des dizaines de sites appartenant à l’Iran et aux forces soutenues par l’Iran ces dernières années.
Anna Ahronheim a contribué à ce reportage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.