5ème attaque pro-iranienne impunie dans la région

0
2396

Les attaques iraniennes contre les alliés américains au Moyen-Orient se poursuivent. Les États-Unis, les États du Golfe et Israël sans réaction

 

La première attaque de drones multiples de la part des rebelles yéménites Houthi sur une base aérienne saoudienne à Jizan, le dimanche 9 juin, était la dernière des cinq agressions orchestrées par l’Iran contre des alliés des États-Unis en un moins d’un mois. Les deux roquettes tirées le 1er juin depuis la Syrie sur les positions israéliennes du Hermon faisaient partie de la même série.

Sur l’aéroport de Jizan, les insurgés yéménites ont utilisé un escadron de drones armés fabriqués par l’Iran pour niveler (raser) les bunkers et les stations de drones saoudiens. Les unités de défense aérienne saoudiennes ont été prises au dépourvu et n’ont pas réussi à abattre un seul drone ennemi. Riyad n’a pas confirmé que l’attaque avait eu lieu.

S’agissant des tirs de roquettes sur le Mont Hermon, l’armée israélienne a confirmé qu’elle visait délibérément les avant-postes militaires israéliens situés sur les pentes surplombant le Golan depuis l’intérieur de la Syrie, sans pour autant en nommer la source. Les sources militaires et les services de renseignements de DEBKAfile peuvent révéler qu’ils ont été dispensés par une unité des gardes de la révolution iraniens sous les ordres du chef du QG Al-Qods, le major-général Qassem Soleimani. Israël était prévenu qu’il était dans la ligne de mire de Téhéran, à la même enseigne que les autres alliés des États-Unis dans le Golfe. L’attaque à la roquette contre le Mont Hermon devrait être regroupée avec les attaques contre les stations de pompage de pétrole et le port saoudiens, le sabotage de quatre pétroliers au large des Emirats Arabes Unis et les tirs de roquettes près de l’ambassade américaine à Bagdad.

Le lendemain, Israël a riposté par une frappe de missile décrite par des sources de l’opposition syrienne comme visant «les forces iraniennes et du Hezbollah près de Damas». Toutefois, selon les sources de DEBKAfile, Israël s’est principalement concentré sur les sites de l’armée syrienne [on a alorsévoqué 5 morts classés comme “syriens”], notamment ses magasins de missiles sur la grande base aérienne T-4 près de Homs. L’unité IRGC qui a lancé les roquettes est restée indemne des lanceurs.

Cette série d’attaques lancée à l’initiative de l’Iran a été dommageable mais discrète dans la mesure où elle a permis d’éviter les pertes. L’administration Trump et les alliés des États-Unis ont eu une réaction “désinvolte” -“pondérée”, citant l’Iran indirectement ou pas du tout. Le président Donald Trump préfère fortement les sanctions comme arme de choix pour amener Téhéran à la table plutôt, que les représailles” militaires. Les Saoudiens, les Emirats et Israël ont adopté cette voie. Les Emirats arabes unis, par exemple, ont déclaré qu’un «acteur étatique» (ndrlr : sur le mode “suivez notre regard”) était responsable du sabotage des pétroliers, d’autres «pensant que» l’Iran pourrait être impliqué tout en prétendant manquer de «preuves» [sur le mode du “secret” partagé : le “Mossad l’a démontré” à Washington].

Le général Frank McKenzie, chef dU CENTCOM américain, a déclaré le 31 mai, alors qu’il se tenait sur le pont du porte-avions USS Abraham Lincoln, que le renforcement de l’armée américaine dans la région avait dissuadé l’agression iranienne.

Cela n’était exact que dans la mesure où il n’y a pas d’attaque iranienne contre les forces militaires américaines. Cependant, la politique de nonchalance et de suspension des représailles à la suite des attaques contre quatre nations du Moyen-Orient, toutes ordonnées par Téhéran depuis la mi-mai, pourrait bien inciter le régime et ses gardiens de la révolution à persister jusqu’au moment où Washington s’avérerait obligé de se plier et céder le pas sur les sanctions et autres concessions.

Par la suite, on dévoilera les négociations secrètes américano-iraniennes en cours dans un lieu tenu secret à Bagdad.

    ,  , 

Iranian attacks on US Mid-East allies continue. US, Gulf states, Israel affect unconcern

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.