4ème dose de vaccin: ce qu’on apprend d’Israël?

Covid-19. Ce que nous apprend l’expérience d’Israël sur l’efficacité d’une quatrième dose de vaccin

Après l’injection d’une quatrième dose de vaccin Pfizer contre le Covid-19, la protection contre la contamination se réduit, mais celle contre les formes graves reste stable, selon les données israéliennes. Voici ce que nous apprennent l’expérience israélienne et une étude qui en découle.

Un homme se fait vacciner à Tel Aviv en janvier 2022.Un homme se fait vacciner à Tel Aviv en janvier 2022. | AFP

Quelle est l’efficacité réelle d’une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 ? Les premières réponses viennent une nouvelle fois d’Israël. Le 22 janvier, Israël a commencé à administrer une quatrième dose du vaccin BNT162b2 (le Comirnaty de Pfizer) à toute la population des plus de 60 ans. Les chercheurs du Weizmann Institute of Science ont analysé les données de santé de plus d’1,2 million de personnes. L’étude, publiée mercredi dans le New England Journal of Medicine, peut être lue comme un message déprimant ou rassurant, selon la façon dont on l’aborde.

Une protection contre l’infection qui diminue dès quatre semaines

La protection contre les formes symptomatiques semble diminuer de dose en dose (et de variant en variant), celle-ci disparaissant dès quatre semaines après l’injection. En France, une étude de la Drees, publiée le 1er avril, indiquait que cette protection disparaît trois mois après la troisième dose.

Cependant, et c’est une bonne nouvelle, la quatrième dose diminue bien le risque de forme sévère, comparé aux personnes n’ayant reçu qu’un seul rappel. Et cette protection n’avait pas diminué à la fin de la période d’étude (jusqu’au 2 mars). Ce qui reste bien l’essentiel et le but de ce rappel.

Une épidémie de syndromes de Covid long ?

Alors que la cinquième (sixième ?) vague va se retirer en France, ces résultats plaident pour une prochaine campagne de vaccination ciblée sur les seules personnes vulnérables.

Néanmoins, cette efficacité de plus en plus faible des vaccins disponibles (Pfizer comme Moderna) contre les formes symptomatiques laisse augurer une épidémie de syndromes de Covid long, qui ne touchent pas que les personnes atteintes de formes sévères.

France: la 2e dose de rappel ouverte aux 60 ans et plus, annonce Véran

La deuxième dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 va être ouverte aux personnes âgées de 60 ans et plus, dont la dernière injection remonte à plus de six mois, a annoncé jeudi 7 avril 2022 le ministre de la Santé, Olivier Véran.

« Nous allons pouvoir ouvrir cette 2e dose de rappel pour les Français âgés de 60 ans et plus s’ils sont à six mois de leur dernière injection de rappel », sans qu’elle devienne obligatoire, a indiqué le ministre sur la radio RTL. Jusqu’ici, cette dose était réservée aux personnes de 80 ans et plus, une annonce faite par le Premier ministre Jean Castex mi-mars face au rebond de la pandémie.

« Une injection de rappel, quand on a 60 ans et plus, réduit de 80% le risque d’hospitalisation »

« On sait qu’une injection de rappel, quand on a 60 ans et plus, réduit de 80% le risque d’hospitalisation, de réanimation et de décès. Même si ce risque est moins élevé aujourd’hui qu’il l’était avec les variants précédents et lorsqu’il n’y avait pas de couverture vaccinale, il y a un risque résiduel. On peut le réduire par quatre, donc on le propose », a fait valoir Olivier Véran, s’appuyant sur une recommandation de la Haute autorité de santé.

Le ministre de la Santé Olivier Véran sur le perron de l'Elysée le 23 mars 2022 à Paris (AFP/Archives - Ludovic MARIN)Le ministre de la Santé Olivier Véran sur le perron de l’Elysée le 23 mars 2022 à Paris (AFP/Archives – Ludovic MARIN)

Cette mesure, qui n’est donc pas obligatoire, concerne 500.000 Français de 60 ans et plus qui sont à six mois ou plus de leur dernière injection, a précisé Olivier Véran : « En période de circulation du virus, c’est autant de réduction d’un impact hospitalier. On sait que nos hôpitaux ont besoin de souffler ».

La Grèce et l’Australie font de même

Les autorités sanitaires de l’Union européenne ont donné mercredi leur feu vert à une deuxième dose de rappel des vaccins anti-Covid de Moderna et Pfizer aux personnes âgées de 80 ans et plus, mais jugé prématuré d’émettre une recommandation pour la population plus jeune. Toutefois, de plus en plus de pays ouvrent la 2e dose de rappel – qui correspond à la quatrième dose – aux populations âgées de moins de 80 ans, dans un contexte de rebond épidémique.

Les autorités sanitaires grecques ont ainsi annoncé mardi une quatrième dose pour « les personnes âgées de plus de 60 ans, surtout en présence d’une maladie sous-jacente ». L’Australie va faire de même pour les plus de 65 ans.

Par ailleurs, concernant le premier tour de l’élection présidentielle qui se tient en France dimanche, le ministre de la Santé a confirmé que les personnes testées positives au Covid « peuvent aller voter en toute sécurité ». « Il y aura à disposition des masques, du gel hydroalcoolique, ils peuvent venir avec un stylo, on sait faire », a souligné Olivier Véran.

Jforum avec Sciences et Avenir avec AFP et www.ouest-france.fr/

AFP/ARCHIVES – CLEMENT MAHOUDEAU

1 COMMENTAIRE

  1. Ils nous tapent sur le système avec leurs vaccins!!!!!
    Cela s’appelle de l’obsession compulsive!!!!!! Qu’ils s’occupent plutôt de mettre leur énergie sur la protection de la population israélienne!!!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.