Perspectives 2016 de l’économie israélienne : les 4 chocs potentiels

Perspective

Instabilité géopolitique, gaz, immigration, tensions sociales: l’OCDE prévoit quatre chocs potentiels susceptibles d’affecter l’économie israélienne.

L’économie israélienne est résiliente: elle connaît sa 13e année consécutive de croissance, et elle fait preuve d’une capacité de résistance aux chocs extérieurs. Le dernier rapport de l’OCDE ne tarit pas d’éloge sur l’économie israélienne : « ces résultats économiques positifs sont le fruit de la politique macroéconomique prudente menée au cours de la dernière décennie. Les autorités ont su préserver la stabilité monétaire et financière face à un environnement extérieur volatil et incertain ».

En revanche, les experts de l’OCDE estiment que les perspectives positives de l’économie israéliennes sont sujettes à quatre chocs potentiels ; si leurs effets sont difficiles à quantifier, l’OCDE estime qu’il s’agit de chocs qui sont susceptibles d’affecter significativement l’économie israélienne au cours de l’année à venir.

1ER CHOC : TENSIONS GÉOPOLITIQUES

Une intensification de l’instabilité géopolitique dans la région pourrait se traduire pour Israël par un affaiblissement de sa demande intérieure et de ses débouchés extérieurs. L’impact possible sera d’autant plus fort si la campagne de boycott actuel venait à s’amplifier.

De plus, l’exacerbation des tensions pourrait entraîner une hausse des dépenses militaires d’Israël ; ce qui compliquerait le financement des dépenses civiles qui sont déjà insuffisantes aujourd’hui.

2E CHOC : DÉCOUVERTES DE NOUVELLES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES

De nouvelles découvertes de gisements de gaz ou de pétrole permettraient à Israël de diversifier son offre énergétique et d’attirer davantage d’investissements étrangers. De même, l’exploitation de nouveaux gisements permettrait à Israël d’accroître ses recettes fiscales, ses exportations et sa croissance.

En revanche, la découverte récente d’un vaste gisement de gaz dans les eaux égyptiennes porterait atteinte aux débouchés extérieurs d’Israël ; l’intensification de la concurrence régionale dans le secteur gazier pourrait restreindre les marchés d’exportation d’Israël.

3E CHOC : FORTE HAUSSE DE L’IMMIGRATION

L’accroissement du sentiment d’insécurité, perçu par les communautés juives de la Diaspora en Europe, pourrait déclencher une nouvelle vague d’immigration massive vers Israël. Un afflux d’immigrants qualifiés, formés et aisés, stimulerait la croissance économique ; en revanche, des problèmes d’intégrations sont à prévoir sur un marché du logement déjà tendu.

4E CHOC : REGAIN DE TENSIONS SOCIALES

Une reprise de la contestation sociale (comme la « révolte des tentes » de l’été 2011) pourrait alimenter d’importantes revendications salariales et une hausse des dépenses sociales ; ce qui accroîtrait les besoins de financement pour éviter des tensions budgétaires.

Jacques Bendelac (Jérusalem) Israelvalley.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.