Patriot et Tamuz sur 3 postes syriens après survol de drone© Vidéo

0
1064

Vidéo des représailles contre les avant-postes syriens près d’Hader.

Israël frappe trois avant-postes de l’armée syrienne en représailles à l’intrusion d’un drone

Israël frappe trois postes de l’armée syrienne en représailles à l’intrusion d’un drone

L’armée de l’air israélienne a frappé trois postes de l’armée syrienne dans la région de Quneitra mercredi soir en réponse à l’infiltration d’un drone syrien dans l’espace aérien israélien dans l’après-midi. Le drone a été abattu sur la mer de Galilée à 9,6 km à l’intérieur d’Israël par un missile Patriot. Après que des fragments ont été récupérés, le porte-parole de Tsahal a déclaré que le drone syrien n’était pas armé et semblait être en mission de reconnaissance. Le retard de 16 minutes dans l’interception a été expliqué par le fait qu’Israël aurait vérifié que le drone n’était pas russe au moment où le Premier ministre Binyamin Netanyahu était à Moscou pour des entretiens avec le président Vladimir Poutine. A la suite de ces pourparlers, “un officiel israélien” a rapporté que le Premier ministre a déclaré : “Ils (la Russie) ont un intérêt actif à assurer un régime stable pour Assad et nous à chasser les Iraniens. Ceux-ci peuvent, soit entrer en conflit soit s’aligner [sur la position russe]. “

Le lendemain de l’attaque d’un UAV depuis la Syrie dans le nord d’Israël, Tsahal affirme, images à l’appui, avoir attaqué trois cibles, diffusant des images montrant les frappes de ce qui, selon les médias syriens, se trouvait près du village de Hader dans la province de Quneitra ; “L’armée israélienne tient le régime syrien pour responsable des actions menées sur son territoire”.

L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu’elle avait frappé trois cibles en représailles à l’incursion mercredi d’un drone syrien qui a été abattu dans le nord d’Israël .

“L’armée israélienne tient le régime syrien pour responsable des actions menées sur son territoire et le met en garde contre d’autres actions contre les forces israéliennes”, a indiqué le communiqué.

Des images de surveillance en noir et blanc diffusées par des Israéliens montrent que des missiles ont frappé ce qui semblait être une hutte, une structure à deux étages et une structure de cinq étages au milieu d’un terrain vallonné.

Les médias syriens ont indiqué que les positions visées jeudi étaient situées près du village de Hader dans la province de Quneitra,dans les hauteurs du Golan. Ils ont également déclaré que les défenses antiaériennes militaires de l’Etat auraient contrecarré les missiles que les avions israéliens ont tirés sur les positions de l’armée dans la province de Quneitra dans les premières heures de jeudi.

Postes touchés par la FID (Photo: Unité du porte-parole de la FID)

Postes touchés par Tsahal (Photo: Unité du porte-parole de Tsahal)

“L’avion de l’ennemi israélien a tiré plusieurs missiles en direction de certaines positions de l’armée”, a déclaré une source militaire syrienne citant des sources de l’armée syrienne. Au moins certains des missiles ont été contrecarrés par les défenses aériennes syriennes, ont-ils prétendu, malgré les images qui affirment le contraire.

Israël s’alarme profondément de l’influence grandissante de son ennemi juré, l’Iran, au cours de la guerre de sept ans en Syrie. Sa force aérienne a frappé des dizaines de cibles qu’elle décrit comme des déploiements iraniens ou des transferts d’armes au Hezbollah soutenu par l’Iran.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi à la Russie qu’Israël ne chercherait pas à renverser le président syrien Bachar al-Assad, mais que Moscou, son principal allié, devrait encourager les forces iraniennes à quitter la Syrie, a déclaré un haut responsable israélien.Israël est en état d’alerte alors que les forces gouvernementales syriennes avancent sur les rebelles à proximité du Golan, qu’Israël a pris à la Syrie lors de la guerre des Six Jours en 1967. Israël craint qu’Assad ne laisse ses alliés iraniens se retrancher près de ses lignes ou que les forces syriennes défient la démilitarisation du Golan de 1974.

 (Photo: Unité de la Spokesperon de la FID)

(Photo: Unité du porte-parole de Tsahal)

 

En début de cette semaine, les médias officiels ont déclaré que les systèmes de défense aérienne se seraient activés contre un avion de combat israélien et tenté d’abattre des missiles israéliens visant la base aérienne T4 dans la province de Homs. Israël n’a ni confirmé ni infirmé avoir fait cette frappe.

Avec l’aide de la forte puissance aérienne russe, l’armée syrienne a réussi à s’emparer de certains pans de la province de Daraa, jusque-là aux mains des insurgés dans le sud au cours des trois dernières semaines. L’offensive devrait se rapprocher des régions rebelles de Quneitra plus près du Golan.

Un missile patriote lancé sur un drone syrien qui parcourt 10 km en Israël

La sirène d’alerte contre les roquettes a résonné à travers plusieurs communautés dans les hauteurs de Golan, après que le missile Patriot a été lancé pour intercepter le drone qui a traversé l’espace depuis la Syrie et s’est infiltré en Israël ; Tsahal : “Nous l’avons suivi et avons attendu les conditions optimales pour l’intercepter.”

 

Les militaires ont rapidement récupéré les fragments du drone dans une zone au sud du lac. Il ne semble pas avoir été armé et a été probablement envoyé en mission de reconnaissance en Israël, a dit Conricus.

Un missile Patriot a été tiré sur un drone syrien qui s’est infiltré sur 10 kilomètres en Israël mercredi après-midi, déclenchant une sirène d’alerte à la roquette dans plusieurs localités du Golan. Tsahal a intercepté le drone au-dessus du Kinneret.

Il n’a pas été immédiatement évident de détecter qui a lancé le drone et il n’y a eu aucun rapport de blessures subies ou de dommages.

L’armée a déclaré que le missile a intercepté l’engin sans pilote et a averti qu’il “ne permettra aucune violation de l’espace aérien israélien et qu’il agira contre toute tentative de blesser ses civils”.

La sirène a retenti vers 15h30 à Haspin, Givat Yoav, Ramat Magshimim, Kfar Haruv et Mevo Hama, entre autres.

 

Photo: Yonit Dahan (Photo: Yonit Dahan)

Photo: Yonit Dahan (Photo: Yonit Dahan)

 

Tsahal a déclaré que ses artilleurs avaient suivi le drone pendant 15 minutes après son entrée en Israël depuis la Syrie. Sachant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président russe Vladimir Poutine se rencontraient mercredi à Moscou, l’armée a ajouté que des contrôles étaient effectués simultanément pour s’assurer que le drone n’était pas relié à la Russie.

Tsahal a ensuite confirmé que le drone avait réussi à s’infiltrer sur 10 kilomètres dans l’espace aérien israélien avant que le missile Patriot ne fasse le coup de feu à travers le ciel de Safed.

Le Porte-parole de Tsahal, le Brig.-Gen. Ronen Manelis a déclaré que le drone avait été repéré avant qu’il ne pénètre dans la zone tampon démilitarisée entre les deux pays.

“Nous avons repéré un véhicule aérien sans pilote vers 15h20 qui volait vers la zone tampon et nous l’avons suivi. Il a été repéré avant qu’il ne traverse la zone démilitarisée “, a-t-il dit.

“Nous avons mené un certain nombre d’actions avant de lanner des activités de défense, y compris l’appel à quatre avions de guerre et deux hélicoptères de combat et nous avons préparé des batteries de missiles Patriot. Quand nous avons réalisé qu’il y avait des conditions optimales, nous avons intercepté le drone à l’aide d’un missile Patriot », a-t-il poursuivi.

Tsahal a également publié une déclaration peu après l’incident.

“Nous avons effectué un certain nombre de vérifications avant l’interception et le missile n’a été tiré que lorsque les conditions étaient optimales. Le drone a effectué une mission dans les hauteurs du Golan, y compris chez nos voisins, avant qu’il n’entre en territoire israélien. Nous voulions savoir à quel pays il appartenait », peut-on lire dans la déclaration.

“Il est raisonnable de supposer que ce n’était pas un acte opérationnel contre Israël. Il aurait pu être intercepté à tout moment. Nous l’avons également suivi quand il a traversé la Jordanie”, indique le communiqué, ajoutant que l’incident a été coordonné avec la Russie.

Les tensions sur la frontière nord d’Israël ont augmenté au cours des dernières semaines à la suite des opérations des forces du président syrien Bashar Assad, qui ont repris la province de Daraa et ciblé les hauteurs syriennes du Golan.

Les résidents d’Emek HaYarden ont rapporté avoir entendu des explosions et vu des traînées de fumée déchirant le ciel après que la sirène a retenti. Peu de temps après, le conseil régional d’Emek HaYarden a déclaré que la routine dans la région avait repris.

Des morceaux de drones syriens dans le kibboutz HaOn (Photo: Menachem Attias)

Des morceaux de drones syriens dans le kibboutz HaOn (Photo: Menachem Attias)

 

L’armée israélienne a déclaré qu’elle n’autoriserait aucune violation de l’espace aérien israélien et riposterait à toute tentative de nuire à ses citoyens.

La police israélienne a émis un ordre rare pour que des bateaux dans la mer de Galilée retournent à terre «en raison des opérations de sécurité qui ont lieu dans la région».

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a mis en garde mardi les milices pro-iraniennes chiites dans les hauteurs syriens du Golan de ne pas essayer d’établir un réseau terroriste à la frontière avec Israël.

“Nous identifions des éléments affiliés à l’axe (irano-chiite) qui tentent d’établir une infrastructure terroriste dans le Golan sous les auspices du régime syrien, ce qui est inacceptable, et nous allons agir contre toute infrastructure terroriste que nous identifions ici”. Lieberman a déclaré lors d’une visite de la frontière du plateau du Golan.

“Nous considérons que le régime (syrien) est responsable, et il paiera le prix de la coopération avec les organisations de l’axe.”

Dimanche soir, Tsahal aurait attaqué l’aéroport militaire T-4 dans la province syrienne de Homs, activant les défenses aériennes syriennes, selon l’agence de presse syrienne SANA.

À la fin du mois dernier, l’armée israélienne a lancé un missile Patriot dans le nord du plateau du Golan sur un drone entrant en provenance de Syrie.

Selon Tsahal, le véhicule aérien sans pilote s’était, cette fois, retiré indemne après le lancement du missile, retournant dans une zone contrôlée par les forces du président syrien Bashar Assad.

Associated Press a contribué à ce reportage.

 

Première publication le: 07.11.18, 15:54

Ahiya Raved | Dernière mise à jour le: 07.11.18, 18:54
Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.