Entrevue palestino-égyptienne en pleines secousses à Gaza©

1
24
Les dirigeants palestinien et égyptien se rencontrent au beau milieu des secousses à Gaza
On relève des signes de rapprochement entre Le Caire et le Hamas, susceptibles de marginaliser me dirigeant de l’AP, Mahmoud Abbas ; au cours de leur rencontre, les dirigeants ont discuté d’arrangements et de partage des pouvoirs avec le Hamas, alors qu’Al Sissi a aussi expliqué à Abbas qu’il demeure engagé à une solution à deux Etats, fondée sur les lignes d’armistice de 1967. 

Les dirigeants égyptien et palestinien se sont rencontrés dimanche, alors qu’on observe des signaux de rapprochements entre Le Caire et le groupe terroriste islamique Hamas qui pourraient produire des secousses dans le paysage politique de Gaza et marginaliser le Président palestinien.

Des responsable proches du Président Mahmoud Abbas affirment que le dirigeant palestinien a rencontré le Président Abdel Fattah al-Sissi afin de chercher à obtenir des clarifications sur ce qui apparaît être un accord émergeant de partage des pouvoirs entre les dirigeants du Hamas à Gaza et un rival d’Abbas en exil, l’homme fort de Gaza, Mohammed Dahlan.

Mahmoud Abbas (Photo: Ofer Meir) (Photo: Afar Meir)

Mahmoud Abbas (Photo: Ofer Meir)

 

Dans le cadre de cet accord – dont certains passages ont bien été confirmés par d’autres parties prenantes – le Hamas conserverait le contrôle de la sécurité à Gaza, alors que Dahlan aurait l’autorisation de se réinstaller à Gaza et d’y faire jouer ses relations internationales (Emirats Arabes Unis et Egypte).

Aucun des deux dirigeants n’ont fait aucun commentaire aux médias après leur rencontre au Caire. Un communiqué du porte-parole de la Présidence égyptienne s’en est tenu aux généralités. Les deux dirigeants, ajoutait ce communiqué, ont discuté des dernières évolutions de la tentative des Palestiniens de bâtir un Etat et des façons de faire revivre le processus de paix.

Dahlan a été une personnalité centrale du Fatah, à l’origine des affrontements de rue qui ont éclaté après la victoire du Hamas aux élections parlementaires de 2006, qui ont finalement débouché sur la prise de contrôle violente de la Bande de Gaza par le groupe terroriste un an plus tard.

President al-Sisi (Photo: AFP) (Photo: AFP)

Président al-Sisi (Photo: AFP)
Dahlan et le Hamas ont été des ennemis viscéraux, mais leurs intérêts respectifs ont commencé à s’aligner, ces derniers mois. Le désir de Dahlan de revenir d’exil et de réussir un jour à prendre la place d’Abbas coïncide avec le désespoir grandissant du Hamas, alors qu’Abbas exerce une pression financière toujours plus lourde sur Gaza.

Cette forme d’entente entre l’Egypte, le Hamas et Dahlan pourrait poser une grave menace politique contre Abbas et les perspectives de réalisation d’un Etat Palestinien dans la Bande occidentale de Judée-Samarie, la Bande de Gaza et l’Est de Jérusulem -les territoires conquis par Israël au cours de la Guerre des Six Jours. Un « mini-état » palestinien à Gaza pourrait saper les fondements de l’Etat officiel à l’intérieur des lignes d’avant-1967, qu’Abbas et d’autres prétendent soutenir.

S’ils devaient prendre concrètement forme, de tels accords pourraient probablement contribuer à assouplir des décennies d’isolement de Gaza, mais cela approfondirait la déconnexion renforcée par Israël entre Gaza et la Bande Occidentale. Les deux territoires se situent, en effet, des deux côtés opposés d’Israël.

L’Egypte a longtemps accusé le Hamas de fournir un sanctuaire et une soutien logistique aux djihadistes islamistes combattants ses forces de sécurité dans la partie turbulente du Nord de la Péninsule du Sinaï, une région qui borde Gaza et Israël. L’Egypte s’est également jointe, depuis une décennie, au blocus israélien de Gaza – une bande côtière densité peuplée sur la Méditerranée, où le Hamas règne d’une poigne de fer depuis dix ans.

Cependant, les relations entre l’Egypte et le Hamas apparaissent s’être très récemment réchauffés.

 Les responsables du Hamas disent que les deux camps ont négocié des arrangements sécuritaires pour les passages frontaliers entre l’Egypte et la Bande de Gaza, afin de garantir que les djihadistes opérant dans le Sinaï ne se servent pas de Gaza comme refuge. En lien avec cet accord, le Hamas a commencé à créer une zone-tampon de sécurité, le long de la frontière entre Gaza et l’Egypte. En retour, l’Egypte livre aux dirigeants de Gaza du carburant pour sa centrale électrique, en allégeant ainsi les pannes tournantes qui alimentent depuis longtemps le mécontentement parmi les deux millions d’habitants de Gaza.

Mohammed Dahlan (Photo: Shaul Golan)

Mohammed Dahlan (Photo: Shaul Golan)

 

Les cargaisons de carburant égyptien semblent avoir porté un coup à la pression financière exercée par Abbas à l’encontre du Hamas.  Le Président palestinien avait espéré que de telles mesures, dont les coupures de subventions et la réduction dans le versement pour l’électricité de Gaza contraindraient le Hamas à céder du terrain et retourneraient progressivement la population contre le groupe terroriste dirigeant.

S’exprimant quelques temps avant la réunion entre al-Sissi et Abbas au Caire, un diplomate égyptien dans la confidence de ces questions, a déclaré qu’on prévoyait que le Président égyptien dise un jour à Abbas que le Caire ne peut pas se permettre de maintenir à jamais les issues de Gaza totalement verrouillées et que l’Egypte doit aussi veiller aux besoins de ce territoire. Il affirme qu’Al Sissi doit aussi avoir dit à Abbas qu’il est le bienvenu pour un rôle majeur à Gaza.

Les responsables proches d’Abbas disent qu’ils ont seulement entendu parler des accords entre Dahlan et le Hamas, d’une part et entre l’Egypte et le Hamas d’autre part, que de seconde main, ce qui ne fait qu’accroître leurs inquiétudes.

Hamas terrorists (Photo: Reuters)

Terroristes du Hamas (Photo: Reuters)

 

Dans ses remarques faites samedi, le chef du Hamas ismaïl Haniyeh a fait l’éloge de la nouvelle coordination de sécurité avec l’Egypte. S’exprimant au lendemain du meurtre par les djihadistes de l’Etat Islamique, de 26 soldats égyptiens dans les attentats les plus meurtriers dans le Sinaï depuis deux ans, il a déclaré que le Hamas « prenait des mesures intensives sur la frontière avec l’Egypte afin d’empêcher toute infiltration », dans Gaza après ces attaques.

Au cours d’un processus distinct, Dahlan et le Hamas sont parvenus à un protocole d’entente, selon des responsables des deux bords. Les lieutenants d’Abbas disent que de tels contacts n’auraient pas été possibles sans la bienveillance et la bénédiction de l’Egypte. Dahlan est une ancienne personnalité dominante au sein du mouvement Fatah d’Abbas, tombée en disgrâce auprès du Président palestinien en 2010, qui est parti en exil et a depuis lors forgé des liens très puissants avec les Emirats Arabes Unis et l’Egypte.

Les responsables bien informés disent avoir appris qu’à titre de première mesure, on prévoit que Dahlan débourse 50 millions de $ (près de 44 millions d’€) aux familles de ceux qui ont trouvé la mort dans les combats de rue entre le Hamas et le Fatah en 2006 et 2007. L’un des principaux lieutenants, Samir Masharawi, un dirigeant du Fatah exilé de Gaza, est censé revenir sur ce territoire afin de commencer à instaurer cet accord.

Au cours de leur rencontre, al-Sissi a déclaré à Abbas qu’il est essentiel d’apporter une solution au conflit palestino-israélien qui « comprendra l’établissement d’un état palestinien indépendant sur les lignes de 1967, avec pour capitale Jérusalem » (sic.).

Al-Sisi a aussi déclaré qu’une solution était d’une importance équivalente au rétablissement de la stabilité et de la sécurité au Moyen-Orient en totalité.

Associated Press|Publié le :  09.07.17 , 20:18

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here