Obama : Les pirouettes syriennes mènent au fait accompli iranien

3
15

Obama active sa diplomatie chimique en Syrie pour mieux faire accepter le fait accompli de l’Iran nucléaire, outrepassant les inquiétudes d’Israël.

Le Président américain Barack Obama n’a pas attendu l’accord Kerry-Lavrov de samedi 14 septembre, visant à l’éradication des armes chimiques en Syrie pour croire engranger des bénéfices diplomatiques. Le jour suivant, il s’est précipité pour appeler Téhéran et lui expliquer « qu’il existe un espace potentiel ouvert à des solutions diplomatiques, pour surmonter les impasses », dans une interview avec ABC TV.

“ Les Iraniens comprennent que leur course à l’arme nucléaire est un problème bien plus important pour nous que l’usage d’armes chimiques », a-t-il déclaré. « Je suppose que les Iraniens reconnaissent qu’ils ne peuvent pas tirer une loi générale du fait que nous n’avons pas frappé la Syrie ».

Mais c’est pourtant bien exactement ce qu’ils ont retenu de la façon dont il a fait du rétropédalage pour ne pas avoir à bombarder la Syrie – et c’est aussi ce que Moscou et Damas ont compris.

Obama a, également, révélé qu’il avait échangé des courriers avec le nouveau président iranien Hassan Rouhani, mais s’est abstenu d’en révéler le contenu. Il a ajouté : « Il (Rouhani) comprend le potentiel qui existe en vue d’une solution diplomatique, pour le programme nucléaire controversé de son pays mais cela « ne rendra pas brusquement la négociation »>Article original plus facile ».

A Jérusalem, le Secrétaire d’Etat John Kerry était parfaitement conscient du torrent de critiques qui s’abat sur l’accord qu’il a passé avec le Ministre des Affaires étrangères Sergeï Lavrov, à Genève, samedi – autant à l’intérieur des Etats-Unis qu’au Moyen-Orient. Les rebelles syriens et leurs soutiens accusent les Etats-Unis de trahison et de les avoir laissés tomber au beau milieu d’une guerre.

Après avoir rencontré le Premier Ministre Binyamin Netanyahu durant 4 heures, Kerry s‘en est sorti par une déclaration disant que les violations par la Syrie de ses engagements envers la convention sur les armes chimiques et sa réutilisation d‘armes de destruction massive déboucheraient automatiquement sur une action du Conseil de Sécurité de l’ONU, sous le chapître 7 autorisant l’emploi de la force armée contre son gouvernement

Les sources de Debkafile remarquent que cette phraséologie n’apparaît pas dans le texte de l’accord américano-russe conclu samedi à Genève, pas plus qu’elle ne correspond à la version de l’accord présentée par le ministre russe des affaires étrangères. Aussi, une réplique cinglante de la part de Moscou ne serait pas longue à tomber.

En réponse aux plaintes disant que l’accord sur les armes chimiques ne faisait rien pour stopper la guerre civile en Syrie et son cortège macabre de massacres sanglants, entré, désormais, dans sa troisième année, Kerry a affirmé que ce n’était que la première étape et que la diplomatie se poursuivrait pour mettre un terme à la guerre.

Le Secrétaire d’Etat américain, qui s’est envolé pour Paris, à la suite de sa rencontre longue avec Netanyahu, a dit qu’il informerait quatre ministres des affaires étrangères alliés du contenu de son accord avec Lavrov : ses homologues britannique, français, ainsi que saoudien et turc. Riyad et Ankara, comme Jérusalem, ont, jusqu’à présent, choisi de garder leurs doutes et objections en réserve.

Le Premier Ministre Netanyahu a déclaré, aux côtés de Kerry, que la Syrie doit définitivement être débarrassée de ses armes chimiques, afin de rendre la région plus sûre. Mais, que, pour que la diplomatie ait la moindre chance de marcher, elle devait se conjuguer à menace militaire crédible.

Avigdor Lieberman, représentant de la Commission des affaires étrangères et de la Défense de la Knesset a commenté en disant qu’à la suite de la soumission, par la Syrie, de l’inventaire de ses stocks et de ses sites d’armes chimiques, la semaine prochaine, comme Kerry l’a promis, cette liste devrait être comparée avec les listings établis par les renseignements israéliens.

Selon Debkafile : cette suggestion est naïve. L’inventaire syrien partira, d’abord, pour Moscou et après avoir été confirmé, sera référencé à Washington. L’Administration Obama s’abstiendra de toute action qui risquerait de torpiller son arrangement avec Moscou, durant ses premières phases, comme d’interroger la véracité des déclarations syriennes et russes. En dépit de toutes les belles paroles d’assurance déversées par Washington, concernant l’action militaire crédible, soit-disant sérieusement mise en place, aussi bien contre la Syrie que contre l’Iran, l’Administration Obama est déterminée à ne laisser ni Israël ni aucun autre acteur critique du Moyen-Orient déranger son agenda diplomatique – ni concernant la Syrie et ses armes chimiques, ni en ce qui concerne les menées iraniennes vers l’acquisition de la bombe nucléaire.

DEBKAfile Reportage spécial 15 septembre 2013, 7:32 PM (IDT)

debka.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski

3 COMMENTS

  1. qu’Obama soit un musulman qui joue dans la scene des 55 pays arabes pour en retirer le prochain profit
    aupres de la ligue comme etant le representant naturel et descendant direct de la cuisse gauche de Mohamed.il sera le chef spirituel des bougnouls son reve inavoue pour remplacer son pere au piedestal qu’il n’a pas attaint.Sa haine du juif et de nethanyaou depuis le debut,nous fait penser que son stratageme du certificat de naissance et ses manipulations qui mystifient tous les americains debiles et surtout tous les francais benets de l’histoire qui ont cru depuis la fin de la guerre et la rentree triomphante du tout petit de gaulle vous savez celui qui ressemble comme 2 goutes d’eau a ver-singe-etorix,qu’il avait gagnee la guerre
    celle la meme perdue sans combattre et sans gloire après avoir livre femme et enfant aux assassins SS
    et qui se sont embrasses tout de suite après comme si rien ne s’etait passé.SALAUDS de FRANCAIS et merci a l’amerique d’avoir sauve le reste des 6 millions de juifs bien trop tard malgres que tout le monde savait.

  2. Obama est un crétin, gauchiste attardé, islamophile,
    Israel doit déterminer par ses propres moyens uniquement quand la ligne rouge en Iran approchera dangereusement ( on y approche à grands pas…)
    et décider quand et comment agir, car espérer une action d’Obama est une grave illusion,
    il cherchera à négocier, pendant que les centrifugieuses tournent…….un ane vous disais je …

  3. obama est le pire allié d’israel, vivement qu’il dégage,il soutient du bout des lèvres car il sait le lobbi juif puissant aux usa, sinon il les aurait lachés depuis belle lurette, je reste persuadé que c’est un musulman,sans compte le cadeau empoisonné avec la syrie, rien ne dit que bachar ne va pas remettre des armes chimiques au hezbollah libannais et un jour s’en servir contre israel,avec un président aussi mou, il nous prépare la 3eme guerre mondiale, les arabes ne comprennent pas les mots, ils ne craignent qu’une chose les représailles,ce président doit bien faire rire dans les chaumiéres arabes,

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here