L’épidémie syrienne de polio pourrait menacer l’Europe

0
7

La maladie pourrait réapparaître en raison du flux migratoire vers des régions où la maladie était éradiquéeS’en tenir à la vaccination des réfugiés syriens pourrait s’avérer insuffisant pour endiguer l’épidémie de polio qui s’est déclarée en Syrie et l’empêcher d’atteindre l’Europe où elle a disparu depuis des décennies, ont prévenu vendredi des scientifiques allemands.

Dans un article publié dans la revue The Lancet, ils écrivent que la réapparition de la polio en Syrie était en partie imputable à l’emploi de certaines variétés vaccins dans des régions où la maladie n’est plus présente depuis des années.

Martin Eichner de l’université de Tübingen et Stefan Brockmann de l’Office de la santé publique de la région de Reutlingen soulignent que la plupart des pays européens utilisent actuellement le vaccin polio injectable inactivé (IPV) plutôt que le vaccin polio oral (OPV).

Or si l’IPV est très efficace dans la prévention du déclenchement de la maladie, il ne protège que partiellement contre les infections et il agit moins bien lorsque la maladie se propage, expliquent les scientifiques.

Provoquée par un virus transmis par l’eau et la nourriture, la maladie peut très rapidement se propager au sein d’enfants, en particulier lorsqu’ils vivent dans des conditions insalubres.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le virus qui sévit en Syrie est probablement arrivé du Pakistan, l’un des trois pays de la planète où la polio est encore endémique.

L’OMS prévient que le foyer syrien pourrait menacer de se propager à des millions d’enfants au Moyen-Orient.

Et, puisque de nombreux syriens fuient leur pays pour trouver refuge chez leurs voisins ou en Europe, il y existe désormais un risque de réintroduction de la polio dans des zones d’où elle a disparu depuis des dizaines d’années.

“Ne vacciner que les réfugiés syriens, comme cela a été recommandé par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, doit être considéré comme insuffisant”, écrivent les deux hommes.

“Des mesures plus globales doivent êtres prises en considération.”

08-11-2013/AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here