L’Iran courtisé par les investisseurs étrangers

0
12

Le Monde tenté par les opportunités d’affaires avec l’Iran suite à l’accord sur son programme nucléaireLes sociétés étrangères sont avides de faire des affaires avec l’Iran dans la foulée de l’accord historique signé mi novembre​ à Genève entre l’Iran et les grandes puissances, qui allège certaines des sanctions économiques contre Téhéran.

Mercredi, l’Iran et les États-Unis ont annoncé l’ouverture prochaine d’une chambre de commerce irano-américaine «dans moins d’un mois» pour relancer les relations économiques entre les deux pays, selon un responsable iranien cité par le quotidien Iran Daily.

Le projet conjoint se veut l’occasion pour les deux pays de renouer leurs relations rompues lors de la Révolution islamique de 1979.

A lire sur le sujet: Une chambre de commerce irano-américaine bientôt inaugurée
Les États-Unis ne sont pas le seul État à voir le potentiel économique que représente l’Iran. Des conglomérats étrangers faisaient la queue cette semaine pour trouver des opportunités d’affaire avec l’Iran, a rapporté vendredi le quotidien israélien Haaretz.

Selon le quotidien des dizaines de délégués en provenance de plusieurs pays étaient rassemblés à Téhéran cette semaine à la conférence de l’Organisation de la coopération économique, dont l’Iran assurait la présidence.

De nombreux États souhaitent s’assurer une place de choix dans l’ère post-sanctions, notamment la Turquie, le Pakistan, l’Inde, l’Azerbaïdjan, l’Afrique du Sud, les États-Unis, ainsi que des représentants de sociétés occidentales souhaitant évaluer les possibilités d’affaires.

Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a déclaré mercredi que son pays et l’Iran ont l’intention d’étendre leurs échanges commerciaux à une valeur de 30 milliards de dollars en 2015, et à 100 milliards de dollars en 2020.

Le ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh Namdar a déclaré cette semaine qu’il menait des discussions avec les grandes compagnies pétrolières telles que l’italienne Eni, la Royal Dutch Shell et la norvégienne Statoil, et a déclaré que l’Iran va inviter les entreprises américaines à également investir dans ce secteur.

Le Pakistan est pour sa part en pourparlers intensifs pour achever le gazoduc qui relie l’Iran à Islamabad. Le Pakistan devra payer une amende quotidienne de 3 millions de dollars, en vertu de son accord avec Téhéran, s’il n’importe pas de gaz en provenance d’Iran.

La France a déjà informé les constructeurs automobiles Peugeot et Citroën que les sanctions sur les pièces automobiles seront probablement levées mi décembre. Le géant pétrolier français Total a de son côté annoncé qu’il reprendra ses affaires avec l’Iran si les sanctions sont abrogées.

29-11-2013/ I 24 NEWS Article original

1 COMMENT

  1. Les mollah prouvent leur ouverture d’esprit. Ils ont du lire Lénine: »les capitalistes nous vendront la corde qui servira à les pendre ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here