Iran: les Etats-Unis inquiets des ardeurs d’Israël

0
9

Les Etats-Unis et Israël ont décidé de reporter d’importantes manoeuvres conjointes prévues au printemps prochain. Washington semble embarassé par la possibilité d’une opération militaire israélienne contre l’Iran.

Baptisés Austere challenge 2, les exercices de défense antimissile américano-israéliens prévus au printemps prochain ont été reportés.

Est-ce un hasard? Les Etats-Unis et Israël ont décidé de reporter d’importantes manoeuvres conjointes prévues au printemps prochain, sur fond de tensions régionales et de crise iranienne, a indiqué dimanche soir à l’AFP un haut responsable israélien de la sécurité qui a requis l’anonymat. « Ces manoeuvres devraient avoir lieu d’ici la fin de 2012 », a-t-il ajouté.

Citant des sources militaires, la radio publique avait auparavant précisé que ces manoeuvres, baptisées « Austere Challenge 12 » et présentées comme l’exercice de défense antimissile le plus ambitieux jamais organisé entre les deux alliés, était repoussé pour des raisons budgétaires à la fin 2012. Mais la radio militaire, citant un officiel de la Défense, a affirmé que la décision avait été prise afin d’éviter « des gros titres inutiles au cours d’une période particulièrement tendue » dans la région. « Austere Challenge 12 » devait mobiliser plusieurs milliers de soldats israéliens et américains.

Tel Aviv et Washington en porte-à-faux

L’annonce ne remet pas en cause la première visite officielle prévue jeudi en Israël du chef d’état-major interarmées américain, le général Martin Dempsey, qui doit rencontrer le ministre de la Défense Ehud Barak et son homologue israélien Benny Gantz. L’armée israélienne a souligné le mois dernier que ces manoeuvres étaient planifiées à l’avance et qu’elles n’avaient aucun rapport avec les tensions nées de la crise nucléaire iranienne. Mais la décision de les reporter survient au moment où les Etats-Unis et Israël semblent en porte-à-faux sur le dossier iranien.

Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Moshe Yaalon, a exprimé dimanche sa « déception » face aux « hésitations » de l’administration Obama sur un durcissement des sanctions contre le programme nucléaire iranien. « La France et la Grande-Bretagne comprennent qu’il faut durcir les sanctions, en particulier contre la Banque centrale iranienne. Le Sénat américain est aussi pour, mais le gouvernement américain hésite, il craint une hausse du prix du pétrole dans une année électorale », a expliqué Moshe Yaalon, qui est aussi le suppléant du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à la radio publique. Interrogé sur la possibilité d’une opération militaire israélienne contre l’Iran, Moshe Yaalon, ancien chef d’Etat-major, considéré comme un faucon au sein du parti Likoud (droite nationaliste au pouvoir), a estimé que l’option militaire ne devait intervenir qu’en dernier ressort. « Israël doit être prêt à se défendre. J’espère que l’on n’en arrivera pas là », a-t-il déclaré.

Selon le Wall Street Journal, le gouvernement américain s’inquiète de la préparation par Israël, malgré ses objections, d’une action militaire contre l’Iran et a mis en place un plan d’urgence pour préserver ses établissements dans la région. Le président Barack Obama, le secrétaire à la Défense Leon Panetta et d’autres responsables de haut rang, ont fait passer une série de messages privés aux Israéliens pour les mettre en garde contre les conséquences d’une telle attaque, a précisé le quotidien.

En outre, l’assassinat non revendiqué d’un scientifique nucléaire iranien à Téhéran la semaine dernière a alimenté les spéculations sur l’implication des services secrets israéliens (Mossad) et pourrait contribuer à la tension entre Israël et Washington. Washington a découvert en 2007-2008 qu’Israël avait recruté des militants de Jundallah, une organisation sunnite pakistanaise qui commet des attentats en Iran, en se faisant passer pour des agents américains de la CIA, selon le magazine américain Foreign Policy. Sur le même magasine, un post de blog émet l’hypothèse pour justifier l’attitude américaine que »l’administration Obama est divisée et donc pas décidée sur la politique à metre en oeuvre vis-à-vis de l’Iran. Et les principaux décideurs politiques estiment que les agissements d’Israël nuisent plutôt qu’ils n’aident l’administration américaine ».

AFP – EXPRESS

===============

Israël ‘déçu’ par l’attitude d’Obama envers l’Iran

Le vice-premier ministre israélien, Moshe Yaalon, s’est dit dimanche 15 janvier « déçu » de l’attitude de Barack Obama envers l’Iran, qu’il juge trop timorée. Il dénonce notamment un comportement motivé, selon lui, par des considérations électorales à dix mois du scrutin présidentiel aux Etats-Unis.
Evoquant les hésitations de l’administration américaine à imposer sans attendre des sanctions pourtant votées par le Congrès, il a comparé ce comportement à celui de la France et de la Grande-Bretagne qui « adoptent, elles, une position très ferme et comprennent que des sanctions doivent être immédiatement imposées » à l’Iran, soupçonné de vouloir se doter de l’arme nucléaire.

Le vice-premier ministre israélien, Moshe Yaalon, s’est dit dimanche 15 janvier « déçu » de l’attitude de Barack Obama envers l’Iran, qu’il juge trop timorée. AFP/MICHAL CIZEK

« Aux Etats-Unis, le Sénat a adopté une résolution, par cent voix contre une, pour imposer de telles sanctions mais le gouvernement hésite, de crainte de voir s’envoler les prix du pétrole en cette année d’élection », a dit Yaalon à Radio Israël. « A cet égard, c’est décevant », a-t-il ajouté.

LETTRE DES ETATS UNIS À L’IRAN

De son côté, Téhéran a annoncé dimanche via son ministère des affaires étrangères que les Etats-Unis ont envoyé une lettre à l’Iran à propos du détroit d’Ormuz. Le porte-parole du ministère n’a cependant pas dévoilé le contenu de ce courrier, qui est en cours d’examen. « Si nécessaire nous y donnerons une réponse », a précisé le responsable iranien.

Vendredi, le New York Times, avait affirmé que les Etats-Unis avaient utilisé un canal secret pour mettre en garde le guide suprême iranien l’ayatollah Ali Khamenei contre une fermeture du détroit d’Ormuz, passage stratégique pour le trafic pétrolier.

La Maison Blanche est entrée en contact avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, l’avertissant qu’une éventuelle fermeture du détroit conduirait à une réponse des Etats-Unis, affirmait le quotidien, citant des responsables américains sous couvert d’anonymat.Ces responsables n’ont pas fourni de détails sur le canal secret utilisé, indiquant simplement qu’il ne s’agissait pas de la voie employée habituellement par Washington pour communiquer avec Téhéran, à savoir l’ambassade de Suisse.

Fin décembre, Téhéran avait menacé de fermer le détroit si les pays occidentaux adoptaient des sanctions contre ses exportations pétrolières en raison de son programme nucléaire controversé. Près de 35 % du pétrole brut transporté par voie maritime dans le monde transite par le détroit d’Ormuz.

Le Monde.fr

1 COMMENT

  1. Si Obama continue de tergiverser, son baril de pétrole risque de lui coûter BEAUCOUP PLUS CHER si par malheur l’Iran devenait nucléaire et par conséquent sanctuarisé…

  2. Normal dans les circonstances pour les USA. On sait qu’Obama se prépare pour des élections et le programme démocrate avec tous les membres du parti lui interdise d’aller de l’avant dans le dossier IRAN.
    On a qu’a constater les dégâts sous CARTER pour ne nommer que celui-là. Aussi les américains sont dans une position financière fragile, le chômage est endémique, comme nous le savons tous l’économie américaine est basée sur l’automobile, son industrie automobile est ce qu’il y a de plus gros, pensons a tous ce qui englobe cette industrie. Le citoyen américain n’en a que pour son automobile, il adore son auto plus que tout, ils veulent tous leur auto devant la porte de leur domicile et la chose la plus importante est d’avoir l’essence au plus bas prix possible. J’ai vu a quel point L’AUTOMOBILE est d’une importance capitale pour eux, ils ne vivraient pas sans cela. Le pétrole est donc la PRIORITÉ, son approvisionnement CAPITALE. Aussi nous avons pu constater l’empressement a délivrer des iraniens pris en otage dernièrement par des pirates. Les USA feront tout pour éviter de se frotter avec les iraniens s’ils le peuvent afin de ne pas se faire couper le pétrole qu’ils ont tant besoin pour faire rouler les automobiles a travers toute l’Amérique car aucun gouvernements ne pourrait tenir ni être élu ou réélu si le citoyens américain venait a manquer d’essence.
    Les USA n’ont pas d’amis mais seulement des intérêts.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here