Gérard Depardieu à nouveau devant la justice

0
10

L’acteur est appelé à comparaître ce mardi devant la cour d’appel de Paris pour conduite en état d’ivresse après sa chute de scooter dans le XVIIe arrondissement de Paris en novembre 2012.Sa conduite en état d’ivresse, en novembre 2012, est loin d’avoir été oubliée. En première instance, Gérard Depardieu a été condamné, en son absence, par le tribunal correctionnel de Paris à 4000 euros d’amende (le maximum encouru étant de 4500 euros), et à six mois de suspension de permis. Il a fait appel du jugement. Son avocat, Éric Caumont, a expliqué ne pas savoir si son client serait présent cette fois à l’audience.

Maître Caumont pourrait même demander le renvoi de celle-ci. Ce spécialiste de la défense des conducteurs avait jugé «décevant» le rejet par le tribunal correctionnel des nullités de procédure qu’il avait soulevées en demandant la relaxe de son client.

Le monstre du cinéma français risquait une peine théorique pouvant aller jusqu’à deux ans de prison pour avoir été contrôlé avec une alcoolémie d’1,8 g par litre de sang alors que le taux maximal autorisé est de 0,5 g. L’absence du comédien à l’audience, en raison d’un tournage en Tchétchénie, n’avait pas manqué d’être relevée dans la procédure d’autant que l’examen de l’infraction reprochée à la star française avait déjà été reportée à trois reprises, notamment en raison de son éloignement.

Depardieu abonné aux frasques

À l’origine, Gérard Depardieu devait comparaître dans le cadre de la procédure de comparution sur reconnaissance de culpabilité (CRPC), une procédure simplifiée, dite du «Plaider coupable». Mais il ne s’était pas présenté à sa convocation et avait été alors jugé lors d’une audience correctionnelle classique. En janvier, lors d’un tournage au Monténégro, l’acteur avait pourtant assuré qu’il se présenterait devant la justice française. «Je n’ai pas fui le tribunal, ni la justice (…) Je suis prêt à les voir quand ils veulent à condition que je sois là et que je me défende», avait-il lancé.

En première instance, la procureur, Aurélia Devos, a jugé que la responsabilité de l’acteur n’était pas «contestable» et requis 4000 euros d’amende et dix mois de suspension de permis. «Une odeur d’alcool se dégage fortement» lorsque les policiers viennent l’interpeller après son accident. «Il s’énerve» et dit dans un premier temps qu’il ne veut pas être contrôlé car «il a bu», a raconté la représentante du parquet. L’avocat de l’acteur a affirmé que les derniers verres de «champagne» de Depardieu remontaient à de nombreuses heures avant son interpellation et avaient été consommés avant d’embarquer dans un avion le ramenant d’Ouzbékistan la veille.

L’Ouzbékistan est, avec la Tchétchénie et la Russie, l’une des destinations privilégiées de la star ces dernières années. Il a d’ailleurs obtenu la nationalité russe en janvier après avoir acquis une résidence à Néchin (Belgique) et suscité la polémique sur les motivations fiscales de ce départ.

Réputé pour ses excès, l’acteur a, entre autres frasques, assommé un paparazzi à Florence en 2005, uriné dans la cabine d’un vol Paris-Dublin en 2011, frappé un automobiliste en plein Paris en août 2012. En 2006, il a été condamné à Montluçon (Allier) à 3500 euros d’amende pour avoir outragé des inspecteurs du travail en tournage.

Margaret Alwan/AFP/ Agence/Le Figaro.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here