Etats-Unis : une ex-terroriste palestinienne rattrapée par son passé

0
34

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach.

Le 30 octobre 2013, une ex terroriste palestinienne a été arrêtée à Chicago pour avoir violé les lois américaines sur l’immigration.

Il lui est reproché d’avoir menti aux autorités américaines lorsqu’elle a présenté sa demande de naturalisation, en dissimilant son passé de terroriste, affiliée au Front Populaire de Libération de la Palestine (groupuscule responsable de la mort de plusieurs centaines de personnes dont le chef est actuellement incarcéré dans les geôles israéliennes pour avoir commandité le meurtre d’un Ministre israélien en 2001).

Plus précisément, Rasmieh Yousef Odeh s’est bien gardée de mentionner, dans le questionnaire, sa condamnation par les tribunaux israéliens pour son implication dans l’attentat du 21 février 1969, dans un supermarché de Jérusalem. Une bombe lancée dans le magasin, bondé, avait alors causé la mort de deux israéliens et blessé 20 personnes.

La terroriste palestinienne a été condamnée par les juridictions israéliennes à la prison à perpétuité en 1970, mais finalement libérée par anticipation (10 plus tard), dans le cadre de l’échange, avec l’organisation terroriste, de 76 prisonniers palestiniens, contre la libération d’un soldat israélien capturé au Liban.

Le Bureau de l’immigration et des douanes américain reproche ainsi à la palestinienne d’avoir omis de mentionner, lorsqu’elle a sollicitée son entrée sur le territoire américain en 1995 (depuis la Jordanie), sa condamnation pour des faits de terrorisme en Israël, et d’avoir obtenu la nationalité américaine en 2004 (à Détroit où elle résidait avant de venir s’établir à Chicago), ce dont elle aurait été privée si elle avait été parfaitement transparente sur son passé.

Les Américains ne sont pas tendres avec les personnes qui se sont illégalement installés aux Etats Unis, a fortiori lorsque le candidat à l’immigration a été reconnu coupable de participation à des activités terroristes : l’ex terroriste palestinienne encourt donc une peine de 10 ans d’emprisonnement, le retrait de sa nationalité américaine et bien évidemment, son expulsion.

La ligne de défense adoptée par l’ex terroriste est tout à fait intéressante et mérite d’être reprise dans ses développements. Son avocat a tout d’abord expliqué que la Palestinienne était une amie de longue date et qu’il n’avait jamais eu connaissance de son passé de terroriste ni de ses 10 années de détention. Il a insisté en affirmant que « c’était une personne agréable, attentionnée et ne représentait une menace pour personne » (l’ex terroriste palestinienne a donc conscience qu’il s’agit d’un état d’esprit adapté pour intégrer une communauté humaine. C’est précisément ces dispositions d’esprit qu’il conviendrait d’inculquer aux Palestiniens).

L’avocat a également évoqué sa situation professionnelle, en l’occurrence son poste de directrice d’une organisation à but non lucratif «qui conseille les immigrants, qui lutte contre les préjugés antimusulmans et anti-arabes ». A cet égard, l’ex terroriste mesure bien le principe de coexistence des peuples sans préjugés ou a priori. (Il s’agit encore d’une qualité qui pourrait être enseignée et généralisée chez les Palestiniens).

L’avocat a également parlé du parcours de l’ex terroriste : elle a passé un diplôme de droit, travaillé dans un cabinet d’avocat et est en lien avec des organisations qui luttent contre les violences familiales et qui traite des différents entre hommes et femmes ». (L’ex terroriste s’est donc intéressée au Droit avant de lutter contre toute forme de violence et de militer pour le principe d’égalité. Ces valeurs devraient bien évidemment être largement diffusées auprès des Palestiniens).

Certes, un membre de la communauté palestinienne de Chicago qui a témoigné pour elle, a dit qu’elle était « un chef de file dans la communauté, une fidèle, une icône » et que son arrestation était une attaque contre la communauté palestinienne… (sic)

Pour l’heure, l’ex terroriste palestinienne a été placée sous contrôle judiciaire moyennant versement d’une caution de 15 000 dollars et une interdiction de quitter le pays. Sa nouvelle comparution était prévue pour le 1er novembre 2013, mais l’itinéraire de l’ex terroriste mériterait d’être exploité pour avancer sur le règlement du conflit israélo-palestinien.

Il serait intéressant pour les Etats Unis et Israël d’utiliser ce parcours de vie pour en faire un outil pédagogique pour les Palestiniens. En effet, Israël n’est pas en guerre contre tel ou tel palestinien mais contre le système palestinien qui enseigne la haine du Juif, et qui fait de l’individu palestinien un instrument de l’éviction des Juifs de Palestine.

La terroriste palestinienne est âgée de 66 ans mais n’avait que 22 ans lorsqu’elle a commis son crime, à peine sortie de l’adolescence, sans recul, sans capacité d’analyse et sans discernement. Pour se maintenir sur le territoire américain et s’intégrer dans un pays multiculturaliste, elle essaie désormais de montrer qu’elle n’est plus un danger pour personne.

De même, 44 ans plus tard, elle se bat pour vivre aux USA, alors que le monde arabe et les Palestiniens ne cessent de les critiquer. Le système américain est donc plus enviable que l’environnement palestinien qui fabrique de nouveaux terroristes à chaque génération.

De même, pour se maintenir sur le territoire américain, elle tente de justifier de ses missions dans le rapprochement des communautés, des hommes et des femmes et son combat contre la violence. C’est donc le principe de coexistence pacifique entre les communautés qu’il convient de privilégier.

L’ex terroriste palestinienne a détruit la vie d’israéliens, mais également la sienne et cherche à s’intégrer dans une société sur la base d’un mensonge.

Pourquoi ne pas rétablir la vérité ?

Il suffirait de passer un accord avec l’ex terroriste palestinienne qui s’engagerait, contre le droit de se maintenir aux « States », dans un processus de conférences à l’attention des Palestiniens, expliquant que la haine des Juifs est stérile, contre-productive et autodétruit les Palestiniens. Il pourrait également être expliqué que les Etats-Unis, loin d’incarner le grand Satan, sont plus enviables que l’univers palestinien, en termes de qualité de vie, de principes et de valeurs. Le règlement du conflit passe incontestablement par là.

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach.

1 COMMENT

  1. Très bel article, qui présente une belle conclusions.
    Un appaisement en terme de main tendue ? Pourquoi pas. Il faut être courageux et se faire de son ancien ennemi un ami.
    Si seulement!

  2. Curieux de constater combien les antisémites et antiaméricains les plus enragés cultivent pour eux-mêmes le rêve américain. L’histoire de (l’unique) écrivain arabe le plus connu, Mahmoud Darwiche, est éloquente: “réfugié” en 1948 au Liban, il retourne clandestinement en Israël, y fait des études universitaires avec une bourse (bien des Juifs israéliens en sont privés), milite dans le parti communiste antisioniste Rakah, fait un crochet en URSS (avec la bienveillance du KGB), et finit sa fastueuse existence de “victime du Sionisme” de luxe aux USA.

  3. {{Si on lui accorde un permis de séjour aux USA , un jour lors d’une manifestation pendant qu’elle chantera avec la foule ” The Star-Spangled Banner ” ( l’hymne américain ) elle fera actionner sa ceinture explosive pour tuer le maximum d’innocents}} .

    {{C’est dans leur ADN . L’étiquette de ” Z’héros et martyrs ” leur colle à peau .}}

    {{D’ailleurs a t elle un jour manifesté des regrets pour ses crimes ?}}

    {{Aucune confiance . Jamais .}}

    {{ {{Les animaux on les dresse ou on les abat . Personnellement j’opterai pour la dernière solution car le dressage c’est pour le Cirque .}}
    }}

  4. {{Une pourriture reste une pourriture .}}

    {{Je pense aux victimes , à nos frères et soeurs assassinés qui ne reviendront plus .}}
    {{Comment faire confiance à ces bâtards et ces animaux ?}}

    {{Elle mérite mille fois la peine de mort .}}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here