Deux soldats de Tsahal meurent à Gaza, derrière une brève il y a des vies ! En voilà une des deux

    0
    22

    POUVONS NOUS RESTER INSENSIBLE! PRIONS POUR NOS ENFANTS.

    Il est difficile de comprendre pourquoi le malheur s’acharne parfois sur certaines familles. Et c’est le cas notamment de celle de Myriam Peretz, de la localité d’Eli, dans la région de Binyamin, qui après avoir perdu son fils aîné Ouriel z’l, tombé il y a douze ans pendant la guerre du Liban, va enterrer dimanche après-midi un autre enfant, Eliraz z’l, 32 ans, tué vendredi lors d’un accrochage avec des terroristes palestiniens à Gaza.

    Dans une interview déchirante que cette mère courageuse a accordé à Galei Tsahal, quelques heures à peine avant d’assister aux obsèques de son fils, elle a déclaré tout simplement, avec une abnégation exemplaire, que « sa vie était une tragédie ».

    Après avoir fait le deuil de son aîné, Myriam ne pensait pas qu’un nouveau malheur s’abattrait ainsi sur sa famille. Mais elle ne se révolte pas, au contraire, elle affirme que « ses enfants se sont battus et ont perdu la vie avec la conviction d’accomplir une mission nationale pour la terre d’Israël ». Elle a ajouté: « Ils m’ont laissé comme message que je devais vivre et supporter cette épreuve. Je sais qu’il m’aurait dit: « Maman, continue à vivre ». « Il est certain, a-t-elle ajouté, que le peuple d’Israël doit prier pour tous ses enfants, vivant au sein de l’Etat, pour tous ceux qui combattent. Il doit savoir qu’il est constamment en danger ».

    Malgré son immense tristesse, Myriam a accepté de témoigner, le jour même où son second fils allait être porté en terre et il lui a fallu pour cela une force incroyable. Cette force, elle avoue ignorer d’où elle la puise mais elle sait que ses fils voudraient la voir continuer à vivre. Elle a donc poursuivi en affirmant avec conviction: « Je sais qu’aujourd’hui, notre terre va prendre l’un de ses plus beaux enfants, mais D.ieu merci, j’ai une famille et des petits-enfants ».

    Myriam Peretz a souligné: « Quand je vivais au Maroc, je marchais la tête baissée et ne jouissais d’aucune liberté. Mais ici, en Israël, mes garçons portent l’uniforme et je suis fière d’être juive. Eliraz avait une âme limpide et douce. Il était intègre et pur et n’importe quelle mère aurait été fière d’avoir un fils comme lui ». Et d’affirmer: « Aucune mère, de quelque côté que ce soit, ne souhaite que son fils meure. Je ne veux pas que mes enfants meurent et j’ai toujours enseigné à mes enfants de vivre héroïquement sur notre terre ».

    Cela fait des années que Myriam Peretz, dont les quatre fils ont servi dans la brigade de Golani, donne des conférences dans les écoles sur le thème du leadership et elle prend notamment la parole devant des soldats. Là aussi, elle montre son amour pour Israël, son patriotisme profond: « J’encourage les officiers et leurs soldats en leur disant que nous n’avons pas d’autre terre. Mes fils officiers sont tombés et il en faut d’autres. L’Etat doit avoir de nouveaux dirigeants et c’est un honneur que de commander des troupes dans notre pays ».

    Eliraz, jeune homme religieux, était marié et père de quatre enfants. Il vivait avec sa famille dans un nouveau quartier d’Eli, Guivat Hayovel, menacé d’évacuation par les autorités. L’un de ses voisins était Roï Klein z’l, héros de la deuxième guerre du Liban, qui a sauté sur une grenade pour sauver la vie de ses hommes. Et on se demande maintenant si, comme pour Roï, sa famille risque elle aussi d’être expulsée.

    Les obsèques des deux combattants de la brigade de Golani, tués vendredi lors d’un échange de tirs avec des terroristes, ont lieu dimanche. Le capitaine Eliraz Peretz z’l sera inhumé à 11 heures dans le carré militaire du cimetière du Mont Herzl, à Jérusalem. Le sergent chef Ilan Siviatkovsky z’l, de Rishon Letsion, seconde victime de cet accrochage, sera enterré à 15 heures dans le cimetière militaire de sa ville. L’état de leur camarade Gaï Elmkaïess, grièvement blessé lors de l’affrontement, est toujours qualifié de sérieux.
    par Claire Dana-Picard

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here