Des armes nucléaires saoudiennes “sur ordre” au Pakistan.

2
18

L’Arabie Saoudite a investi dans les projets d’armes nucléaires pakistanaises, et pense qu’elle peut obtenir des bombes atomiques à volonté, ont affirmé diverses sources aux informations de la nuit de la BBC. Alors que la quête du royaume a souvent été présentée dans le contexte défensif visant à contrer le programme atomique iranien, il est, à présent, tout-à-fait pensable que les Saoudiens puissent déployer de telles ogives plus rapidement que la République Islamique. Les têtes nucléaires sont prêtes à être livrées si et dès que l’Iran obtient l’arme nucléaire, expose ce reportage ; Riyad a déjà les missiles nécessaires pour les lancer, contre l’Iran et Israël.


Test de lancement du missile balistique pakistanais Shaheen/ Faucon (screen capture: Youtube/Al Jazeera English)

L’Arabie Saoudite est tout-à-fait disposée à déployer sur le terrain les bombes nucléaires qu’elle a achetées au Pakistan, afin de répliquer au programme nucléaire de l’Iran, et pourrait avoir déjà mis sur pied des systèmes de missiles capables de lancer ces bombes, à moyenne et longue distance, a rapporté la BBC, mercredi soir.

Selon Mark Urban, rédacteur en chef des questions diplomatiques et de défense, pour l’ Edition de la nuit, à la BBC Article original, il y a plus que des indices que les Saoudiens ont payé les factures d’un certain nombre d’armes nucléaires, qui sont prêtes depuis longtemps et attendent d’être convoyées depuis le Pakistan. Si ces nombreux rapports sont exacts, le royaume a la possibilité d’avoir en sa possession des armes atomiques chargées sur ses missiles, bien avant que l’Iran n’atteigne cette capacité.

Urban affirme qu’il s’agit d’une évaluation partagée par l’ancien chef des renseignements militaires israéliens, Amos Yadlin et il cite des commentaires de Yadlin, fait en ce sens, lors d’une conférence en Suède, le mois dernier.


Amos Yadlin, ancien pilote lancé sur le réacteur d’Osirak -1981.

“Les Saoudiens n’attendront pas un mois”, a déclaré Yadlin. « Ils ont déjà prépayé les factures et ils viendront au Pakistan se servir pour ramener ce qu’ils sont venus chercher ».

Une autre source, décrite comme “un décideur important de l’OTAN », a confié à Urban, dans le cours de l’année, qu’il a eu en mains un rapport des renseignements démontrant que les armes nucléaires fabriquées au Pakistan sont prêtes à la livraison pour le royaume.

Depuis 2009, l’Arabie Saoudite a envoyé des messages nombreux et clairs de mise en garde aux Etats-Unis, qu’elle ne resterait pas les bras croisés à attendre que l’Iran atteigne le seuil fatidique de l’arme atomique.

“ Je pense vraiment que les Saoudiens savent qu’ils ont suffisamment d’accords avec le Pakistan pour que, in extremis, ils puissent prétendre acquérir des armes nucléaires en provenance du Pakistan », précise Gary Samore, conseiller du Président Obama contre la prolifération, jusqu’en mars 2013.


Gary Samore.

L’histoire du projet nucléaire saoudien – y compris par l’acquisition de missiles capables de véhiculer des ogives nucléaires à longue portée – remonte à des décennies.

A la fin des années 1980, ils ont secrètement acheté à la Chine des dizaines de missiles balistiques CSS-2, d’une portée de 2.500 kms.

Ces fusées, considérées par beaucoup d’experts, comme trop imprécises pour être utilisées en tant qu’armes conventionnelles, ont été déployées il y a 20 ans.

Cet été, des experts de la revue de Défense Jane’s Article original ont révélé l’achèvement d’une nouvelle base de lancement de missiles saoudiens CSS-2 pointés en direction d’Israël et de l’Iran :

Il est aussi évident, depuis plusieurs années, que l’Arabie Saoudite a apporté une assistance financière généreuse au secteur de la défense au Pakistan, en particulier, affirment certains experts occidentaux en direction de ses laboratoires de missiles et de recherche nucléaire.

Les visites du Ministre saoudien de la Défense de l’époque, le Prince Sultan bin Abdulaziz al Saud, au centre de recherche nucléaire, en 1999 et 2002, soulignent l’étroitesse de ces relations de défense mutuelle.

La revue de défense Jane’s a révélé l’existence du troisième site secret de missiles balistiques de portée intermédiaire, situé à approximativement 200 kms au Sud-Ouest de Riyad.

Dans sa quête de dissuasion contre l’Inde, le Pakistan coopère étroitement avec la Chine, qui lui vend des missiles et lui fournit la conception d’ogives nucléaires.

Le scientifique pakistanais Abdul Qadeer Khan Article original a été accusé, par les agences de renseignement occidentales, d’avoir vendu le savoir-faire atomique et des centrifugeuses d’enrichissement d’uranium à la Libye et à la Corée du Nord (proche allié de l’Iran et de la Syrie).

”Pour quoi pensez-vous que les Saoudiens nous aient offert tout cet argent? Ce n’est pas pour nous faire la charité ! »,s’amuse un responsable pakistanais en raillant la naiveté occidentale.

Le reportage ne précise pas si ces têtes nucléaires seraient simplement transmises aux Saoudiens, ou si des unités pakistanaises seraient déployées en Arabie pour superviser leur utilisation, bien qu’il suggère que les missiles balistiques Shaheen (Falcon) déjà stationnés dans le royaume, n’attendent plus que la pose de leurs ogives.

Dans un e-mail à la BBC, Yadlin n’a laissé planer aucun doute sur la gravité avec laquelle il envisage la perspective d’une Arabie Saoudite armée de bombes nucléaires.

“A la grande différence d’autres menaces régionales potentielles, celle des Saoudiens est très crédible et imminente », écrit-il.

Officiellement, autant le Pakistan que l’Arabie Saoudite démentent ces rapports. Le Ministère pakistanais des affaires étrangères a déclaré à la BBC, dans un communiqué, que le reportage sur la préparation de bombes nucléaires attendant leur livraison est « de la pure spéculation, nuisible et sans fondement ».

“Le Pakistan est un état responsable, en matière d’armes atomiques, avec un commandement solide et des structures de contrôle qui supervisent ses exportations de façon rationnelle », déclare ce communiqué.

L’Ambassade d’Arabie Saoudite à Londres a rejeté ces suggestions et rappelé que le Royaume est signataire du Traité de Non-Prolifération. L’Ambassade a ajouté que l’Arabie Saoudite avait rejeté l’offre de prendre place au Conseil de Sécurité de l’ONU, du fait, parmi d’autres raisons, de l’échec d’une politique concertée de désarmement nucléaire total au Moyen-Orient.

PAR STUART WINER 7 novembre 2013, 10:10 am 0

timesofisrael.com Article original

Mark Urban

bbc.co.uk Article original

Adaptation : Marc Brzustowski.

2 COMMENTS

  1. cela fait 20 années qu’israel fait sa chialeuse…pleurant et lamentant de soit-disantes menaces…avec des scénarios apocaliptiques.
    Si Israel arrêtait de coloniser, il ne ferait plus de cauchemards. Mais la vérité est écrit dans les Luvres…il n’y a plus qu’à attendre…

  2. non mais putain , c’est quoi encore cette folie….. Durant ce temp L’ONU dit constament que c’est Israel
    le problème quand en vérité est que tout les pays entourant Israel deviennent tous bargot

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here