Ambassades US : des Terroristes aux bombes incorporées dans les organes

3
16

Sources US : l’alerte terroriste déclenchée par des terroristes-suicide aux explosifs implantés dans le corps.

Une nouvelle vague de terreur du troisième type – ou de la cinquième dimension!- menace de se répandre sur tous les continents.

L’Administration Obama continuait, lundi 5 août, à tenter de persuader les Américains et le monde que son alerte terroriste de grande ampleur à travers les pays-hôtes musulmans est bien aussi grave que crédible.

Des membres des Commissions des renseignements, à la Chambre du Congrès et au Sénat –aussi bien Démocrates que Républicains – appuyant totalement la Maison Blanche, ont déclaré que le sens des communications saisies au vol, au cours des deux dernières semaines, dépasse absolument tout ce qu’on a pu imaginer, cette dernière décennie.

Des responsables américains commencent à laisser échapper des bribes d’information sur la nature de la menace.

Selon un des responsables américains très haut placé, les préoccupations se focalisent sur la possibilité que des terroristes véhiculent des engins explosifs implantés à même leur propre corps. Les sources contre-terroristes de Debkafile ajoutent que des explosifs à base de plastic (ou de tétranitrate de pentaérythritol ou PETN) dans le corps d’un aspirant terroriste-suicide, sans composants d’aucun métal sont indétectables par les moyens de dépistage standard, tels que ceux utilisés dans la plupart des aéroports internationaux. Les services de sécurité doivent donc trouver des sources d’identification alternatives, sur le profil et le comportement suspect ou agité d’un individu.

On a soupçonné, depuis plusieurs années Article original, que des docteurs et chirurgiens, au Yémen, s’étant mis au service d’Al Qaeda de la Péninsule arabique (AQPA), expérimentaient l’implantation d’engins explosifs à base de plastic, à l’intérieur même des organes du corps de terroristes-suicide ou même d’animaux. Selon des sources occidentales du contre-terrorisme, le chirurgien ouvrirait la cavité abdominale Article original et implanterait l’engin explosif au beau milieu des organes internes de la bombe humaine.


Chirurgie mammaire : une bombe implantée dans des seins siliconés.

Certaines sources américaines désignent la menace actuelle comme la plus grave depuis le 11-septembre. Ils sont particulièrement alarmés par le haut degré de confiance en eux-mêmes que les leaders d’AQPA démontrent, par leur utilisation ouverte de communications électroniques pour se vanter du caractère impossible à arrêter des attentats qu’ils complotent (notamment sur les sites jihadistes : ansar1.info Article original/ et shamikh1.info/vb/ Article original).

L’ironie du sort veut que ce serait grâce au système d’écoute, tant décrié par les émules d’Edward Snowden, que ces captations de la NSA ont pu se faire.

Un responsable haut-gradé américain a décrit ces terroristes en train de dire que l’attentat planifié “va être énorme » et « stratégiquement très significatif ».

Certaines autres séquences de messages entre le Dirigeant d’Al Qaeda, Ayman Al-Zawahiri et Nasser al-Whuayshi, Emir d’AQPA, ont été receuillies et publiés par le New York Times, ce matin du 6 août. Mais, il ne s’agit que d’un des composants d’un éventail bien plus large de renseignements qui ont déclenché l’alerte et la fermeture d’une série d’ambassades (19 + 4 nouvelles en Afrique, le 6 août au petit matin), notamment dans les pays arabes et Musulmans.

La Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France ont fermé leurs ambassades au Yémen, dimanche et lundi. Les autorités britanniques ont déclaré que certaines équipes de leur ambassade au Yémen ont été retirées. Le Canada a, également, fermé son Ambassade à Daccah, au Bengladesh.

Les sources américaines expliquent l’ampleur exceptionnelle de la zone géographique couverte par l’alerte anti-terroriste – de la Mauritanie au Bengladesh, en passant par le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, le Sous-Continent indien et le front intérieur de l’Amérique du Nord : « Nous ne savons pas quelle sera la cible exacte de l’attentat prévu », selon un responsable américain. « Nous ne savons pas s’ils veulent parler d’une ambassade, d’une base aérienne, d’un avion de ligne, ou de trains »…

Les agences américaines sont préoccupées par le fait palpable qu’à peine trois à cinq terroristes-suicide dotés d’engins implantés et indétectables, qui ne seraient pas arrêtés à temps, pour les empêcher de déclencher leurs engins piégés, suffiraient à mener une attaque coordonnée sur trois continents, voire plus, en même temps. Cela peut déclencher le signal d’alarme d’une énorme vague d’attentats à la bombe dans de nombreux autres pays.

Le Secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel reconsidère, aujourd’hui, sur CNN (vers 3h pm), le redéploiement de navires de guerre et d’unités de Marine’s patrouillant actuellement dans la région, en vue d’actions ciblées contre des sites terroristes au Yémen, en cas de nécessité. Ces bateaux de guerre vont stationner au large du Yémen. Des unités de Marine’s, présentes dans le Sud de l’Italie et en Espagne ont, aussi, été mises en état d’alerte, parées à toute éventualité.

debka.com Article original

DEBKAfile Reportage Spécial 5 août 2013, 7:16 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski.

IBRAHIM HASSAN AL-ASIRI, CRÉATEUR DE BOMBES INDÉTECTABLES, TERRORISTE LE PLUS DANGEREUX AU MONDE

C’est le terroriste le plus dangereux du monde, selon Time Magazine. D’après The Atlantic, il est l’une des principales causes de l’agitation contre-terroriste de ces derniers jours. Ibrahim Hassan al Asiri est l’homme qui, à en croire les service de renseignement américains, a mis au point une technique chirurgicale lui permettant d’implanter une bombe dépourvue de métal dans le corps d’un kamikaze. Une bombe parfaitement indétectable donc, produite par ce Saoudien d’une trentaine d’années. Ancien étudiant en chimie, il est le fabricant d’explosifs en chef de la branche d’al-Qaida dans la péninsule arabique (AQPA).

La bombe retrouvée dans les sous-vêtements d’Umar Farouk Abdulmutallab lors de l’attentat avorté le jour de Noël 2009? Ce serait lui. La bombe embarquée dans une cartouche d’encre d’imprimante dissimulée sur un avion cargo à destination des Etats-Unis? Encore lui. Celle de l’attentat raté contre un avion révélé par Associated Press en mai 2012? Toujours lui.

Selon John Pistole, responsable de la sécurité des transports américains cité par les Echos, Ibrahim Hassan al Asiri aurait, lors de cette dernière tentative connue, utilisé un type d’explosifs que les Etats-Unis n’avaient jamais vu auparavant. L’administration américaine s’inquiéterait à l’idée qu’il ait pu former des élèves, rapporte le quotidien économique.

Les bombes indétectables mises au point par al Asiri rendraient obsolète une partie des dispositifs de sécurité en place aux Etats-Unis. C’est pour contrer sa bombe cachée dans des sous-vêtements que les fameux scanners «déshabilleurs», aujourd’hui retirés des aéroports américains, avaient été mis en place.

Maintenant que toutes les figures historiques d’al Qaida sont mortes, emprisonnées ou en cavale, le réseau s’est divisé en plusieurs cellules locales disséminées dans le monde entier, ce qui ne facilite pas la lutte contre le terrorisme. Comme l’explique Time Magazine, viser des groupes locaux pourrait permettre de désamorcer une cellule ambitieuse avant qu’elle ne devienne suffisamment importante pour menacer les Etats-Unis, mais cela peut aussi conduire des terroristes à se mobiliser contre les Américains, plutôt que contre leurs ennemis locaux. Pourtant, au sujet d’al Asiri, point d’hésitation. D’après un responsable américain cité par l’hebdomadaire, «il est au sommet de toutes les listes».

Par Margaux Leridon | publié le 07/08/2013 à 15h02, mis à jour le 07/08/2013 à 15h03

www.slate.fr Article original

3 COMMENTS

  1. Désolé mais les photos sont des montages bidons.

    Deux implants mammaires avec une dynamite rajouté dessus….

    Ça m’a tout l’air d’être un canular ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here