YiTRo: “Ils ont vu les voix….”? Vidéo

Caroline Elishéva REBOUH le 10.02.2020

 

Les années précédentes, ont été abordés différents thèmes apparents dans cette péricope comme la raison, en l’occurrence du fait que son nom vienne commémorer le souvenir d’un prêtre de Midiane.

Les hommes Juifs ou non Juifs se trouvent devant le même choix se diriger soi-même et diriger ses actions et sa volonté et sa façon d’être vers le bien ou vers le mal, tout en ayant dans un cas comme dans l’autre de nuancer le bien de mal ou le mal en le nuançant de bien.

Yitro est venu rejoindre le peuple et Moshé son gendre avec sa fille et ses enfants et lui-même a amené ses fils pour que tous se convertissent et deviennent adeptes de la Torah donnée au Sinaï.

La Torah souligne combien Yitro (bien qu’il ait évolué à la cour de Pharaon et dans d’autres sociétés idolâtres et impures, lui-même ayant officié en tant que prêtre et chef d’Etat -matériel et spirituel), combien donc ai-je dit, l’expérience de ce personnage fit un apport précieux en conseillant à Moïse de s’entourer de gens d’expérience et intègres pour rendre la justice qui, même si elle existe théoriquement ne peut être appliquée que par l’intermédiaire de juges intègres.

L’intervention de Yitro constitua, en quelque sorte, la première structure juridique du futur Etat juif.

Mais, je voudrais pouvoir mettre en exergue le fait qu’il est question dans cette parasha du sens de la vue et de l’ouïe et surtout de celle-ci puisqu’il est écrit : ראו את הקולותils ont “vu” les voix.

Explication: Dès la mise en marche du peuple vers la Mer des Joncs ou Mer Rouge, la Présence divine se manifestait le jour sous forme de colonnes de nuées qui pouvaient abriter les enfants d’Israël de la chaleur du jour mais aussi du regard hostile et menaçant de Pharaon et de son armée.

La nuit, la Présence divine se transformait en colonnes de feu qui éclairaient en même temps qu’elles les protégeaient tous ces enfants d’Israël se dirigeant vers le pays où coulent le lait et le miel.

Le Midrash a rapporté le fait qu’HaShem proposa à toutes les nations Sa Torah et que les unes ou les autres refusèrent car il y était porté l’interdiction de voler, de tuer etc… et, seul le peuple juif accepta la Torah sans demander de quoi il était question !!!

Pendant que le Saint béni soit-IL proposait la Torah, les Anges, de leur côté furent cruellement déçus : ils désiraient ardemment qu’HaShem n’offrît pas la Torah. A quiconque. Et, à Israël, non plus !

Ils souhaitaient ardemment la posséder et qu’elle soit leur propriété à eux seuls ! Ils manifestèrent à grand bruissement d’aile, et avec toute la puissance de la clameur qu’ils élevèrent en signe de protestation….

Cette tonalité fut si importante, que les cieux s’écartèrent pour laisser entrevoir ce bruit de révolte.

Ces bruits-là, furent couverts à grand peine par les tonnerres et les éclairs et tous les bruits qui accompagnèrent la dédicace des DIX PAROLES, enseigne Rabbénou Behayé.

Dans le même ordre d’idées, Rabbi Mordékhay HaCohen Rappoport surnommé le “sifté Cohen” d’après son œuvre sur la Torah pense que les Anges, émirent une grande plainte et une lamentation lorsqu’ils se rendirent compte du fait que la Torah serait confiée aux hommes, et serait “arrachée” au ciel !

La mémoire visuelle et la mémoire auditive permettent de graver dans la mémoire les événements et les enseignements.

C’est sans aucun doute pour cette raison que TOUTES les AMES qui doivent vivre dans le monde mis à la disposition des humains étaient présentes lors des événements grandioses vécus par la génération qui vécut le premier Pessah de l’humanité et que nous étions tous présents lors du don de la Torah et des DIX PAROLES.

POUR QUELLES RAISONS ? Parce que notre devoir est de RACONTER et d’ENSEIGNER à nos enfants et aux enfants de nos enfants pour que JAMAIS ne se perde cette tradition et pour que JAMAIS nous ne puissions nous éloigner du rôle qui nous échoit.

En effet, tout se passe comme si des parents enseignent leurs enfants avec amour pour leur montrer le droit chemin et que ces enfants, malgré les mises en garde persistent dans une conduite peu appropriée, que feront les parents ? (lehavdil, ce n’est qu’un exemple ramené à notre langage)

Les parents, s’éloigneront de leurs enfants et les abandonneront à leur propre sort, ils les laisseront vivre leur vie et faire leur propre expérience, leur propre vécu et…., si les enfants sont punis par les autres humains et que les enfants réclament du secours……… le secours n’aura pas lieu et comme souvent, les bons paieront avec et pour les mauvais…..

La Torah est appelée Torat Hayim car elle est un enseignement pour la vie physique et matérielle mais également spirituelle car l’un ne va pas sans l’autre….

HaShem nous a demandé à nous, humains et fils des Patriarches Abraham, Isaac et Jacob, de protéger la Torah en apposant des “gardes fous” pour préserver la Torah et éviter d’y porter atteinte mais donnant donnant : si l’homme prend soin de la Torah, de la LOI, la Torah prendra soin de l’homme, en retour et rien ni personne ne pourra blesser ou tuer ce peuple que D. a choisi.

La Torah est une protection pour celui qui vit selon ses lois dans tous les domaines..
Les nations bien qu’elles aient refusé ce cadeau du ciel demeuraient dans la crainte de voir les Juifs refuser eux aussi cette Tora ce qui aurait entraîné la destruction du monde, commente le Or HaHayim …….

Mais, les enfants de Jacob acceptèrent la Torah d’emblée, sans poser de questions. Ils se trouvaient dans une sorte d’exaltation et, donc l’Éternel ne prit donc pas la décision de détruire ce monde.

Pour quelle raison, l’Éternel ne décida pas de faire profiter ce peuple d’un “saut” de la Mer Rouge au Mont Sinaï ? Pourquoi, ces gens ont-ils traversé toute cette portion de désert pour arriver au pied de la montagne sacrée ?

La réponse est qu’il fallait tout ce temps pour se purifier matériellement et spirituellement et, le désert est le lieu par excellence pour ce faire….

En réalité, le peuple d’Israël n’imagina pas à quel point la Torah constituait un cadeau dont la valeur dépassait la plus belle des pierres précieuses.

La manne céleste, nourriture des Anges du Service divin, devait participer au processus de purification des enfants de Jacob.

Cette nourriture devait permettre à ce peuple en devenir, à se purifier car ce pain céleste d’un genre particulier permettait au corps de se nourrir sans toutefois se souiller…

Dans les Avoth de Rabbi Nathan, on voit qu’un homme ressemble à un ange par 3 côtés : il dispose d’une intelligence, il se tient droit et il parle l’hébreu. Il ressemble à la bête par trois aspects également : il mange et il boit, il s’assemble et se multiplie et meurt.

Les trois personnages dominant par lesquels le peuple a bénéficié de bienfaits sont Aharon (grâce aux mérites duquel le peuple a pu profiter de la présence des colonnes de nuée, Myriam (par les mérites de laquelle le puits d’eau claire a permis à chaque tribu d’avoir de l’eau jusqu’à sa tente) et Moïse par les mérites duquel le peuple s’est nourri de manne 40 années durant.

Les 40 jours et 40 nuits passés au pied du Sinaï la terre trembla si fort et le son du shofar fut si puissant que les nations interrogèrent leurs devins. Tous étaient terrifiés de l’ampleur de la chose écrit Nahmanide !

La dédicace de la Torah est une alliance entre l’auteur de la Loi et Son peuple. Si tu veux un soutien, une bénédiction dans tes actions ne t’en éloigne pas…….

Caroline Elishéva REBOUH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.