Yaltam : les plongeurs d’élite de Tsahal prêts à tout scénario

1
2222

LES PLONGEURS D’ÉLITE DE L’ARMÉE ISRAÉLIENNE DOIVENT ÊTRE PRÊTS À TOUT SCÉNARIO

Rencontrez YALTAM.

Les plongeurs militaires d'élite israéliens doivent être prêts à tout scénario

“NOUS SOMMES ALLÉS EN Thaïlande pour aider les garçons dans la grotte”: les plongeurs et leur équipement étaient à l’aéroport lorsque la mission a été annulée .. (crédit photo: IDF)

Les eaux côtières israéliennes étaient autrefois envahies par la vie. Les dauphins, les pieuvres, les tortues et diférentes variétés de raies rôdent toujours en Méditerranée, mais on les aperçoit rarement.  Récemment, Israël a décidé, en coopération avec la Société pour la protection de la nature, de laisser les soldats aider la nature et, ce faisant, devenir de meilleurs civils. Sur terre ferme, cela signifie rendre plus amicales les immenses réserves de terres détenues par l’armée, mais en mer, cela prend une signification plus exotique. 
«Nous travaillons beaucoup avec du ciment car les bouées de la frontière y sont ancrées», explique le commandant Ido Kaufman de l’unité de mission sous-marine YALTAM de Tsahal. «Le ciment n’est pas bon pour les animaux, nous avons donc changé le matériau par du ciment [différent] pour ne pas nuire à l’environnement, et nous avons créé des formes pour que, lorsque nous jetons une ancre, la vie puisse se développer sur cette ancre. “
Maintenant, les divers plongeurs de la marine militaire israélienne peuvent prendre quelques instants pour répertorier le type de vie animale qu’ils pourraient observer lors de travaux d’entretien courant. Cela rend les soldats meilleurs citoyens, dit l’armée. Cela fait d’Israël un endroit meilleur – et bénéficie aux dauphins, aux hippocampes et aux méduses.
Kaufman est assis dans un bureau de la base navale de Haïfa. La base est un labyrinthe de quais et de soldats faisant la navette entre les navires et les bureaux. Au loin, au-delà de la marine, se trouve le port de Haïfa. Les vieilles jetées et les entrepôts et les montagnes au loin en font une scène agréable. Kaufman est commandant dans cette unité depuis cinq ans. Il était auparavant dans la vie civile avant de retourner dans l’armée. Comme beaucoup de commandants, il a exercé diverses fonctions pour atteindre ce sommet du commandement.
YALTAM est une des unités diversifiées nécessitant des plongeurs dans l’armée. Shayetet 13, l’unité de combat d’élite, est une unité plus connue. YALTAM s’occupe de l’élimination des munitions explosives et des plongeurs professionnels. Il y a trois équipes de plongée, dont l’une est spécialisée dans la Disposition des Explosifs, tout autant que dans le désamorçage des bombes et des explosifs. Le peloton de plongée peut également être appelé pour différentes missions spéciales. Un deuxième peloton se concentre sur les aspects techniques des bateaux et des équipements de la marine. Un troisième peloton d’entraînement complète l’unité.
La formation est rigoureuse: 16 semaines de camp d’entraînement, suivies d’une année de plusieurs autres formations comprenant une école de plongée, la plongée de niveau avancé et l’apprentissage du travail sous l’eau. Cela peut impliquer un entraînement pour plonger à une profondeur de 100 mètres. Pour ces missions plus profondes, les plongeurs israéliens apprennent à travailler avec du matériel spécialisé, tel que les recycleurs DC-55.
Disposer ou désamorcer des EOD en mer est un travail complexe. Sur terre, Israël utilise son unité d’ingénierie d’élite, Yahalom, mais qu’en est-il des mines dans l’eau?
«Dès nous atteignons l’eau, des navires, sous l’eau ou sur la plage, nous allons sur les bases de Yahalom pour suivre une formation, puis nous obtenons la certification EOD», déclare Kaufman. Il baisse le niveau des lumières dans son bureau. Nous sommes assis autour d’une longue table. Le bureau contient des récompenses élogieuses et des plaques. Il éclaire une diapositive sur un projecteur. Après avoir parcouru des organigrammes montrant comment l’unité fait partie de la structure de Tsahal et comment elle se compose de différents pelotons, il montre quelques photos de la mer Morte. À côté de la plage de Kalia, la plage laide située à l’extrémité nord de la mer Morte, Kaufman montre comment les touristes ont récemment découvert de vieilles grenades et mines.
C’est une partie des munitions qui sont apparues au fil des ans. En 2012, par exemple, des munitions allemandes de la Première Guerre mondiale sont apparues près de Kalia. On a trouvé des fusils Mauser fabriqués en 1895. On a aussi retrouvé des munitions jordaniennes datant d’un certain temps.
Les explosions contrôlées font partie des options qui peuvent être utilisées pour manipuler et supprimer la munition en toute sécurité.
L’une des missions les plus importantes de YALTAM est la recherche et le sauvetage. L’unité est toujours prête à partir à tout moment. S’il y a un civil en détresse ou ayant besoin de plongeurs, ils seront les premiers à être déployés.
«Nous sommes presque allés en Thaïlande pour aider les garçons dans la grotte», dit Kaufman, faisant référence au sauvetage de la grotte de Tham Luang en juillet 2018. Les plongeurs et leurs équipements se sont trouvés durant quelques heures à l’aéroport et étaient prêts à partir quand ils ont été rappelés, car ils avaient entendu dire que les plongeurs thaïlandais avaient commencé à faire sortir les enfants. Il leur a fallu deux jours pour les sortir. Malheureusement, si j’avais commencé plus tôt, nous serions partis là-bas », a déclaré le commandant. Il semble mécontent que son équipe n’ait pas eu l’occasion d’y aller.
Pour Kaufman, cette mission signifie l’importance qu’Israël attache au sauvetage des populations, même des années après un accident. Pendant 16 ans, les plongeurs ont fouillé la mer de Galilée à la recherche du pilote manquant de l’armée israélienne, Yakir Naveh. Un mois par an, les plongeurs entraient dans les eaux troubles pour chercher.
«Nous avons commencé par savoir où se trouvaient les roues de l’avion et où se trouvait l’aile. Après quatre ans, nous avons changé la méthode de recherche. Nous avons pris l’avion entier ; nous avons tout sorti, puis nous avons fait une recherche au sonar et nous avons trouvé le siège du pilote et certaines parties du cockpit, puis nous avons commencé à chercher dans la boue. »
Utilisant de détecteurs de métaux par visibilité nulle, le temps s’est poursuivi inexorablement encore et encore. Deux semaines ont été nécessaires pour fouiller une zone de la taille d’un terrain de basket. Ils ont finalement trouvé le bras de côté du siège du pilote et l’ont observé. Enfin, après 56 ans de recherche, des plongeurs d’une unité de recherche différente ont trouvé le pilote.
«Nous n’étions pas là cette année-là, lorsque le pilote a été retrouvé. Nous avons fait tout ce que nous pouvions et, en raison du travail que nous avons effectué pendant 16 ans, ils l’ont trouvé exactement tel que nous l’avions imaginé », fait remarquer Kaufman.
L’un des plus grands cauchemars d’Israël a eu lieu en 1968, lorsque le sous-marin le Dakar et ses 69 membres d’équipage ont disparu. Aujourd’hui, les plongeurs navals travaillent avec d’autres marines du monde pour s’entraîner à la nécessité de secourir un sous-marin en détresse. Il pourrait s’agir d’un sous-marin israélien ou d’une autre marine.
«Nous avons des accords avec d’autres marines. Un pays seul ne peut pas aider un sous-marin ; vous avez besoin de beaucoup de matériel et chaque marine utilisera l’aide de beaucoup de pays coopérant », a déclaré Kaufman. Celles-ci comprennent les plus grandes formations au sauvetage et à l’évacuation de sous-marins, telles que l’exercice Bold Monarch 2008 de l’ATO. Ces types d’exercices majeurs ont lieu tous les trois ans.
Israël entretient également d’autres types de coopération avec des marines étrangères impliquant des plongeurs. Par exemple, en ce qui concerne l’EOD, Israël travaille avec les forces américaines et françaises, selon Tsahal. Ils se sont également entraînés avec les Allemands.
BEAUCOUP DU TRAVAIL DE YALTAM est enveloppé par le secret. C’est typique en ce qui concerne la marine israélienne et les unités d’élite. Kaufman note que l’unité est prête à faire face à tous les types de munitions et d’engins explosifs improvisés (EEI) auxquels ils devraient se préparer.
“Nous sommes prêts à faire face à toutes les munitions, quel que soit leur nom, roquettes, missiles, bombes, mines.” Il explique que les explosifs maritimes truqués par des terroristes peuvent prendre de nombreuses formes, tout comme à terre. La différence est la façon dont il pourrait être placé. Alors que l’on peut utiliser un ballon à terre, on peut utiliser une bouée piégée dans l’eau. Tout ce qui est suspect est considéré comme un éventuel EEI.
«Par exemple, il y a 10 ans, un bateau de pêche-suicide a explosé près d’un bateau de patrouille Dvora de Tsahal. Nous devons développer des compétences pour gérer des choses comme ça. Mon travail consiste à y faire face », déclare Kaufman.
«La marine sait comment ne pas aller dans certains endroits où il pourrait y avoir une bombe, alors quand ils rencontrent quelque chose comme ça, ils m’appellent et je m’occupe de ça. Bien sûr, il y a aussi des moments où ils appellent et il s’avère que ce n’est rien.
Mais toutes les menaces ne concernent pas le YALTAM. Quand les commandos israéliens ont embarqué à bord de la flottille de Mavi Marmara en 2010, ils n’ont pas été invités à la fouiller.
«Cela dépend de la situation, par exemple un petit bateau avec des munitions en contrebande. Lorsque vous embarquez sur un navire civil, avant de partir en mission, vous prenez des risques; vous les gérez et engagez vos forces en conséquence », explique Kaufman.
L’UNITÉ est confrontée à une série de défis. Par exemple, l’unité intègre les femmes, comme de nombreux autres rôles et fonctions dans l’armée ont récemment été ouverts aux femmes.
«C’est un problème parce que c’est un changement de mentalité. Nous y sommes parvenus », déclare le commandant. «Nous avons maintenant des femmes dans chaque formations et elles parviennent au bout de la formation et se comportent bien. Cela a commencé en 2006. Le nombre augmente. Notre unité a également grossi. Nous ne pouvons pas divulguer les chiffres exacts, mais nous pouvons dire que notre objectif est atteint à 50%. Nous n’y sommes pas encore, mais le pourcentage est en hausse.
En matière de technologie, les avancées sont plus lentes dans le monde de la plongée que dans d’autres domaines. Alors que dans l’air, Israël améliore constamment les types de technologie qu’il utilise, tels que les drones ou des armes et des radars plus précis, certaines unités de plongée n’ont pas beaucoup changé depuis des années, voire des décennies.
Le soleil se couche à Haïfa alors que Kaufman et ses soldats discutent des aspects de la vie d’un plongeur naval.
«Nous voyons beaucoup de tortues», dit-il, et elles font de leur mieux pour aider à préserver leur écosystème.
Pour le commandant qui termine son service en février 2020, ce fut une fière carrière d’aider à guider cette unité essentielle de la marine israélienne. Certains de ses soldats sont devenus des plongeurs professionnels et travaillent pour des entreprises qui utilisent des plongeurs.
En revenant à la partie militaire de la plongée, je m’interroge sur les menaces spécifiques auxquelles Israël pourrait être confronté.
«Nous ne pouvons pas parler de menaces potentielles», déclare Kaufman. «Mais je peux vous dire que nous savons ce qui nous menace. Nous sommes prêts et nous nous préparons et nous formons continuellement. Nous savons comment tout gérer. Nous restons concentrés sur les bonnes choses. “
Ainsi, les Israéliens peuvent dormir en toute sécurité la nuit. Les plongeurs scrutant les profondeurs, le grand bleu sombre sont vigilants.
PAR SETH J. FRANTZMAN

Adaptation : Marc Brzustowski

 31 JANVIER 2019 09:32

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.