Sur son compte officiel twitter, al-Nosra affirme avoir « achevé la formation d’unités d’artilleurs, qui ont été positionnés sur les hauteurs de Qalamoun en prévision d’une attaque ennemie ».

La branche syrienne d’el-Qaëda et des groupes rebelles islamistes alliés ont lancé lundi une attaque préventive contre les forces du régime près de la frontière avec le Liban, où les combats font rage, a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’ONG a précisé que le Front al-Nosra et d’autres groupes ont attaqué des positions tenues par le régime et son allié le Hezbollah dans la région de Qalamoun, au nord de Damas. « De violents combats ont lieu depuis ce matin entre le Hezbollah, l’armée et les milices pro-régime d’un côté, et les factions islamistes et al-Nosra de l’autre », assure l’OSDH, basé en Grande-Bretagne, qui s’appuie sur un vaste réseau de sources en Syrie. « Il s’agit d’une attaque préventive (…) contre le Hezbollah qui lui se prépare à une offensive contre les insurgés à Qalamoun dans les prochains jours » selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L’an dernier, les forces gouvernementales, appuyées par le Hezbollah, avaient chassé les rebelles de la plus grande partie de Qalamoun, situé sur le versant syrien du massif montagneux de l’Anti-Liban séparant les deux pays. Mais les insurgés se sont retranchés dans les sommets où se trouvent de nombreuses grottes, d’où ils mènent une guérilla.

Une source proche d’al-Nosra a confirmé à l’AFP les combats, sous couvert d’anonymat. Une source syrienne sur le terrain a également fait état de combats dans le secteur, assurant que « l’armée syrienne et ses alliés ont bloqué une attaque des groupes armés ». Selon elle, plusieurs insurgés ont été tués et blessés dans un guet-apens tendu par les forces gouvernementales. L’OSDH a fait état de victimes dans les combats toujours en cours, sans pouvoir donner plus de détails.

 

Sur son compte officiel twitter, al-Nosra affirme avoir « achevé la formation d’unités d’artilleurs, qui ont été positionnés sur les hauteurs de Qalamoun en prévision d’une attaque ennemie ». Ces dernières semaines, la presse libanaise a fait état d’une offensive imminente des forces gouvernementales dans cette région. La présence rebelle dans ce secteur est un problème récurrent pour l’armée syrienne et l’armée libanaise, qui affrontent régulièrement des jihadistes traversant la frontière.

L’an dernier, des jihadistes venus de Syrie s’étaient emparés brièvement de la ville frontalière d’Ersal, prenant en otage des dizaines de membres des forces libanaises de sécurité. Depuis, quatre ont été exécutés et 25 autres policiers et soldats sont toujours aux mains des jihadistes d’al-Nosra et du groupe Etat islamique (EI). Une source de sécurité libanaise a indiqué que les forces libanaises avaient « multiplié les patrouilles le long de la frontière », selon cette source.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.