Jean-Michel Blanquer , à ses côtés, la présidente du conseil des sages de la laïcité Dominique Schnapper. LP/Marion Kremp

Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a rendu visite aux élèves de 3e du collège Les Prunais à Villiers dans le cadre de la semaine de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

« Aujourd’hui, 60 ans après, un nouvel engagement doit être pris pour que les hommes s’unissent au moins pour lutter contre la haine de l’autre, contre l’antisémitisme et le racisme, contre l’intolérance. »

Les mots prononcés en 2005 par Simone Veil depuis le camp d’Auschwitz-Birkenau sont malheureusement toujours d’actualité.

Et résonnaient avec émotion ce jeudi après-midi dans le centre de documentation du collège des Prunais à Villiers.

Déclamés avec justesse par les élèves de 3e devant le ministre de l’Education nationale venu leur rendre visite dans le cadre de la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Jean-Michel Blanquer a ainsi pris le temps de s’attabler avec les élèves occupés à analyser les discours de Simone Veil, décortiquer la BD sur les camps de concentration de Maus ou encore à recenser les actes et les agressions à caractères antisémites.

« Il y a beaucoup d’émotion, les textes sur lesquels nous travaillons depuis le début de la semaine sont très poignants. Ils dénoncent l’intolérance, le racisme mais parlent aussi d’engagement citoyen et de solidarité », explique doctement un élève au ministre curieux.

« Des insultes antisémites ? Il n’y en a pas au collège, par contre parfois il y a de l’homophobie et nous savons y répondre en en parlant, avance un autre. Ce qui est important, c’est de rappeler aux adultes que l’antisémitisme et les discriminations sont interdits et punis pour qu’ils le transmettent à leurs enfants ».

Se confronter à «cette horreur qui ne doit plus jamais se reproduire»

Un discours réfléchi et « lucide » salué par Jean-Michel Blanquer impressionné par la « conscience du décalage qui peut exister parfois entre la culture familiale et ce qu’ils apprennent au collège ».

Après avoir créé le conseil des sages de la laïcité, présidée par Dominique Schnapper, présente elle aussi ce jeudi, le ministère a lancé une plateforme d’alerte pour faire remonter les cas de racisme ou d’antisémitisme.

Entre septembre et décembre dernier, 130 faits ont été recensés et traités. Parmi eux, 16 % concernaient des actes antisémites.

« La Shoah, comme les autres génocides, c’est justement parce que c’est difficile qu’il faut en parler, ne pas cacher le réel sans dramatiser, ni minimiser. Nous devons nommer ces actes pour ensuite agir », a insisté le ministre.

Ce vendredi, les 52 élèves de 3e du collège prendront la route pour Auschwitz-Birkenau. Quatre jours en Pologne, justement pour se confronter à « cette horreur qui ne doit plus jamais se reproduire », comme les élèves n’ont cessé de le rappeler.

Marion Kremp

Source: leparisien.fr

1 COMMENTAIRE

  1. BRAVO MR BLANQUER L ÉDUCATION DONNÉE À DES ÉLÈVES DE VILLERS NE CORRESPOND PAS À CELLE QUI NE PEUT PAS ÊTRE DONNÉE AUX TERRITOIRES PERDUS DE LA RÉPUBLIQUE .
    ALORS OUI LA FRANCE ÉDUCATIVE EST BIEN MORCELLEE. ESPÉRONS QUE LES GÉNÉRATIONS FUTURES AURONT PLUS D OUVERTURE D ESPRIT DANS TOUTE LA FRANCE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.