On connait à présent le nom des huit membres de la famille qui a été décimée mardi matin dans un accident de la route survenu près de la Mer Morte. Il est impossible de retenir ses larmes lorsqu’on voit leur photo, publiée dans tous les médias, tant elle est bouleversante.

Les parents, Yariv et Shoshi Attar, 45 et 47 ans, et leurs six enfants : Yaakov Israël, 12 ans, Ateret, 11 ans, Ayala, 9 ans, Moriah, 7 ans, Yedid, 5 ans, et Avigaïl, 3 ans, z’l, ont perdu la vie dans une collision frontale avec une jeep alors qu’ils profitaient de cette journée de congé, à l’occasion des élections, pour se promener.

La localité de Psagot, où ils habitaient, est sous le choc. Personne ne parvient réellement à concevoir qu’une telle tragédie est arrivée. Une équipe d’urgence s’est rapidement réunie pour pouvoir notamment faire face à ce drame et aider la population à le surmonter.

Un communiqué a été publié, indiquant : « La communauté de Psagot est forte et unie et se distingue par sa cohésion sociale. Nous travaillons avec les services sociaux et la direction du Yichouv pour entourer notre grande famille et les amis proches ».

Dans la soirée, des réunions collectives ont été organisées avec des équipes spécialisées, le rabbin de la localité et des membres des services sociaux du conseil de Binyamin.

Le couple Attar s’est installé à Psagot il y a treize ans, juste après son mariage. Yariv était informaticien dans une société et son épouse était enseignante en éducation spécialisée. Les enfants étaient scolarisés à Psagot sauf le fils ainé, Yaakov Israël, qui étudiait au lycée-Yeshiva de Bet El.

Yehi Zih’ram Barouh’ !

Claire Dana-Picard 

Drame de la route 90 : la méchanceté absolue d’une journaliste de Haaretz

Ce n’est déjà plus de la politique. C’est de la haine gratuite, de la méchanceté pure, le symptôme d’une perte de tout sens de l’humain chez ceux qui se prétendent les représentants uniques et authentiques des valeurs morales les plus élevées.

Après le terrible drame de la route 90 qui a coûté la vie à toute une famille de huit personnes, la journaliste de Haaretz Naama Riba a publié un tweet particulièrement odieux : « C’est une horrible tragédie mais il ne faut pas oublier que Psagot n’est pas un ‘simple’ yishouv’ mais une colonie de peuplement ». Les réactions indignées sur les réseaux sociaux ont été très nombreuses, et à la question de son choix de se focaliser sur le lieu d’habitation de cette malheureuse famille, au jour même du drame, la journaliste a persisté : « Tous les journalistes parlent de Psagot comme d’un ‘yishouv’ alors que c’est une colonie de peuplement, et de ce fait, ils légitiment l’occupation » !!


Naama Riba a finalement retiré ce tweet face au déferlement de réactions.
Ce n’est de loin pas la première fois que des journalistes soulignent le lieu d’habitation de victimes d’attentats lorsqu’il s’agit d’habitants de Judée-Samarie, mais dans le cas de cette horrible tragédie de la route et alors qu’un village entier pleure la disparition d’une famille entière dont six jeunes enfants, la réaction de cette journaliste est particulièrement révoltante et inhumaine.

Elle montre aussi que l’atmosphère qui règne dans la sphère du journal Haaretz indique une déconnexion totale de toute compassion envers les êtres humains qui ne sont pas identifiés à sa ligne idéologique.
Source :
lphinfo.com

6 Commentaires

  1. Accident ou meurtre ??? Une belle grande famille comme celle-là ne devrait jamais se déplacer dans le même véhicule que ce soit voiture ou avion …. C’est Horrible !!!!

  2. Barukh Dayan Haemet, que Hachem les accueille au Gan Eden et console leurs familles et amis.
    Chaque fois que je conduis en Israël, je le fais avec la peur au ventre tant les israéliens sont indisciplinés au volant. En dehors des énervants klaxons quand le feu vire au vert, les queues de poisson, les excès de vitesse, les dépassements sans clignotant et dangereux, etc…. sans compter les téléphones portables. Certes c’est une plaie dans tous les pays, et aussi en France, mais le taux d’accidents de la route est particulièrement élevé en Israël par rapport à la taille du pays. Et ce n’est pas faute de sévérité de la police de la route.
    Problème culturel.

  3. cette route est tres dangereuse c est une route de montagne avec des virages assez serre quand on est pas habitue a cette route on a l impression d etre dans une montagne russe…

  4. Barou’h Dayane haemet…
    On aimerait dire que le Jardinier est descendu en Son jardin… Et qu’IL S’y choisit Ses plus belles fleurs…
    Mais ce serait trop facile, ainsi, de couvrir les responsabilités humaines.
    Des millions, milliards (?) de dollars pour construire des murs, et combien pour sécuriser les routes d’Ysraël, qui ont fait plus de morts que TOUTES les guerres israéliennes réunies !?
    Tout ce qui touche à la sécurité sur la vois public est imputé aux dirigeants. Dieu veillera.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.