Dr Albert Burla, PDG de Pfizer, pense qu'un autre vaccin est nécessaire mais la FDA s'y oppose,

Malgré la recommandation ‒ le ministère de la Santé n’a actuellement aucun moyen de déterminer, de manière responsable, que l’administration d’un troisième vaccin est sûre et efficace. Il ne reste plus qu’à s’interroger sur l’engagement du ministère de la Santé envers le produit de Pfizer, et si cela se fait au détriment de la santé publique. Avec le Corona, comme avec l’Iran, il est recommandé d’être en attente d’approbation des États-Unis.

La vaccination par impulsion, rappel, est une pratique courante dans la science des vaccins ‒ la branche de la médecine qui travaille à prévenir la maladie en apprenant au corps à neutraliser ou à traiter l’agent pathogène qui la cause. Le but du vaccin de rappel est de stimuler le système immunitaire et d’augmenter la production d’anticorps et d’autres bras du système immunitaire. Il existe des vaccins de rappel qui sont administrés dans une goutte de lait, comme la polio, il existe des vaccins dans lesquels le rappel est administré une fois toutes les quelques années régulièrement, si nécessaire, comme le tétanos. Il existe des vaccins de rappel qui sont administrés dans le cadre d’un programme de prévention pour ceux qui se rendent dans des régions où il y a des maladies auxquelles nous ne sommes pas exposés.

L’efficacité et la sécurité de ces vaccins de rappel ont été étudiées, testées et approuvées par les autorités de santé publique. La plus haute autorité du monde occidental pour examiner et approuver les thérapies médicamenteuses (le vaccin et le vaccin impulsif sont des thérapies médicamenteuses) est la FDA. L’exigence d’une telle approbation découle de la nécessité de combiner la santé publique avec l’intérêt économique et commercial des fabricants de médicaments.

Le développement d’un médicament ou d’un vaccin est un processus long et coûteux. Toute société pharmaceutique qui a terminé le développement voudra vendre autant de produit que possible. Un vaccin qui peut se contenter de deux doses rapportera à l’entreprise beaucoup moins d’argent qu’un vaccin qui nécessite une troisième dose. Chaque lot supplémentaire rapportera au fabricant de plus en plus de bénéfices, en milliards. C’est probablement la raison pour laquelle les autorités sanitaires des États-Unis se sont levées ce week-end après que le PDG de Pfizer, le Dr Albert Burla, a été informé que, selon les données de l’entreprise, un vaccin supplémentaire était nécessaire, le troisième. Sans précédent, les autorités sanitaires des États-Unis ‒ la Food and Drug Administration [FDA], les Centers for Disease Control et les National Institutes of Health ont publié une déclaration conjointe soulignant que «les Américains entièrement vaccinés n’ont pas besoin d’une dose supplémentaire pour le moment. Les autorités mènent des processus rigoureux et scientifiques pour voir si et quand une dose supplémentaire de vaccin sera nécessaire. « Dans ces processus, les données de laboratoire, les essais cliniques et les informations sur les populations sont examinés ‒ qui proviendront également des sociétés pharmaceutiques, mais pas seulement d’elles.

Les membres de Pfizer devaient rencontrer les responsables de la santé américains et présenter les informations en leur possession. Les informations qui, selon eux, proviennent d’Israël ‒ « le laboratoire du monde » tel que défini par le PDG Albert Burla lui-même. Même si les responsables sont convaincus, le processus d’approbation aux États-Unis est transparent et clair. L’autorité elle-même examine les données de l’entreprise pharmaceutique pour s’assurer qu’elles sont fondées sur des faits scientifiques. Les données soumises par la société sont publiées pour examen public, tout comme l’analyse du personnel de la FDA. Un comité d’experts se réunit pour une discussion ouverte et publique à l’issue de laquelle une recommandation est émise. Oui ou non. (La FDA enquête actuellement sur les raisons pour lesquelles une recommandation a été faite pour approuver le traitement de la maladie d’Alzheimer contrairement aux recommandations du comité consultatif).

Le ministère de la Santé israélien gonfle les muscles et recommande déjà de commencer à vacciner les personnes immunodéprimées et les personnes âgées avec une troisième dose de vaccin supplémentaire. Le ministère s’appuie sur l’équipe de traitement de l’épidémie, dont personne ne sait sur quelles informations il se fonde. Le ministère israélien de la Santé ne dispose pas d’un système professionnel et approprié pour l’approbation réglementaire des préparations médicales et pendant de nombreuses années, il s’est appuyé sur des processus exécutés par les principales autorités mondiales. FDA, l’Autorité européenne EMA ou l’Autorité suisse. Le fait que Pfizer ait annoncé que la source des données en sa possession est Israël soulève de sérieuses questions sur le rôle que jouent les citoyens israéliens dans le système commercial de Pfizer et sur la manière dont les professionnels du bureau séparent leur engagement envers le produit de Pfizer de leur engagement envers l’intérêt de la santé publique.

Arad Nir, journaliste israélien et présentateur de télévision.

Il convient de souligner qu’il s’agit d’une injection d’une dose répétée du même vaccin. Un vaccin mis à jour pour la variante Delta ou toute autre variante n’existe pas encore. Je soulignerai encore une fois qu’aux États-Unis il n’y a actuellement aucune autorisation pour injecter une troisième dose de vaccin ni à ceux qui sont vaccinés. Il existe quelques rapports d’une telle injection dans des greffes d’organes en France mais il ne s’agit pas d’un essai contrôlé.

L’État d’Israël possède une armée forte et qualifiée, et peut-être même la plus sophistiquée au monde. Malgré cela, il est clair pour tout le monde que pour attaquer les installations nucléaires en Iran, Israël a besoin des États-Unis. Il en est de même avec le Corona. Le système de santé en Israël n’a pas la capacité de déterminer de manière responsable qu’un troisième vaccin impulsif est sûr et efficace. Pour cette raison, je conseillerais à mes proches de ne pas se laisser tenter par les bonbons pour les lèvres et de ne pas avoir peur de la panique et de l’anxiété qui guident l’échelon professionnel du ministère israélien de la Santé et d’attendre l’approbation de la FDA. Quand elle aura lieu, je saurai qu’on peut se faire vacciner à nouveau en toute sécurité.

Arad Nir ‒ journaliste israélien de 59 ans, vétérinaire, présentateur, journaliste et présentateur de télévision, rédacteur en chef depuis 1994.

JForum ‒ N12-mako.il.news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.