Un juge oblige le législateur néerlandais à supprimer les tweets comparant l’Holocauste aux mesures COVID-19

 

JTA ) — À la suite d’une décision de justice, un leader néerlandais a supprimé des messages sur les réseaux sociaux dans lesquels il établissait des parallèles entre les mesures COVID-19 et le traitement des Juifs par les nazis.

Thierry Baudet, 38 ans, leader du parti populiste néerlandais Forum pour la démocratie et membre de la Chambre des représentants du pays, a supprimé jeudi les quatre messages de Twitter et Instagram. La veille, un juge d’Amsterdam a prononcé une injonction ordonnant la suppression du contenu, prescrivant une amende de 25 000 euros – soit 28 000 $ – pour chaque jour où le contenu est encore en ligne.

Le juge a déclaré que les tweets de Baudet « contribuent à un climat dans lequel l’antisémitisme est encouragé ». De nombreux critiques de la comparaison soutiennent qu’elle minimise l’Holocauste. Baudet a nié ces allégations et a déclaré qu’il ferait appel de la décision. Le discours qui équivaut au déni de l’Holocauste est illégal dans de nombreux pays européens, mais pas aux Pays-Bas, où certaines formes de déni sont poursuivies en vertu des lois contre le discours de haine.

Dans l’un des tweets supprimés du 14 novembre, Baudet a qualifié les non vaccinés de « nouveaux Juifs », ajoutant que ceux qui « excluent et détournent le regard sont les nouveaux nazis et NSB », l’acronyme d’un parti politique pro-nazi. durant les années 30 et 40.

Deux jours plus tard, Baudet a posté une photo d’un enfant incapable d’assister à une procession de vacances saisonnières juxtaposée à une photo d’un enfant portant une étoile jaune pendant la Shoah en Pologne. Plus tard le mois dernier, il a affiché un panneau exigeant des certificats de vaccination à l’entrée du musée sur le terrain de l’ancien camp de concentration de Buchenwald. Il a ajouté que c’était « le summum de l’ironie ».

«Je suis extrêmement triste de ne pas être autorisé à exprimer ce en quoi je crois, et je ne l’accepterai pas. Nous allons certainement faire appel », a écrit Baudet jeudi sur Twitter.

La décision, rendue dans le cadre d’un procès intenté contre Baudet par plusieurs organisations de la communauté juive et un survivant de l’Holocauste, est l’une des premières actions en justice au monde engagées contre des comparaisons entre les mesures COVID-19 et l’Holocauste. De telles comparaisons ont proliféré dans le monde entier au milieu d’une résistance croissante aux restrictions introduites par le gouvernement visant à freiner la propagation de la pandémie.

Ailleurs en Europe, les équivalences similaires abondent. En Pologne, lors d’une manifestation mardi à Varsovie contre les mesures liées au COVID-19, le parti de la Confédération ultranationaliste du pays a dévoilé une pancarte indiquant « la vaccination vous rend libre ». Écrit sur une pancarte en forme d’arc, il faisait référence à la tristement célèbre plaque métallique indiquant « le travail rend libre » à l’extérieur du camp de concentration d’Auschwitz que les nazis ont construit en Pologne occupée.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré dans un article sur Facebook que la bannière dépeignait « une image dramatique et sombre de la chute de certains politiciens et manifestants dans une rhétorique anti-vaccin insensée », a rapporté Reuters.

Ronny Naftaniel, le président de l’Organisation juive centrale des Juifs néerlandais, ou CJO, a écrit sur Facebook que la décision contre Baudet ne l’empêche pas de critiquer les mesures COVID-19 du gouvernement, mais seulement son utilisation de l’Holocauste pour le faire.

« Aussi sans les comparaisons inexactes et désagréables avec l’Holocauste, Baudet peut continuer à exercer son droit démocratique de critiquer la politique COVID-19 » du gouvernement, a écrit Naftaniel.

 
Le leader néerlandais de la droite Thierry Baudet s’adresse aux journalistes au Sénat néerlandais à La Haye, le 5 février 2020. (Sem Van Der Wal/ANP/AFP via Getty Images)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.