Trump remet en place Erdogan le fanfaron

12
3967

Trump nomme un nouveau secrétaire à la Défense et recadre les fanfaronnades d’Erdogan qui menace les Kurdes syriens

Le président Donald Trump a nommé Patrick Shanahan, secrétaire d’État à la Défense, le 1er janvier 2019. En décidant de ne pas attendre le départ de James Mattis le 1er février, Trump a affirmé son autorité en tant que commandant en chef. Dans le même tweet, il a réprimandé le président turc, à cause de ses menaces stridentes de lancer des opérations militaires visant à «traiter» (exterminer) les Kurdes syriens et l’Etat islamique, dès que les Américains seraient partis. Trump: « Je viens d’avoir un appel long et productif avec le président turc Erdogan. Nous avons discuté de l’Etat islamique, de notre implication mutuelle en Syrie et du retrait lent et hautement coordonné des troupes américaines de la région. Après de nombreuses années, les boys rentrent chez eux».

En d’autres termes, les États-Unis ralentissent le rythme du retrait des troupes du nord et de l’est de la Syrie à un moment qui conviendra à l’administration – pas à Erdogan et à ses plans.

(JForum a révélé en exclusivité le samedi 22 décembre que le retrait américain pourrait prendre plusieurs mois, de façon à annuler le plan de la Turquie de traverser l’Euphrate en direction de l’Est de la Syrie .)

En effet, par un seul geste bien calculé, à peine l’action d’un président au pouvoir était-elle sortie d’une Maison Blanche paraissant livrée au chaos, que Trump a mis Erdogan à sa place et l’a montré du doigt comme un vantard, car la vérité est qu’Ankara n’a pas assez de troupes ou des moyens militaires pour mettre à exécution ses menaces de traverser le nord de la Syrie, affronter les Kurdes de Qamishli, leur capitale, les abattre et s’emparer du contrôle de tout le nord de la Syrie.

Ce tweet était la réponse de Trump à un appel paniqué qu’il a reçu plus tôt dimanche du président turc. Certaines sources informées à Washington ont rapporté qu’Erdogan a supplié Trump de ralentir le retrait des troupes américaines de Syrie. Au cours des dernières 24 heures, il a alimenté les médias en affirmant que d’énormes forces turques étaient déjà massées dans le nord de la Syrie, prêtes à se diriger vers l’est en traversant l’Euphrate pour achever les Kurdes. Les sources militaires de DEBKAfile ont révélé que la force “massive” turque se composait d’un seul bataillon de chars, bien loin de constituer la moindre menace pour la milice kurde aguerrie au combat.

Depuis le samedi 22 décembre, Erdogan a évacué sa frustration après le coquard à l’œil qu’il a reçu du président américain, en se livrant à de nombreuses invectives contre Israël, une cible habituelle de ses coups de hargne impuissante.

 “Les Juifs d’Israël frappent les gens quand ils sont à terreol … pas seulement les hommes, mais aussi les femmes et les enfants … en tant que musulmans … nous leur donnerons une leçon”, a déclaré Erdogan à un public de jeunes turcs samedi. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a répondu : “Erdogan – l’occupant du nord de Chypre, dont l’armée massacre des femmes et des enfants dans des villages kurdes, à l’intérieur et à l’extérieur de la Turquie – ne devrait pas prêcher la morale à Israël.”

  ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Trump names new Defense Secretary, outplays Erdogan’s bluster for marching on Syrian Kurds

12 COMMENTS

  1. Le Président Trump fait ce qu’il lui plais il est capable du bien comme du plus mauvais car ce n’est pas un politique mais un homme d’affaire il gouverne constamment au bluff rappelons nous le Président Chirac dixit “”plus c’est gros plus cela passe “” en ce qui concerne le Président Turc c’est un opportuniste il embrasse Poutine demain il ferra de même avec Trump et après demain il trouvera quelqu’un d’autre .Tout les despotes ne finissent pas leur vie dans leur lit car la roue tourne très vite un Brutus est surement dans l’ hombre et attend son heure pour le moment les kurdes font appel aux syriens contre les Turcs qui vivra verra ce n’est pas la peine de nous chamailler bonne lecture

  2. Erdo le fou a intérêt allah mettre en veilleuse.
    Trump réagit comme buzz l’éclair, il n’a pas de complexe à changer d’avis et ce n”est en aucune façon versatile; que du contraire, c’est une gestion saine qui avance en acceptant de devoir constamment corriger le tir. Et c’est qu’il vise juste ce sacré président… C’est pour cela qu’il prend le temps de bien ajuster son tir, quitte à le corriger mille fois comme pour le plan de paix avec les palestinoïdes.
    Les iraniens ne comprennent pas qu’ils sont une cible incontournable.
    Le Turc ne comprend pas qu’il en devient une également…

  3. Trop facile et ingrat de cracher sur Trump maintenant.

    Il a montré qu’il était d’une autre Trump que bien d’autres Dirigeants, et vis-à-vis d’Israël a eu un comportement plus qu’exemplaire.

    Seulement il a fait des promesses sur un certain électorat. Avec le slogan,”América First”- Qui pourrait lui tenir rigueur de vouloir d’abord servir son pays ? Ce ne sont certainement pas les juifs ni d’Amérique, ni d’ailleurs (en plus), qui auraient encouragé n’importe qui à suivre la voie qu’à suivie Trump, avec Nikky Halley.

    Maintenant c’est América First, dommage pour nous, mais comme il n’est pas si fou qu’on le dit, le pragmatisme d’abord (sans doute aidé par les gauchistes et juifs de surcroit).

  4. Élie de Paris Déc 26, 2018 at 1 h 35 min
    Un retrait lent signifie que Trump a réalisé sa konnerie
    Comme d habitude les”konneries”” c’es de toi qui ne comprend rie a rien tellement tu es gauchiste , et comme tout les gochistes tu veut voir ce qui intéresse les gochistes plutt que la vérité intelligente. Mais il est vrai aussi que la goche n ‘est pas intelligente cela se saurait . Depuis Staline Lénine Trotsky Marx Engels Hildegaard , nous savons que l ,intelligence n’est pas du tout l apanage du communisme dans la tronche de ces soi disant PHILOSOPHES ( fi lo zoeuf)

  5. Un retrait lent signifie que Trump a réalisé sa konnerie, mais qu’il soigne son ego.
    Qu’il a surdimensionné, surtout depuis qu’il est président.
    Se sentir au volant d’un vaisseau pareil, avec la maison blanche pour QG a de quoi faire péter son surmoi…

  6. Le Problème est que le DIEU d’ISRAEL n’est pas le même que celui d’ERDOGAN , alors c’est le combat entre DAVID et GOLIATH !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.