Accueil International Trump menace de frapper 52 sites en Iran, la tension monte

Trump menace de frapper 52 sites en Iran, la tension monte

2201
10

Trump menace de frapper 52 sites en Iran, la tension monte

PHOTO EVA MARIE UZCATEGUI, REUTERS

« Les États-Unis ne veulent plus de menaces ! », a prévenu Trump.

(Washington) Le président Donald Trump a averti samedi Téhéran que les États-Unis ont identifié 52 sites en Iran et les frapperont « très rapidement et très durement » si la République islamique attaque du personnel ou des objectifs américains.

 

Certains de ces sites iraniens « sont de très haut niveau et très importants pour l’Iran et pour la culture iranienne », a précisé M. Trump dans un tweet. « Les États-Unis ne veulent plus de menaces ! », a-t-il prévenu.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

….hundreds of Iranian protesters. He was already attacking our Embassy, and preparing for additional hits in other locations. Iran has been nothing but problems for many years. Let this serve as a WARNING that if Iran strikes any Americans, or American assets, we have…..

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

….targeted 52 Iranian sites (representing the 52 American hostages taken by Iran many years ago), some at a very high level & important to Iran & the Iranian culture, and those targets, and Iran itself, WILL BE HIT VERY FAST AND VERY HARD. The USA wants no more threats!

82,3 k personnes parlent à ce sujet

M. Trump a souligné que le chiffre de 52 correspondait au nombre d’Américains qui avaient été retenus en otages pendant plus d’un an à partir de la fin de 1979 à l’ambassade des États-Unis à Téhéran.

L’Iran a promis de venger la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi par une frappe aérienne américaine à Bagdad.

Les factions pro-Iran en Irak ont fait monter samedi la pression sur les bases abritant des soldats américains à l’issue d’une journée de défilés monstres pour rendre hommage au général Soleimani.

Dans la soirée a commencé ce qui pourrait être le début de l’escalade évoquée depuis la frappe qui a tué vendredi le général Soleimani, chef de la Force Al-Qods, chargée des opérations extérieures de l’Iran, et Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de combattants pro-Iran désormais intégrés aux forces de sécurité irakiennes.

PHOTO KHALID MOHAMMED, AP

Les factions pro-Iran en Irak ont fait monter samedi la pression sur les bases abritant des soldats américains à l’issue d’une journée de défilés monstres pour rendre hommage au général Soleimani.

Des roquettes et obus de mortier se sont abattus quasi simultanément dans la Zone verte de Bagdad, où se trouve l’ambassade américaine, et sur une base militaire plus au nord, où sont déployés des soldats américains, sans faire de victimes.

« Guerre directe »

« Les États-Unis attaquent directement un général iranien et des groupes combattent désormais ouvertement au service de l’Iran pour venger ce général : ce n’est plus une guerre par procuration, c’est une guerre directe », a déclaré Erica Gaston, chercheuse à la New America Foundation.

Après les attaques de samedi soir, les Brigades du Hezbollah, la faction la plus radicale du Hachd, ont appelé les forces de sécurité irakiennes à s’éloigner « d’au moins 1000 mètres » des sites où sont présents des soldats américains à partir de dimanche à 17 h (14 h GMT).

PHOTO AHMAD AL-RUBAYE, AFP

Des roquettes et obus de mortier se sont abattus quasi simultanément dans la Zone verte de Bagdad, où se trouve l’ambassade américaine.

Le Parlement irakien doit tenir dimanche une séance extraordinaire au cours de laquelle il pourrait voter l’expulsion des 5200 militaires américains déployés en Irak.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a durement critiqué l’appel lancé par les Brigades du Hezbollah.

« Les voyous (des Brigades du Hezbollah) disent aux forces de sécurité irakiennes d’abandonner leur devoir de protéger (l’ambassade des États-Unis à Bagdad) et d’autres endroits où des Américains travaillent côte à côte avec les courageux Irakiens », a tweeté le chef de la diplomatie américaine.

« Le fait que le régime iranien dit au gouvernement irakien ce qu’il a à faire met en danger la vie des patriotes irakiens », a estimé M. Pompeo. Mais « le peuple irakien veut se libérer du joug iranien », a-t-il écrit.

Secretary Pompeo

@SecPompeo

Iranian-owned Kata’ib Hizballah thugs are telling Iraqi security forces to abandon their duty to protect @USEmbBaghdad and other locations where Americans work side by side with good Iraqi people.

Secretary Pompeo

@SecPompeo

The Iranian regime telling Iraq’s government what to do puts Iraqi patriots’ lives at risk. The Iraqi people want out from under the Iranian yoke; indeed, they recently burned an Iranian consulate to the ground.

3 581 personnes parlent à ce sujet

L’OTAN a déjà suspendu ses opérations en Irak, et la coalition antidjihadistes conduite par les États-Unis les a réduites tout en renforçant la sécurité des bases où sont déployés les Américains. Washington a déjà annoncé le déploiement de 3000 à 3500 soldats supplémentaires dans la région.

Samedi, les appels à la « vengeance » ont fusé au milieu des drapeaux américains en feu et des cris de « Mort à l’Amérique » dans des défilés de dizaines de milliers d’Iraniens en pleurs à Téhéran, ou d’Irakiens en noir et se frappant la poitrine en signe de deuil à Bagdad, Kerbala et Najaf, deux villes saintes au sud de la capitale.

En présence du premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi et de hauts commandants du Hachd, ils ont accompagné dans la Zone verte ultrasécurisée les cercueils des dix hommes tués vendredi par un drone américain près de l’aéroport de Bagdad.

PHOTO HUSSEIN FALEH, AFP

Les appels à la « vengeance » ont fusé au milieu des drapeaux américains en feu et des cris de « Mort à l’Amérique » dans des défilés de dizaines de milliers d’Iraniens en pleurs à Téhéran

Devant celui de Mouhandis, Hadi al-Ameri, patron des députés pro-Iran au Parlement, a lancé : « Sois-en sûr, le prix de ton sang sera le départ des troupes américaines d’Irak ».

Et à l’approche de la réunion au Parlement, un député pro-Iran avertit déjà : « Chaque député qui n’assistera pas au vote pour bouter l’occupant hors d’Irak sera un traître à la patrie ».

L’assassinat de Soleimani a créé un consensus rare contre les États-Unis dans un Irak secoué depuis des mois par une révolte contre le pouvoir et la mainmise de l’Iran.

« Prêts »

Parce que Washington a « violé la souveraineté de l’Irak », selon les mots des plus hauts dirigeants, le Hachd a appelé ses combattants à se « tenir prêts », et le leader chiite irakien Moqtada Sadr a réactivé sa milice dissoute après avoir harcelé l’occupant américain en Irak (2003-2011).

Depuis l’assassinat de Soleimani, la communauté internationale redoute la déflagration.

PHOTO WANA NEWS AGENCY, VIA REUTERS

Un Iranien tient une affiche avec une photo de Soleimani.

Moscou et Paris ont appelé à ne pas « aggraver sérieusement la situation » au Moyen-Orient.

Justifiant l’ordre de tuer Soleimani, le président américain Donald Trump a assuré que lé général iranien préparait des attaques « imminentes » contre des diplomates et des militaires américains.

« Ridicule »

L’ambassadeur iranien à l’ONU, Majid Takht Ravanchi, a dénoncé un « acte de guerre » appelant une réponse « militaire ».

Mouhandis et les quatre autres Irakiens tués ont été enterrés dans la soirée à Najaf, dans le plus grand cimetière chiite du monde.

Les corps des cinq Iraniens tués avec eux, dont Soleimani, seront transférés dimanche vers leur pays. Le général sera enterré mardi à Kerman (centre), après trois jours de cérémonies d’hommage.

Son assassinat a été ordonné deux jours après l’attaque de l’ambassade américaine lors du cortège funéraire de 25 combattants des brigades du Hezbollah tués dans un autre bombardement américain dimanche.

lapresse.ca

10 Commentaires

  1. ” 52 cibles ” …….il fallait la trouver celle la .

    Ils vont bien finir par le prendre au sérieux tous ces guignols de détracteurs .

    Obama fait pale figure…….car lui est un américain……un vrai , héritier de l’esprit de l’Ouest du temps d’OK Corrall .

  2. TRUMP me fait penser un peu à Reagan .

    Lui c’était différent il avait été élu grace à la mafia et à la différence des Kennedy il a toujours été loyal envers elle .

    Il avait commencé par être Président du syndicat des acteurs d’Hollywood .

    ” Syndicat ” ? On a tout compris .

  3. Exact : les iraniens n’ont ni les moyens ni les armes pour se confronter aux USA qui n’attendent que ça pour annihiler les sites nucléaires iranien.
    Compte tenu de l’agressivité permanente de ces derniers, une guerre est inévitable avec l’Iran des ayatollahs…
    Il vaut mieux maintenant que lorsque l’Iran aura la bombe nucléaire…

  4. Et qu’est-ce que va faire l’Irak et l’Iran contre l’Amérique , Rien mis à part quelques roquettes et quelques Nuisances , Mais certainement pas une guerre déclarée , Il n’en ont ni les moyens ni les forces armées !Trump avait averti . Il dit ce qu’il va faire et il fait ce qu’il a dit !!!

  5. C’EST VRAIMENT LE MOMENT DE SE DEBARASSER DES CES BARBUS ET DE LEURS INSTALLATIONS NUCLEAIRES.CE N’EST PAS SUR QU’UNE AUTRE OCCASION SE PRESENTE CAR LES RUSSES ONT DU LEUR DIRE DE FAIRE PROFIL BAS POUR PARVENIR A AVOIR LA BOMBE ATOMIQUE ET LA, LA SITUATION NE SERA PAS LA MEME.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.