Des rebelles syriens ont commencé mercredi l’évacuation de Waer, dernier quartier qu’ils contrôlent dans la ville de Homs (centre), en application d’un accord conclu avec le régime, a rapporté une ONG syrienne.
« Le premier bus de civils a quitté Waer », a indiqué à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’accord conclu entre les insurgés et le régime syrien le 1er décembre sous la supervision de l’Onu prévoit le départ de ce quartier de 2.000 rebelles et de leurs familles.
Selon M. Abdel Rahmane, quelque 750 personnes, y compris des civils, étaient en instance d’évacuation mercredi. « Elles étaient rassemblées depuis 04H00 (02h00 GMT) dans les rues, attendant de quitter le quartier », a-t-il précisé.

L’application de cet accord pourrait durer jusqu’à deux mois selon les autorités. Il devrait permettre la fin des bombardements et la levée du siège par l’armée de Waer, le dernier quartier défendu par les rebelles dans la ville qu’ils avaient surnommée la « capitale de la révolution ».

Samedi, les Comités locaux de coordination, groupe militant qui documente la guerre au quotidien, avaient diffusé une vidéo montrant l’entrée à Waer de dizaines de camions d’approvisionnement et de véhicules arborant des drapeaux de l’Unicef et du Croissant-Rouge.

Environ 75.000 personnes vivent dans ce quartier, contre 300.000 avant le début de la guerre en 2011. En mai 2014, la vieille ville de Homs était tombée aux mains de l’armée après un siège asphyxiant de deux ans et des bombardements et combats qui avaient dévasté ce secteur historique. A la périphérie, le quartier de Waer était resté assiégé par les troupes du régime.

Les forces prorégime contrôlent la plus grande partie de la province de Homs, à l’exception de certaines zones dans le nord -dont les villes de Talbisseh et Rastane- et de la ville de Palmyre, qui est aux mains du groupe jihadiste Etat islamique depuis mai. Le conflit syrien a fait plus de 250.000 morts et poussé à l’exode des millions de personnes.

OLJ/AFP

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.