Syrie: en décembre 2018, les forces françaises ont détruit une centaine de positions jihadistes

1
510
Vendredi septembre 2018, sur la position d'artillerie avancée d'Al Qaim, deux pièces CAESAR procèdent à un tir d'obus explosifs en appuies aux forces de la coalition.. Depuis dimanche 26 août 2018, trois canons CAESAR armée par le 35 régiment d'artillerie parachutiste de Tarbes et quarante personnes de la TASK FORCE WAGRAM basée à Al Qaim on rejoint une nouvelle position de tir, située au sein de la 8e division irakienne. Ce mouvement d'environ 10 km a été réalisé dans le cadre de l'opération TALON SPEAR dont la dernière phase devrait débuter en septembre et viser la dernière emprise territoriale de DESH en Syrie. La nouvelle Fire Base accueille également un détachement américain, chargé de la sécurité du camp, mais aussi de certaines fonctions relatives aux tirs d'artillerie. La Task Force Wagram réunit 120 soldats français, artilleurs et leur environnement (commandement, transmissions, protection, génie, soutien, maintenance) elle complète les moyens du pilier « appui » de l’opération Chammal, en soutenant l’action des troupes irakiennes engagées au sol dans les combats contre Daech. Pleinement intégrée à la Coalition, une coordination est effectuée de façon permanente tout au long de la chaîne de validation d’une demande d’appui. La Task Force Wagram œuvre en appuie-feu des forces de sécurité irakiennes. L'opération Chammal est le nom donné à partir du 20 septembre 2014 à la participation des forces armées françaises, au sein de la coalition interalliée Inherent Resolve (QIR) contre l’état islamique et mobilisé aujourd’hui 1200 militaires. A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal vise à apporter un soutien militaire aux forces locales engagées dans le combat contre Daesh sur leur territoire. (Chammal désigne en arabe un vent du nord.)forces locales engagées dans le combat contre Daesh sur leur territoire. (Chammal désigne en arabe un vent du nord.)

Le 14 décembre, et après avoir repoussé de vigoureuses contre-attaques lancées par l’État islamique [EI ou Daesh] à la faveur de mauvaises conditions météorologiques ayant perturbé les opérations aériennes de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, les Forces démocratiques syriennes ont annoncé avoir chassé les jihadistes de la localité de Hajine, située sur la rive orientale de l’Euphrate, à une portée de canon de la frontière irakienne.

En outre, et alors que le président Trump venait d’annoncer le retrait des troupes américaines de Syrie, la coalition [opération Inherent Resolve, ou OIR] a visiblement accentué son action au profit des FDS, avec pas moins de 469 frappes [aviation et artillerie] contre Daesh entre le 16 et le 29 décembre. Soit quasiment autant que durant la période allant du 2 au 15 décembre.

Comme l’a expliqué l’État-major des armées, à Paris, dans son compte-rendu du 27 décembre, après les FDS ont poursuivi « leur offensive le long du fleuve et ont atteint la localité d’Abu Hassan où Daesh dispose toujours d’une forte capacité de résistance », après avoir « achevé la sécurisation de la ville d’Hajine. »

Si une très grande partie des frappes contre Daesh sont le fait des États-Unis, il n’en reste pas moins que la force française Chammal fait son maximum avec les moyens qui sont les siens, soit 10 Rafale basés en Jordanie et aux Émirats arabes unis et trois CAESAr [Camions équipés d’un système d’artillerie de 155 mm] déployés en Irak, à la frontière syrienne, par la Task Force [TF] Wagram.

Ainsi, rien qu’en décembre 2018, la force Chammal a détruit « près d’une centaine de positions ennemies […] par les moyens terrestres et aériens » de son pilier « appui ». Ce qui inclut, précise l’EMA, une « cinquantaine de véhicules blindés ou piégés, des armes lourdes et des mitrailleuses ». Cette « attrition du potentiel de combat ennemi […] a contribué à faciliter la progression des FDS dans la poche d’Hajine », souligne-t-il.

Une fois encore, les CAESAr auront joué un rôle déterminant. « En décembre, des assauts ennemis ont tenté de percer les lignes défensives des FDS. Ces offensives de Daesh ont été repoussées avec l’appui notamment de l’artillerie française », explique l’EMA.

« Grâce à des matériels de haute technologie dotés d’une capacité de tirer six coups par minute, servis par des artilleurs aguerris par une expérience au combat unique, l’artillerie française s’est révélée aux côtés de ses homologues alliés de la coalition comme un un appui feu essentiel aux opérations terrestres, contribuant à la destruction du potentiel de combat de l’ennemi », insiste l’état-major français.

Entre le 28 novembre 2018 et le 1er janvier 2019, et si l’on se réfère aux points de situation publiés durant cette période, les artilleurs français ont ainsi assuré 88 missions de tir de destruction contre des cibles jihadistes.

Et, pour la première fois en opération, la TF Wagram a mis en oeuvre l’obus BONUS [BOfors NUtating Shell] pour détruire 8 blindés utilisés par Daesh, ce qui a permis de disloquer une colonne ennemie constituée par une quarantaine de véhicule.

Pour rappel, l’obus BONUS a été conçu pour détruire des véhicules blindés par le toit, qu’ils soient à l’arrêt ou en mouvement. Doté de capteurs et d’un dispositif de reconnaissance de cible, il peut détruire plusieurs véhicules en un seul tir.

« À n’en pas douter, l’emploi réussi de l’obus Bonus fera date et va modifier la perception encore trop répandue d’une artillerie ‘arrosant’ le champ de bataille », avait commenté, à l’époque, le colonel commandant la TF Wagram.

D’une portée de près de 40 km, les CAESAr ont la capacité de fournir en permanence, et à court préavis, plusieurs effets lors d’une manœuvre d’ensemble : tirs de destruction, de barrage ou d’interdiction et tirs d’éclairement ou visant à créer des rideaux fumigène temporaires afin de masquer la progression des troupes amies aux forces ennemies.

Quant aux Rafale, leurs opérations ont été rendues plus compliquées en raison des conditions météorologiques.

Cependant, ils ont effectué 33 raids en appui des FDS durant la même période, dont 13 pour la seule semaine allant du 19 au 25 décembre.

Lors de ses voeux aux Armées, le 17 janvier, le président Macron a indiqué que la France resterait militairement engagée au Levant, son objectif « stratégique » étant « d’éradiquer Daesh en privant cette organisation terroriste de toute empreinte territoriale et en empêchant sa résurgence. »

Source: www.opex360.com

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.