Syrie : 1.000 boys resteront

0
1028

DES MOIS APRÈS AVOIR ANNONCÉ LE RETRAIT DES ÉTATS-UNIS, 1 000 SOLDATS EN SYRIE RESTERONT

 

 

Des forces démocratiques syriennes et des soldats américains sont observés lors d’une patrouille près de la frontière turque à Hasakah.

On aperçoit des forces américaines et forces démocratiques syriennes lors d’une patrouille près de la frontière turque à Hasakah, en Syrie, en novembre .. (crédit photo: RODI SAID / REUTERS)

Quelques mois seulement après avoir annoncé que les États-Unis se retireraient de Syrie, Washington aurait décidé de garder jusqu’à un millier de soldats dans le pays.

Ces révélations ont été publiées dimanche dans le Wall Street Journal, mais le président de l’Etat-Major Inter-Armées, Joseph Dunford, les a contestées, affirmant que les États-Unis réduisaient toujours leur présence en Syrie.

C’est le dernier changement de politique qui fait que les États-Unis semblent déconnectés de la réalité sur le terrain en Syrie et incapables de prendre une décision claire, quant à ce que l’avenir réserve.

À la mi-décembre, le président Donald Trump s’est entretenu avec le président turc Recep Tayyip Erdogan et a décidé de retirer les forces américaines de la Syrie. Les États-Unis avaient jusqu’à 2 000 soldats en Syrie pour aider la Coalition mondiale à vaincre l’Etat islamique. Les principaux partenaires américains sur le terrain sont les Forces démocratiques syriennes.

Ils ont, en grande partie, expulsé l’Etat islamique de la Syrie orientale et, en décembre, ont encerclé le groupe terroriste dans une région appelée Hajin. Cependant, la Turquie considère que les FDS sont liés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et a menacé d’envahir une région du nord de la Syrie contrôlée par les FDS. Trump a semblé prendre parti pour Ankara dans sa conversation de décembre et sa décision soudaine de se retirer.

L’annonce de ce retrait a changé de nombreux calculs dans la région. Les États-Unis avaient déclaré qu’ils resteraient en Syrie jusqu’à ce que l’Iran quitte le pays. Il est donc apparu qu’ils seraient dans l’est de la Syrie à long terme. Le revirement de Trump a déclenché la démission du secrétaire à la Défense James Mattis et de l’envoyé anti-Daesh Brett McGurk.

Mais d’autres ont décidé qu’ils pourraient aider Trump à changer d’avis. La sénatrice Lindsey Graham, profondément engagée dans le conflit syrien depuis des années, a rendu visite à Trump à la fin du mois de décembre et a déclaré espérer que la décision concernant la Syrie serait ralentie et ne conduirait pas au chaos.

Pendant ce temps, Trump a visité les troupes américaines en Irak et semblait rester sur la bonne voie pour le retrait. Craignant une attaque turque, les SDF ont envisagé d’inviter le régime syrien dans l’est de la Syrie. Ils ont également envoyé un émissaire à Washington pour mobiliser un soutien.

En janvier, le secrétaire d’État Mike Pompeo a assuré aux combattants du SDF et aux combattants kurdes en Syrie qu’ils ne seraient pas abandonnés. La politique américaine a commencé à changer, passant des promesses faites par les Etats-Unis à la Turquie de s’en aller de Syrie, début janvier, pour décider que les États-Unis travailleraient afin d’empêcher une opération turque.

Au lieu de cela, les États-Unis souhaitaient partir d’ici avril et laisser sur place une «zone de sécurité» le long de la frontière turque. Mais qui serait dans la zone de sécurité? La Turquie voulait que ce soit ses forces. Les États-Unis voulaient que les membres européens de la coalition anti-Daesh envoient des troupes.

En février, les États-Unis ont accueilli la coalition à Washington le 6 février. Ils ont ensuite envoyé des émissaires à un événement de l’OTAN et tenu un sommet à Varsovie pour discuter de l’Iran. Le 15 février, Graham a pris la parole lors de la conférence de Munich sur la sécurité et a déclaré que les États-Unis souhaitaient que les pays européens compensent le retrait américain en Syrie. À ce moment-là, les États-Unis indiquaient qu’il resterait environ 400 soldats américains et que l’Europe devrait en envoyer environ 1 600. Les alliés des États-Unis ne sont pas dotés de ressources supplémentaires et personne n’a dit qu’ils enverraient plus de troupes.

Alors que Trump avait annoncé la défaite de l’Etat islamique à plusieurs reprises, le plus récemment le 28 février, la bataille contre l’Etat islamique se poursuit en Syrie. Environ 60 000 membres de l’Etat islamique se sont rendus, dont plus de 5 000 combattants de 41 pays. Environ un millier de combattants européens de l’Etat islamique se sont rendus en Syrie, ce qui pose un énorme problème de sécurité. Et il y a des cellules dormantes de Daesh et environ 10 000 combattants de l’Etat islamique qui ont été transformés en communautés locales en Irak et en Syrie, selon les estimations des services de renseignements américains.

Le Wall Street Journal rapporte maintenant qu’il restera jusqu’à un millier de soldats pour maintenir le contrôle sur les cellules dormantes de l’Etat islamique et stabiliser la Syrie orientale. Les États-Unis n’ont pas compris le problème de la zone de sécurité avec la Turquie dans ces évaluations. Dunford conteste le reportage, arguant que les États-Unis visent toujours une présence «résiduelle» en Syrie. Néanmoins, il semble qu’il y ait encore une politique fluide et changeante à Washington.

Les États-Unis continueront à former les forces de sécurité locales dans l’est de la Syrie. Ils souhaitent que 40 000 d’entre eux soient entraînés, prêts au combat et n’a formé jusqu’à présent que 30% de ceux-ci. Il est clair maintenant que l’administration considère toujours l’influence iranienne en Syrie comme une menace et a compris que quelques centaines de soldats ne suffisent pas.

La théorie était que les unités des forces spéciales et les unités de renseignement resteraient soutenues par les partenaires de la coalition. Mais il semble que les États-Unis ne trouvent pas d’alliés européens ou autres pour renforcer leur présence. Les États-Unis souhaitaient également un financement à hauteur de milliards de dollars pour l’est de la Syrie. Ce n’est pas clair s’ils l’ont obtenu.

En outre, les législateurs irakiens tentent d’expulser les forces américaines d’Irak, ce qui signifie que les États-Unis pourraient avoir davantage besoin de l’est de la Syrie qu’auparavant. En décembre, Trump avait annoncé que les Etats-Unis quitteraient la Syrie et “surveilleraient” l’Iran et Daesh depuis l’Irak. Mais l’Irak ne semble pas le vouloir. Il reste à voir s’il s’agit simplement du dernier changement de la politique américaine ou si Washington a finalement opté pour un maintien sur le terrain en Syrie.

PAR SETH J. FRANTZMAN
 18 MARS 2019 17H15
—————————-

Renseignements : Les zigzags des politiques syriennes sèment la confusion parmi les alliés des États-Unis

Le Wall Street Journal a rapporté dimanche que le gouvernement Donald Trump continuait à se retirer de la Syrie et envisageait maintenant de laisser jusqu’à 1 000 soldats américains dans le pays pour vaincre les restes de l’État islamique. Le président de l’Etat-Major Inter-Armes, Joseph Dunford, le général en chef du Pentagone, a immédiatement réagi en qualifiant le rapport d'() “inexact sur le plan factuel”.

Pourquoi est-ce important? Le débat interne représente un autre tournant dans la politique de l’administration américaine en Syrie, qui a connu une série de revirements au cours de la dernière année. Même s’il reste des troupes américaines, l’administration devra s’efforcer de regagner la confiance de ses alliés kurdes syriens, qui parlent de plus en plus de se tourner vers Bashar al-Assad pour les protéger contre les incursions turques.

Voici une chronologie des changements américains en Syrie:

• 29 mars 2018: le président Trump annonce à un rassemblement dans l’Ohio que les troupes américaines sortiront de la Syrie «très bientôt».

• 2 avril 2018: le département d’État gèle des fonds de recouvrement de 200 millions de dollars pour la Syrie.

• 3 avril 2018: le général Joseph Votel, chef du commandement central américain,  insiste sur le fait que se retirer de la Syrie compromettrait les objectifs américains. Au même moment, Trump appelle à laisser les Etats arabes du Golfe “prendre en charge et payer pour la stabilisation et la reconstruction des zones libérées de l’Etat islamique”, selon un reportage du Washington Post, à l’époque.

• 13 avril 2018: les États-Unis  frappent des installations présumées d’armes chimiques syriennes pour la deuxième année consécutive ; Trump, dans un discours à la Maison Blanche, a déclaré que les frappes avaient pour but “d’établir un puissant moyen de dissuasion contre la production, la propagation et l’utilisation d’armes chimiques”, ajoutant : “A l’Iran et à la Russie, je demande : Quel genre de pays veut être associé au meurtre en masse d’innocents hommes, femmes et enfants?

• 16 juillet 2018: Trump rencontre le président russe, Vladimir Poutine, lors d’un sommet bilatéral à Helsinki, en Finlande. Le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a déclaré aux principaux responsables du Pentagone et du Département d’Etat que M. Trump avait déclaré à Poutine que chasser l’Iran était l’un des principaux objectifs des États-Unis en Syrie.

• 17 août 2018 : Jim Jeffrey , ancien ambassadeur des États-Unis en Turquie, devient le représentant spécial du département d’État pour l’engagement en faveur de la Syrie.

• 14 décembre 2018: Trump dit au président turc Recep Tayyip Erdogan que la Syrie «est à vous. Nous avons fini -le job-.”

• 19 décembre 2018: Trump tweet sur le fait que les États-Unis ont «vaincu [l’État islamique] en Syrie» et que les 2 000 soldats américains déployés dans le pays rentreront chez eux.

• 21 décembre 2018: le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, démissionne à la suite de la décision de retrait de la Syrie. Brett McGurk, envoyé américain à la coalition pour vaincre l’État islamique, suit Mattis en prenant la porte du 22 décembre (McGurk avait déjà prévu de partir en février).

• 13 janvier 2019: Trump promet de commencer le retrait américain de Syrie, « attendu si longtemps» et s’engage à créer une zone de sécurité pour protéger les alliés kurdes soutenus par les États-Unis.

• 29 janvier 2019: La délégation kurde syrienne en visite à Washington dit qu’elle envisagera de joindre ses forces à Assad si les États-Unis se retirent.

• Vers le 15-17 février: à huis clos lors de la Conférence sur la sécurité à Munich, le secrétaire par intérim à la Défense, Patrick Shanahan, a déclaré aux alliés européens que les États-Unis prévoyaient de quitter la Syrie d’ici le 30 avril. Le législateur américain, y compris le sénateur Lindsey Graham, sont furieux.

• 21 février 2019: Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, a annoncé que les États-Unis maintiendraient une force de maintien de la paix de 200 soldats en Syrie «pendant un certain temps». Ce nombre est rapidement porté à 400 soldats américains. L’administration Trump demande aux alliés européens de fournir entre 800 et 1 500 soldats supplémentaires, selon CNN .

• 11 mars 2019: le département d’État dévoile une demande de budget pour l’exercice 2020 qui annule l’aide à la stabilisation pour les régions de la Syrie contrôlées par l’opposition.

Avec des amis comme ceux-ci : après presque un an de troubles, même les plus proches amis des États-Unis se posent des questions. Le Wall Street Journal rapporte que même si 1 000 soldats américains restent, les alliés européens des États-Unis doivent encore s’engager dans la nouvelle mission, qui appuierait la lutte contre l’État islamique mais non une zone de sécurité pour les Kurdes.

Prochaine étape: Dunford a déclaré dans son communiqué réfutant l’article du Wall Street Journal, que les États-Unis avaient “élaboré une planification militaire détaillée” avec l’état-major turc et avaient un “concept initial qui sera peaufiné dans les prochains jours”. Ankara a annoncé aujourd’hui dans une déclaration qu’il avait mené des frappes conjointes avec l’Iran contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

En savoir plus: lisez les reportages sur le terrain de notre correspondante nomade Amberin Zaman sur les Kurdes syriens qui se tournent vers Assad alors que les États-Unis se détournent d’eux. Même si les États-Unis ne réduisent pas leur mission en Syrie autant que prévu initialement, ils auront moins d’argent à dépenser, rapporte le correspondant du Pentagone, Jack Detsch  .

– Jack Detsch

Read more: al-monitor.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.