Israël offre son aide au Sri Lanka : 310 morts

0
982

Israël offre son aide et se joint au monde entier pour condamner les attaques terroristes  coordonnés au Sri Lanka

Netanyahu dénonce “des attaques meurtrières contre des innocents”, déclare que l’Etat juif “est prêt à apporter son aide en cette période difficile”; Le pape François se plaint des attentats à la bombe visant des chrétiens “alors qu’ils étaient rassemblés pour prier” [Mais ne fait rien].

Après une réunion du cabinet d’urgence à Colombo, les enquêteurs étaient encore plongés dans la pénombre, bien que des sources indiennes indiquent que les multiples attaques contre le culte chrétien, notamment au moins deux attentats-suicides, portent toutes les caractéristiques de l’État islamique, qui a revendiqué la série d’attentats.

Des djihadistes locaux de l’Etat Islamique ont récemment été démobilisés et rapatriés au Sri Lanka ; en janvier les autorités ont découvert un laboratoire de bombes ; Daesh a appelé à une vengeance sans pitié contre les Chrétiens, à la suite dee l’attentat identitaire de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Le groupe de l’E.I, très relocalisé en Afghanistan, a, plus que jamais, besoin d’exister, après ses revers et la perte de son assise territoriale en Syrie.

Les médias ont commencé à diffuser le nom de l’un des terroristes responsables des événements qui ont tué 310 personnes et en a blessé plus de 500 autres.

Le présumé kamikaze et le cerveau responsable de l’attaque de l’hôtel Shangri La ont été identifiés comme étant l’extrémiste islamique Moulvi Zahran Hashim. Imam extrémiste islamiste, il était un conférencier prolifique de la National Tawheed Jamaath.

La police sri-lankaise découvre une maison sécurisée utilisée par des bombes humaines et s’empare d’une voiture

Un porte-parole de la police a déclaré que 40 suspects avaient été arrêtés en lien avec les attaques au Sri Lanka, qui ont tué plus de 290 personnes le dimanche de Pâques.

Ruwan Gunasekara a également déclaré dans un communiqué que la police disposait d’un véhicule qui aurait servi à transporter les suspects à Colombo.

La police a également découvert un refuge utilisé par les assaillants.

Le cabinet en session d’urgence a tout d’abord réagi en imposant un couvre-feu nocturne à toutes les régions du Sri Lanka et en interdisant l’accès aux réseaux sociaux pour tenter de rétablir un semblant de contrôle. Dans l’après-midi, le gouvernement a ordonné la fermeture de toutes les universités jusqu’à nouvel ordre et la suspension du service postal ferroviaire, apparemment pour éviter de nouvelles attaques. Le ministère de la Défense a signalé une perquisition sur une maison et l’arrestation de 7 personnes soupçonnées de planifier et d’exécuter des attaques terroristes. Ce rapport a été accueilli par un scepticisme général comme une tentative de prouver que les autorités reprennent le contrôle de la situation.

Le Sri Lanka est un État insulaire de l’océan Indien et une destination touristique populaire, avec une population de 22 millions d’habitants, dont 70% sont bouddhistes, 13% hindous, 10% musulmans et un peu plus de 7% chrétiens.

Le petit état a reçu les condamnations choquées, des condoléances et des offres d’assistance des dirigeants du monde.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est joint aux autres dirigeants mondiaux pour exprimer sa stupéfaction devant une série d’attaques dirigées contre des chrétiens le dimanche de Pâques, qui a fait au moins 207 morts et plus de 600 blessés. Il a également offert l’assistance d’Israël au Sri Lanka à la suite des attaques.

“Au nom des citoyens israéliens, je suis profondément choqué par les attaques meurtrières contre des innocents au Sri Lanka”, a déclaré Netanyahu dans un tweet en hébreu. “Israël est prêt à aider les autorités sri-lankaises en cette période difficile. Le monde entier doit s’unir dans la lutte contre le fléau du terrorisme.”

Un membre de la famille d'une victime des attaques au Sri Lanka pleure dans un hôpital à la suite des explosions (Photo: AP)

Un membre de la famille d’une victime des attaques au Sri Lanka pleure devant un hôpital à la suite des explosions (Photo: AP)

Le pape François a dénoncé la “violence cruelle” du massacre du dimanche de Pâques alors qu’il célébrait le moment le plus joyeux du calendrier liturgique chrétien, en déplorant le bain de sang et les violences politiques, qui frappent de nombreuses régions du monde.

Dans un appel spécial à la fin de la messe, Francis a déploré les “attaques graves” qui ont eu lieu au moment même où les fidèles chrétiens célébraient la messe de Pâques qui marque la résurrection du Christ après sa crucifixion.

“Je souhaite exprimer ma proximité affectueuse à la communauté chrétienne, prise pour cible alors qu’elle était réunie dans la prière, et à toutes les victimes d’une violence aussi cruelle”, a déclaré Francis. “Je confie au Seigneur tous ceux qui ont été tués tragiquement et prie pour les blessés et tous ceux qui souffrent à la suite de cet événement dramatique.”

L’Église catholique de Terre Sainte a également condamné les attaques.

“Nous prions pour l’âme des victimes et pour le prompt rétablissement des blessés ; nous demandons à Dieu d’inspirer les terroristes pour qu’ils se repentent pour les meurtres et les actes de terreur”, a déclaré l’église dans un communiqué de Jérusalem. “Nous exprimons également notre solidarité avec tous les Sri Lankais de toutes les religions et de toutes les ethnies.”

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a condamné ces attaques, les qualifiant de “dévastatrices” et a évoqué la fusillade du 15 mars dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch, dans laquelle 50 personnes sont mortes [volonté d’établir une stricte égalité, renvoyant le massacre djihadiste à d’autres massacrants choquants mais plus rares et minoritaires].

“La Nouvelle-Zélande condamne tous les actes de terrorisme et notre résolution n’a été que renforcée par l’attaque sur notre sol”, a déclaré Ardern. “La Nouvelle-Zélande rejette toute forme d’extrémisme et défend la liberté de religion et le droit de pratiquer son culte en toute sécurité”.

À l'intérieur du sanctuaire Saint-Antoine de l'église de Kochchikade, il a été frappé par une explosion (Photo: AFP)

À l’intérieur du sanctuaire Saint-Antoine de l’église de Kochchikade, il a été frappé par une explosion (Photo: AFP)

 

La première ministre britannique, Teresa May, a qualifié les attentats de “vraiment effroyables” dans un message de Twitter.

“Les actes de violence perpétrés contre des églises et des hôtels au Sri Lanka sont vraiment effroyables, et mes plus sincères condoléances vont à toutes les personnes touchées en cette période tragique”, a-t-elle déclaré.

Le chef de la commission exécutive de l’Union européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré qu’il avait appris les attentats à la bombe “avec horreur et tristesse”.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a écrit dans un message à son homologue sri-lankais qu’il était “abasourdi et horrifié” par les “attaques terroristes lâches”. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a écrit sur Twitter qu’il était “profondément secoué et préoccupé par (les) attaques terroristes sournoises”.

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié les attaques de “cruelles et cyniques”. Dans un télégramme de condoléances adressé à son homologue sri-lankais, le dirigeant russe a déclaré que Moscou restait “un partenaire fiable du Sri Lanka dans la lutte contre le terrorisme international”.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a qualifié ces attaques de “terrorisme aveugle” et a offert sa solidarité au peuple sri-lankais. Hariri, dont le père a été tué dans un attentat à la bombe à Beyrouth en 2005, a demandé grâce pour les “victimes innocentes” et prié pour le prompt rétablissement des blessés.

Les familles des victimes des attentats au Sri Lanka se rassemblent dans un hôpital de Colombo (Photo: AP)

Les familles des victimes des attentats au Sri Lanka se rassemblent dans un hôpital de Colombo (Photo: AP)

 

Bahreïn, le Qatar et les Émirats arabes unis ont tous publié des déclarations par l’intermédiaire de leur ministère des Affaires étrangères à propos de l’attaque.

Les EAU ont appelé “la communauté internationale à resserrer les rangs et à éradiquer le fléau du terrorisme afin de garantir la paix et la sécurité internationales”. Le Qatar a déclaré qu’il souhaitait souligner “sa ferme position de rejeter la violence et le terrorisme”.

Bahreïn a pour sa part déclaré que “ces actes de terrorisme sont incompatibles avec les principes religieux, les valeurs humaines et morales”.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré qu’il était “terriblement attristé” par les attentats, indiquant dans un tweet que “le terrorisme est une menace mondiale sans religion : il doit être condamné et affronté dans le monde entier”.

Le président américain Donald Trump a présenté “ses condoléances les plus sincères” après les attaques, mais a affirmé à tort que 138 millions de personnes avaient été tuées.

Personnel d'urgence à l'église Saint-Sébastien, Negombo (Photo: AFP) (Photo: AFP)

Personnel d’urgence à l’église Saint-Sébastien, Negombo (Photo: AFP)

 

Trump s’est adressé à Twitter pour condamner “les horribles attentats terroristes perpétrés contre des églises et des hôtels ayant fait au moins 138 millions de morts et 600 autres blessés”.

Le nombre de morts au moment du tweet était d’au moins 138 personnes. Il a ensuite supprimé le tweet et republié une version corrigée.

Trump a déclaré que l’Amérique était prête à aider le Sri Lanka à faire face à la situation.

ynetnews.com

Sri Lanka: au moins 290 morts et des centaines de blessés lors des attentats à la bombe contre la Pâques des Chrétiens

Des attaques apparemment coordonnées déchirent des hôtels et des églises à travers le pays ; les responsables de la sécurité soupçonnent des kamikazes derrière au moins quelques explosions

Les suites d'une explosion dans l'église Saint-Sébastien à Negombo, au Sri Lanka, le dimanche de Pâques 21 avril 2019. (Gracieuseté de l'église Saint-Sébastien)

Les suites d’une explosion dans l’église Saint-Sébastien à Negombo, au Sri Lanka, le dimanche de Pâques 21 avril 2019. (Gracieuseté de l’église Saint-Sébastien)

 

Au moins 290 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées dans une série d’attentats à la bombe perpétrés contre plusieurs églises et hôtels au Sri Lanka tout au long du dimanche de Pâques, ont annoncé la police et des responsables. Le ministre sri-lankais de la Défense a déclaré que sept suspects ont été arrêtés.

Les six premières explosions ont été déclenchées presque simultanément dimanche matin. Trois hôtels haut de gamme et une église de la capitale, Colombo, ont été touchés, tandis que deux autres églises ont été visées ailleurs dans le pays lors des offices de Pâques, a annoncé la police sri-lankaise.

Quelques heures plus tard, un septième explosif a explosé près d’un hôtel à Dehawali, juste au sud de Colombo, tuant au moins deux personnes. Peu de temps après, une autre bombe a explosé dans le quartier nord de la capitale, faisant trois morts, a annoncé la police.

Selon la police, la huitième attaque était un attentat suicide.

La source, s’exprimant sous le couvert d’anonymat, a déclaré que le kamikaze avait fait exploser ses explosifs lorsque des policiers sont entrés dans une maison de la banlieue nord de la capitale, Colombo, pour y effectuer une perquisition. Trois agents ont été tués dans l’explosion.

Après la deuxième vague d’attaques, le ministère sri-lankais de la Défense a imposé un couvre-feu nocturne dans tout le pays et les autorités ont «temporairement» bloqué l’accès aux sites Web et aux applications de réseaux sociaux «afin d’empêcher la diffusion d’informations fausses et erronées», Udaya R. Seneviratne, secrétaire du président du pays, a déclaré dans un communiqué.

Les sites touchés par les attentats à la bombe étaient tous très fréquentés par les touristes et au moins 35 ressortissants étrangers ont été tués dans les explosions, a déclaré la police à l’AFP. Une source hospitalière a indiqué que des citoyens américains, britanniques et néerlandais figuraient parmi les morts.

Le Premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinghe, a qualifié les explosions de “lâches” et a déclaré que le gouvernement travaillait pour “reprendre la maîtrise de la situation”.

“J’appelle tous les Sri-Lankais en cette période tragique à rester unis et forts”, a-t-il écrit dans un tweet.

Les dirigeants du monde entier ont exprimé leur soutien au Sri Lanka après les attaques. Le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré ne pas connaître de victimes israéliennes lors des attaques, mais se pencher sur la question.

Il n’y avait aucune revendication immédiate de prise de responsabilité.

Le chef de la police sri-lankaise a lancé une alerte nationale 10 jours avant les attentats. Il était prévu que les kamikazes ciblent des «églises de premier plan», selon l’avertissement adressé à l’AFP.

“Un service de renseignement étranger a annoncé que le NTJ (National Thowheeth Jama’ath) envisageait de commettre des attentats-suicides visant des églises importantes, ainsi que le haut-commissariat indien à Colombo”, a indiqué l’alerte envoyée par le chef de la police, Pujuth Jayasundara aux officiers supérieurs.

Le NTJ est un groupe musulman radical au Sri Lanka qui a revendiqué l’année dernière qu’il était lié à la vandalisation des statues bouddhistes.

La première explosion a déchiré le sanctuaire Saint-Antoine de Colombo.

Alex Agileson, qui se trouvait à proximité, a déclaré que des bâtiments dans les environs avaient été secoués par l’explosion.

On voit une ambulance à l’extérieur de l’église avec le personnel de sécurité rassemblé à la suite d’une explosion au sanctuaire Saint-Antoine de Colombo, au Sri Lanka, le 21 avril 2019. (ISHARA S. KODIKARA / AFP)

Au moins 160 personnes blessées dans l’explosion de St. Anthony ont été admises à l’hôpital national de Colombo au milieu de la matinée, a déclaré un responsable à l’AFP.

Une autre explosion a été rapportée à l’église Saint-Sébastien de Negombo, une ville à majorité catholique située au nord de Colombo. L’église a lancé un appel à l’aide sur sa page Facebook et a publié  des photographies et des vidéos de la scène.

«Un attentat à la bombe contre notre église, s’il vous plaît, aidez-nous si les membres de votre famille sont là», a écrit l’église.

Des photos de l’église Saint-Sébastien circulant sur les médias sociaux montraient que le toit avait été presque détruit par l’explosion. Le sol était jonché de mélange de tuiles, de bois éclaté et de sang.

On pouvait voir plusieurs personnes couvertes de sang, certaines essayant d’aider celles ayant des blessures plus graves.

Une église de la ville de Batticalao, dans l’est du pays, a également été visée par l’attaque, a annoncé la police.

Un responsable de l’hôpital de Batticaloa a déclaré à l’AFP que plus de 300 personnes avaient été admises à l’hôpital après avoir été blessées à la suite de l’explosion.

Au moins une des victimes a été tuée au Cinnamon Grand Hotel de Colombo, près de la résidence officielle du Premier ministre, où l’explosion a eu lieu dans un restaurant, a déclaré un responsable de l’hôtel à l’AFP.

La nation insulaire, située au large des côtes indiennes, a connu une guerre civile brutale et sanglante de 1983 à 2009, moment où le gouvernement a déclaré sa victoire sur le groupe insurgé Tigres de libération du tamoul Eelam, également appelé tigres tamouls.

Le Sri Lanka, qui est principalement bouddhiste, n’est catholique que d’environ six pour cent de la population, mais cette religion est perçue comme une force unificatrice, car elle inclut des personnes appartenant à la fois aux groupes ethniques tamouls et majoritaires cinghalais.

JForum avec agences

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.