Soutenir Assad est immoral et irréaliste

1
342
L'avocat Gilles-William Goldnadel. Photo © DR
Autant l’écrire tout de suite, je ne me fais pas l’ombre d’une illusion. Dans ce conflit syrien inextricable et confus, ma parole est inaudible. Et le message écrit qui va suivre est pratiquement illisible, d’autant plus qu’il est écrit à l’encre antipathique. Mais je l’écris tout de même. Pour me regarder sans honte et prendre date.

Le message scellé dans une bouteille lancée dans la mer des sarcasmes est le suivant : la prétendue realpolitik – à la mode aujourd’hui, plus à droite qu’à gauche, et qui exige que même lorsque les enfants d’Alep, dans les hôpitaux et dans les écoles, expient les fautes qu’ils n’ont pas commises, il faille soutenir Assad – est non seulement immorale, mais irréaliste.

Elle est évidemment totalement immorale, car trop c’est trop. Un régime dictatorial et sanguinaire qui cible délibérément et spécifiquement des écoles et des hôpitaux et envoie sur eux les gaz et des tonneaux incendiaires est insoutenable et inexcusable. Mais ceux qui me connaissent savent que je ne souhaite pas particulièrement être enterré au paradis des moralistes désincarnés et que je sais surtout l’enfer pavé des meilleures intentions.

Mais c‘est sur le terrain du réel que j’entends contester l’expertise supposée des défenseurs de la realpolitik. Tout d’abord, à Alep, l’organisation État islamique et ses détestables suppôts sont pratiquement absents. Dans la ville martyre, c’est principalement le front al-Nosra qui combat Assad et ses supplétifs iraniens et hezbollahis. Entre ces deux rivaux islamistes radicaux utilisant la terreur – l’un sunnite, l’autre chiite –, notre cœur moral et notre cerveau raisonnant ne sauraient balancer d’une quelconque manière.

La Syrie est condamnée à tout jamais à être divisée

Je sais bien, et mes amis à droite me le serinent souvent, que le régime bassiste syrien est plus tolérant à l’égard de la minorité chrétienne que les islamistes de tout poil. Je leur donne raison et j’en sais quelque chose.

Qu’on me permette l’anecdote : en ma qualité de président de France-Israël, j’avais invité au début de la guerre civile une sœur syrienne d’origine palestinienne venue dire à l’assemblée que quand bien même elle n’approuvait pas le régime cruel d’Assad, elle le préférait aux bourreaux islamistes qui détruisaient les églises et massacraient les fidèles à la croix. Qu’avais-je fait là ! Je ne sais plus quel folliculaire de La Règle du jeu, la revue de BHL, m’accusa ni plus ni moins d’être un suppôt du régime. Moi qui, pratiquement dans le désert depuis plus de 20 ans, reprochait à Hafez puis à son rejeton les massacres commis en masse à Hama ou ailleurs dans l’indifférence la plus totale d’un journal du soir qui à l’époque disait officiellement et le bien et le mal…

Mais pour autant, et alors même que quoi qu’il arrive désormais, la Syrie est condamnée à tout jamais à être divisée, est-on tenu de délivrer un chèque en blanc à la radicalité chiite, à l’Iran obscurantiste des mollahs et au Hezbollah terroriste ? Mes amis de droite me serinent encore que Churchill, pourtant anticommuniste de bon aloi, avait bien dû choisir Staline plutôt que Hitler. C’est vrai, et il avait eu raison. Sauf que.

Sauf que c’était après avoir vainement bataillé contre les pacifistes irréalistes britanniques qui avaient refusé de s’armer contre Hitler.

Sauf que, Staline, au moment du choix churchillien déchirant, était infiniment moins puissant que Hitler. Dans notre présente espèce, l’État iranien et le Hezbollah sont infiniment plus puissants que le pseudo État islamique sur le recul et non présent à Alep.

Sauf que, après Stalingrad, et contrairement à la crédulité (déjà) de son allié américain, Churchill commençait à envisager Staline avec une méfiance redoublée.

Une offre politique entre le mauvais et le mauvais

À présent que l’organisation État islamique recule partout, il est temps de regarder avec une égale méfiance la radicalité islamiste chiite. Je l’ai dit, je me fais peu d’illusions sur mes chances d’être entendu. D’autant plus que l’on dira que mes sympathies pour Israël ne sont pas pour rien dans l’envoi de cette bouteille en Méditerranée.

Et on aura parfaitement raison. On voudra bien pardonner effectivement le fait que le régime de Téhéran – qui fait graver sur ses missiles balistiques, dans l’indifférence absolue du monde, « Israël doit être détruit » – ne m’inspire pas une sympathie ou une confiance illimitée. Mais lorsqu’on s’intéresse de près au drame du Proche-Orient, il n’est pas impossible d’avoir quelques intuitions d’ores et déjà confirmées pour partie.

Même s’il est antipathique et cruel de le faire observer : l’offre politique au sein du monde arabo-islamique est encore aujourd’hui entre le mauvais et le mauvais. Raison pour laquelle je n’ai jamais cru au printemps arabe, contrairement à tous les bons esprits qui m’accablaient alors et parlent avec la même assurance aujourd’hui.

Qu’il me soit enfin et surtout permis, avec une immense amertume, de constater que les défenseurs autoproclamés des droits de l’homme, ceux que j’appelle les islamo-gauchistes, qui étaient descendus en masse dans les rues de Paris pour crier leur haine d’Israël – quand ce n’était pas des juifs – sous le prétexte de la guerre à Gaza déclenchée par le Hamas, se sont mis aux abonnés absents durant toute la durée du grand massacre.

Deux poids, deux mesures

Que l’on s’en souvienne : quand les Arabes sont massacrés par des Arabes, quand des musulmans sont massacrés par d’autres musulmans et non par des Occidentaux chrétiens ou juifs, ils ne méritent pas qu’on mette le nez dehors.

Il y a quatre ans, l’ensemble des journaux télévisés ouvraient systématiquement sur le conflit israélo-palestinien, il est vrai qu’il était plus sûr pour un journaliste d’être présent à Gaza – dès lors qu’il était docile à l’égard du Hamas – plutôt qu’à Alep. Dans ce cadre médiatique et intellectuel déjà bien psychologiquement balisé, les diplomates, les politiques, l’ONU n’entendaient précisément regarder le conflit que sous un angle prétendument purement moral… Et pourtant…, les missiles islamistes partaient de Gaza, les boucliers humains existaient déjà à Gaza, et les frappes chirurgicales israéliennes ne visaient pas les hôpitaux. Pour imparfaites, elles étaient autrement moins meurtrières et bouchères que celles du camp Assad et de ses alliés.

Je prends date, vous dis-je.

Il est des jours où la morale rejoint le droit et l’intérêt. Même un point de vue tristement et dramatiquement réaliste ne saurait nous faire abandonner ces enfants d’Alep qui sont aussi les nôtres.

Gilles-William Goldnadel est un avocat franco-israélien, président de l’Association France-Israël.

Le Point

1 COMMENT

  1. Je ne soutiens pas Bachar El-ASSAD mais il faut comprendre que cet homme est résolu à résister par tous les moyens possibles et imaginables pour sauver son ethnie Allaouite et les Chrétiens d’Orient qui se feront tous massacrer jusqu’au dernier s’il abandonne le pouvoir aux mains des insurgés qui sont tous des islamistes; je pense que s’il en avait la possibilité, Bachard El-Assad serait parti depuis longtemps avec sa femme et ses enfants vers des cieux plus cléments, mais c’est impossible; c’est pourtant simple à comprendre mais il semble que dans les sphère diplomatiques personne ne veuille admettre cette réalité; cela signifie que ceux qui veulent son départ souhaitent que la guerre continue et que la Russie continue son implantation Proche-orient; et pendant ce temps la liste des morts s’allonge.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.